Florine a été embauchée pour l’été comme servante au Domaine de Delphine et Pierre-Marie de la Guillardière, un vieux couple qui habite une grande propriété dans les Landes, près de l’Océan. Son fils Gabriel l’accompagne ; il sera ( presque ) traité comme un invité. Tous deux sont originaires de La Réunion

Gabriel, qui va sur ses 17 ans, est un garçon droit, calme et solitaire, passionné d’ornithologie, orphelin d’un père biologiste mort dans un accident d’hélicoptère.

Il ne sympathise guère avec la propriétaire, très vieille France, qui traite la valetaille comme au XIXe siècle - ni avec son mari, condamné à se déplacer en fauteuil roulant depuis un mystérieux accident ; il juge qu’il lorgne un peu trop la jeune Kun-Thea, une Cambodgienne exilée ( pour des raisons obscures ) dont la bonne, Brigitte, a la charge. Il ne voit pas non plus d’un très bon œil le cuisinier Boisset, un type grossier qui semble trouver sa mère à son goût. Florine et son fils entretiennent des rapports cordiaux, étroits et fusionnels.

Par chance, Vincent, le jardinier, le prend vite en amitié : tous deux partagent le même goût pour la nature. D’ailleurs, au Domaine, c’est surtout la nature qui intéresse Gabriel : les étangs, les insectes – et les oiseaux, qu’il observe à l’aube et au crépuscule, dont il note soigneusement les noms et les allers et venues sur son précieux carnet.

Peu après leur arrivée débarquent les enfants, petits enfants et cousins du couple : leur fils Nicolas et ses trois enfants : Grégoire ( 20 ans ), athlète brillant promis à une carrière militaire, Estelle, une ado provocante et sexy et la belle Eléonore, dont Gabriel tombe vite amoureux. Désormais, c’est elle qui bénéficie de l’attention du héros : il note ses faits et gestes sur un carnet et l’observer à la jumelle. Mais voilà : Eléonore a un cousin, Adrien, qui la chaperonne et auquel elle semble attachée comme à un frère. Adrien est vulgaire, possessif et joueur. Gabriel veut séduire Eléonore, il espère qu’elle tournera enfin ses regards vers lui. Mais ce combat est sans doute perdu d’avance : même si Eléonore ne semble pas indifférente au fils de la nouvelle domestique, même si elle est fragile, elle évolue dans un milieu si différent du sien !

Dès les premières lignes du roman, le lecteur accroche au récit grâce à un style efficace, actuel et pourtant littéraire – enfin, un récit pour jeunes adultes au vocabulaire exigeant, au ton nerveux et franc ! Aussi, le lecteur s’attache à ce héros solitaire, amoureux fou de la nature – trop franc et trop intransigeant pour ne pas être heurté par l’attitude de celles et ceux qu’il observe et croise chaque jour et qui, tous ( même Vincent ! ) semblent cacher un secret. Secrets que Gabriel, au fil des jours, va finir par percer. Jusqu’à une soirée de beuverie mémorable et catastrophique dont il portera en partie la responsabilité.

Jo Witek dresse ici avec soin le portrait de protagonistes hauts en couleur, aux rapports subtils et complexes – un tableau familial digne de François Mauriac, que l’auteur cite comme modèle – l’ouvrage a d’ailleurs été écrit dans le chalet où il a vécu et écrit, à deux pas de sa résidence de Malagar.