Les chiffres sont optimistes – mais trompeurs.

Après une brève stagnation après 2010, les ventes des livres jeunesse ont progressé de 1,4% en 2015, avec 80 millions d’exemplaires vendus ( 35% pour les romans, 21% les albums).

Le livre jeunesse représente 18% de l’édition française – et le chiffre d’affaires de la littérature jeunesse augmente ( + 5,4% en 2014 avec 11 100 nouveautés ! )

Donc tout va bien ?

Il faut nuancer : les sagas anglo-saxonnes écrasent le reste de la production romanesque avec, en tête : L’Epreuve ( Pocket Jeunesse ), Divergente ( Nathan ), Héros de l’Olympe ( Albin Michel ) et John Green ( Nos étoiles contraires, etc. ).

Comme le notent Dominique Korach, Soazig Le Bail, Isabelle Nières-Chevrel, Jean Perrot et Colombine Depaire dans leurs récents essais, « La moitié des romans destinés aux plus de 10 ans sont traduits de l’anglais (… et ) 8 des 10 meilleures ventes de fiction en 2015 sont liées… au cinéma ( si bien que ) la politique d’auteurs tend à céder le pas à une logique de coups marketing (…) De plus en plus de livres sont écrits par des pools d’auteurs, à la manière des scénarios. »

Traduisons : les meilleures ventes sont adaptées au cinéma… ce qui les dope un peu plus encore ! Et le livre étant devenu une marchandise comme les autres, il faut plaire pour provoquer l’achat. Donc livrer ce que les ( jeunes ) lecteurs semblent attendre. D’où la tendance, issue des U.S.A., à faire de la série jeunesse comme on fait du scénario : en convoquant plusieurs auteurs invités à viser le cœur de cible et à raboter tout ce qui dépasse pour ratisser large. Notons au passage ( mais c’est là une réflexion personnelle ) que les auteurs jeunesse français sont de plus en plus tentés par l’autocensure : livrer à l’éditeur ce qu’il attend ( ou plutôt ce que les commerciaux et représentants croient savoir que « ça va plaire » ), c'est-à-dire des textes faciles, rapides, avec de l’humour, un peu de fantastique et des sentiments, et pas de mots compliqués... je caricature ? Vraiment ?

Trompeurs, ces chiffres le sont notamment à cause de la part ( énorme ) faite à certaines séries pour enfants souvent relayées par l’image ( T’Choupi, Kirikou ou Dora l’exploratrice avec ses 49 références… ) Mais série ne rime pas toujours avec médiocrité, heureusement !

Toutefois, force est de constater que la diversité, l’originalité et les textes forts ou exigeants disparaissent peu à peu, éliminés pour cause de ventes trop faibles.

*

La vérité, c’est que la lutte entre le livre et les écrans est d’autant plus inégale que les médias ne valorisent que ce qui est déjà tendance.

Or, le papier et l’écrit n’ont plus la cote.

Certes, à l’école, les livres continuent de circuler : il faut bien ( de gré ou de force ! ) apprendre à lire ; et les parents responsables relaient les enseignants pour y veiller.

Mais au collège, lire ( surtout des classiques, comme le recommandent les instructions ) devient vite une corvée ; bibliothécaires et prof-documentalistes déplorent la désertification du lectorat après la 6ème. Quant aux ado-lecteurs qui résistent, ils lisent en priorité… Divergente, Nos étoiles contraires – ou « ce qu’il faut avoir lu pour ne pas passer pour un plouc ». Un comportement qui, notons-le, touche aussi le public adulte !

Si les chiffres de vente se maintiennent, c’est donc avec les nuances qui précèdent.

Depuis une quinzaine d’années, après le pic des années 80 et une fois achevé « l’effet Harry Potter », la lecture baisse ( surtout à partir de 12 ans ) au profit de l’usage des écrans : en France, 5 h quotidiennes en moyenne dont 2 réservées au smartphone !

Oui, je sais : on lit aussi sur écran ( mais quoi ? Et comment ? )

*

Les parents prennent rarement le risque d’offrir un livre à leur ado de 13 ans ; et si celui-ci a de l’argent de poche, il achètera rarement un livre ! Ajoutons ( même s’il n’est pas correct de le révéler ) qu’aujourd’hui, un livre acheté n’est pas toujours un livre lu ( il y a cinquante ans, un livre acheté était lu deux ou trois fois ! ), y compris quand cet achat est effectué pour une bibliothèque ou un CDI.

L’avenir ( commercial – mais y en a-t-il un autre ? ) du livre jeunesse semble passer… par l’image et les jeux – L’Ecole des loisirs l’a compris en lançant sa collection d’ « albums filmés » ( ! ) – et privilégier le public captif, celui de l’école primaire ( les 6-11 ans )

Quant au livre numérique, si ses ventes progressent ( en France, beaucoup plus lentement que prévu ! ), son pourcentage dans le secteur jeunesse reste dérisoire : 1,4% en 2014 !

Pessimiste, ce constat d’un vieux schnock ?

Peut-être.

Mais comme l’affirmait Robert Lamoureux : le canard est toujours vivant !

Eh oui : le livre et la lecture résistent – avec notamment l’appui des libraires indépendants, des bibliothécaires, des profs-documentalistes, des parents… et des enseignants qui, en dépit des instructions, continuent de faire vivre et lire des ouvrages jeunesse de qualité, qui réconcilient les jeunes avec la lecture, ce plaisir qui peut se transformer en passion.

CG