Le Blog de Christian Grenier, auteur jeunesse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La minute du vieux schnock

La minute du vieux schnock : billet d'humeur

Fil des billets - Fil des commentaires

Lundi 03 juin 2019

POUVOIR D’ACHAT, CO2 ET… DÉCROISSANCE ?

Et si on se trompait de problème ?

Souvenez-vous : le mouvement des gilets jaunes a débuté avec une revendication simple : protester contre la hausse des carburants.

On en est loin.

Aujourd’hui, la priorité ( des gilets jaunes ? ) semble être l’augmentation du pouvoir d’achat. Pouvoir acheter plus de quoi ?

De nourriture ?

Oui, il semblerait qu’on ne mange pas à sa faim… La preuve : 40% des 12-14 ans ne prennent pas de petit déjeuner ! Faute d’argent, vraiment ?

Ou parce que les ados…

  • n’ont pas faim le matin.

  • se lèvent trop tard pour prendre un petit déjeuner.

  • tout ça parce qu’ils ne dorment pas assez à cause… d’un smartphone ( d’une tablette, d’un écran, etc. ) resté allumé le soir trop longtemps ?

Réfléchissons : le budget nourriture est loin d’être le premier dans un ménage : 35% dans les années 60 et… 20% en 2014 !

Mais voilà : ce budget, c’est l’argent qui reste après avoir payé : le loyer, les impôts locaux, les assurances, le carburant et l’entretien de la voiture ( souvent indispensable pour aller travailler ), les abonnements divers ( Internet, téléphone, eau, gaz, électricité, téléphone… ), j’en passe !

Beaucoup de ménages n’y arrivent pas parce que les dépenses obligatoires et ordinaires ( hors nourriture ! ) se multiplient.


La voiture !

Elle m’intéresse – à cause du CO2, bien sûr.

Savez-vous combien coûtait ( en moyenne ) une voiture en 2016 ?

Vous allez rire : entre 5 500 et 6 000 euros, amortissement, assurance, carburant, etc. compris.

Soit 500 euros par mois !

Soit, après le loyer, le budget le plus important d’un ménage.

Mais la voiture, c’est sacré. Pas question d’y toucher.

Dans son budget, le carburant n’est qu’une partie du problème – on évoque peu les péages dont le prix, parfois, approche celui du carburant pour certains trajets ! ( Merci à nos dirigeants qui, en 2006, on vendu à Vinci – et ailleurs – les autoroutes que NOUS avions financées pendant des décennies, Vinci qui s’enrichit à milliards et ne paie que 4,3% d’impôts sur son chiffre d’affaires ! )

La voiture, c’est une grosse partie de l’industrie et de l’activité d’un pays – regardez donc les pubs, dans les magazines ou à la télé : combien sont consacrées à vous convaincre d’acheter un nouveau véhicule – moins polluant, bien sûr ! ( euh… c’est bien sûr, vraiment ? )


La survie de l’humanité ( je sais, c’est mon antienne ) est conditionnée à une baisse urgente et drastique du CO2.

Une baisse de 50% avant 2040, jugent beaucoup de climatologues du GIEC ( une baisse de 90% avant 2040, m’affirme « mon »climatologue Vincent Cailliez, chiffres et calculs à l’appui ).

En réalité, rien n’est fait pour que cette baisse soit effective – sauf des décisions qui, depuis 40 ans, ne sont pas appliquées !

Des chiffres ?

Selon l’OCDE, « en 2017, le fret «de surface» émettait 2230 millions de tonnes de CO2, contre 929 millions de tonnes pour les frets aériens et maritimes réunis. Et en 2020, le fuel marin sera toujours responsable d’environ 250 000 morts et 6,4 millions de cas d’asthmes chez les enfants chaque année. 

En 2040, notre planète basculera dans un processus probablement irréversible.

Et de nouveaux calculs seront à refaire… avec de jolies catastrophes à venir.

En attendant, les affaires continuent et l’économie de marché prospère.

Parce que personne ne veut vraiment changer le système et ses règles du jeu.

Un jeu très dangereux.

CG

Lundi 13 mai 2019

Quelques chiffres

Oui, je sais, la lecture de mes précédentes « minutes » durait plutôt un quart d’heure.

Alors cette fois, pour faire court, je vous livre simplement quelques chiffres…


  • 2018 : année record absolu concernant la moyenne des températures. Nul doute que les années à venir battront d’autres records.


  • Google : 100 milliards de chiffre d’affaire ! Et 50 millions d’euros à débourser que réclame la France. Soit, à vue de nez, 0,05 % du chiffre d’affaires.

Euh… sur le plan des impôts ( que ne paient pas ou quasiment pas les GAFA, ils protestent car ils trouveraient ( le conditionnel est de rigueur puisque rien n’est encore fait ! ) injuste d’être imposés sur le chiffre d’affaires, et préféreraient l’être… sur leurs bénéfices !

Bizarre : moi, quand je paie mes impôts, c’est sur mon salaire, pas sur les économies que je fais ( il est vrai que si on payait un impôt sur ce qui reste de nos salaires… on ne paierait pas grand-chose, nous ! Tandis que les GAFA… )


  • Carlos Ghosn a perçu en 2012, 11,2 millions d’euros ( salaires Renault + Nissan ).

Soit, en un mois, ce qu’un smicard gagne en… 53 ans : une vie et demie de travail. Et le patron de Renault paie des impôts… aux Pays Bas, devinez pourquoi ?

Ce n’est pas juste ?

Non, mais c’est légal !

L’ex patron de Renault-Nissan joue pourtant petit bras, parce que…


  • L’an dernier, 46 personnes les plus riches de la planète possédaient autant d’argent que… la moitié la plus pauvre de toute l’humanité, soit 3,8 milliards d’individus.

En 2018, ils n’étaient plus que 26 !


  • En tête, on trouve Jeff Bezos, le patron d’Amazon, avec 155 milliards de dollars ( et il paie… très peu d’impôts ! ).

Ce qu’on sait, en revanche ( selon l’ONG Oxfam ), c’est que :


  • Les plus riches cachent au fisc 7.600 milliards de dollars

Ce n’est pas juste ?

Non.

Mais c’est légal.


CG

Lundi 22 avril 2019

28° en février

Plan B - Lester R. Brown

Le merveilleuse nouvelle est tombée chaque matin à la météo : il fait chaud !

Le 28, on a frôlé les 28° à Perpignan – et les 15° à 1500 mètres d’altitude, dans les Alpes, trois jours auparavant.

Tiens, l’association Respir proteste : alerte aux particules fines en île de France, dans le Lyonnais et ailleurs, les conducteurs sont invités ( invités ) à réduire leur vitesse de 20 km/heure – on est prié de ne pas sourire.

Suffisant ? demande la journaliste au responsable de Respir.

Non, pas du tout, l’Etat ne prend pas ses responsabilités, ajoutée au pic de grippe, cette situation aggrave les asthmes, il y aura des décès. Il faudrait imposer des mesures drastiques.

Lesquelles ? Le responsable ne précise pas.

Alors je le fais pour lui : dans les vingt ans à venir : supprimer les voitures individuelles, arrêter de consommer du charbon, du gaz, du pétrole.

Mais ce serait la mort de l’économie ! répondent… les économistes.

Oui. Mais la seule chance pour l’humanité de survivre.

J’exagère ?

Eh bien renseignez-vous. Par exemple auprès des 15 000 scientifiques qui ont lancé un cri d’alerte ( mais qui en a entendu parler ? )

Ou bien tapez Aurélien Barrau, astrophysicien. Trop jeune, pas assez fiable ?

Alors écoutez Michel Serres, philosophe, académicien, historien des sciences ( 88 ans ). A La Grande Librairie du 27 février dernier, il a déclaré que l’humanité était en danger et que le problème majeur, prioritaire, était le réchauffement climatique.

Depuis des mois, dans l’actualité, les gilets jaunes font la une.

Ils sont 40 000 mais en parle toujours.

Et l’Affaire du siècle, vous en avez entendu parler ?

Dommage : nous sommes 2 millions à l’avoir signée, en gros : deux millions de Français à exiger des pouvoirs publics qu’ils prennent des mesures exemplaires, voire impopulaires, pour contrer le réchauffement climatique. Réponse : le gouvernement n’est pas concerné.

Bizarre !

Quand il y a des morts sur les routes et qu’on installe des radars, qu’on limite la vitesse à 80 km/h, il se sent concerné ! Quand il augmente le prix des cigarettes pour tenter de limiter les cancers du poumon, il se sent concerné !

Sur 100 personnes interrogées dans la rue, combien vous répondront, à la question : « avez-vous entendu parler des gilets jaunes ? «  100%. !

Et à l’Affaire du siècle ?

Essayez !

Pourquoi ? C’est simple…

1/ Pour qu’on parle de vous, il faut faire du bruit et/ou des dégâts. 40 000 gilets jaunes qui veulent plus de pouvoir d’achat sont plus écoutés que 2 millions de citoyens attentifs à l’avenir de l’humanité.

2/ On gère le présent ou le futur immédiat. Le réchauffement, on s’en occupera quand les effets se feront vraiment sentir. Dans 30, 50 ou 100 ans – oui, mais il sera trop tard.

Pour l’instant, 28° en février, c’est magnifique !

3/ Comme l’affirmait Nicolas Hulot ( in préface de Le plan B de Lester R. Brown, Hachette Littératures, 2006, page10 ) : « l’espèce humaine est ainsi faite que parfois, elle préfère choisir l’aveuglement plutôt que se coltiner avec la réalité »

Je lasse mes lecteurs ?

Dommage, car je reviendrai à la charge.

Je n’imiterai pas certaines ( presque toutes les ) chaînes d’infos qui, après avoir consacré trois minutes à l’extinction des espèces ou à la disparition de la grande barrière de corail, s’empressent d’ajouter :

- Et maintenant, on passe aux sports !

Ouf, on va enfin savoir qui a gagné…

Dans deux ou trois siècles, c’est l’espèce humaine qui aura tout perdu.

Et pourtant, on l’aura prévenue.

CG

Lundi 11 février 2019

A propos des migrants : Lettre ouverte à nos amis américains en général… Et aux Républicains en particulier

Chers amis Américains ( et Républicains ),

Ainsi, quand 4 000 méchants migrants venus du sud ( Honduras, Mexique ) tentent de rejoindre votre beau pays et lancent des pierres à la police qui les empêche de progresser… vous jugez légitime que 15 000 policiers répliquent en tirant sur eux à vue.

Soit. Mais vous avez la mémoire courte.

En Amérique ( et aux Etats-Unis ), les premiers migrants… c’est vous !

Au XVIe et au XVIIe siècle, attirés par ces territoires tout neufs, vos ancêtres européens, anglais, irlandais, italiens, néerlandais, espagnols, portugais ( j’en passe ) ont débarqué sur ce double continent… qui était déjà occupé.

Il est vrai qu’il était peuplé de sauvages naïfs, peu vêtus, souvent accueillants, et toujours incroyants ( en tout cas, il est vrai : ce n’étaient pas de bons chrétiens ).

Au départ, ils n’ont pas rejeté les migrants qu’étaient vos ancêtres.

Certains Indiens ( ou plutôt Peaux-Rouges – sans parler des descendants des Incas, des Mayas… ) vous ont même accueillis comme des dieux.

Mais la raison du plus fort a eu raison de ces populations décidément gênantes.

Ils étaient plusieurs millions avant l’arrivée des Européens. Et moins de 300 000 il y a cent ans. Parqués dans des réserves.

Eh oui, les bons cow-boys ont eu raison des méchants et cruels Peaux-Rouges, comme voulaient nous le faire croire les westerns des années cinquante…

Quant à votre héros Buffalo Bill, il serait sans doute jugé aujourd’hui pour crime contre l’humanité, responsable de l’extermination de milliers de Peaux-Rouges : en supprimant les bisons, il affamait les Indiens. Eh oui, et puis il fallait bien fournir en viande les ouvriers du Pacific Railway qui voulaient relier l’Atlantique à la côte ouest… en exterminant les populations qui auraient ralenti la marche du progrès.

Les migrants ? Vous en étiez. L’avez-vous oublié ?

De quel droit vous êtes-vous appropriés ces territoires déjà habités ?

Il faut durcir « le droit du sol », a affirmé Donald Trump.

Un sol dont les anciens occupants ont été spoliés, chassés, exterminés.

Par millions. Et par vos ancêtres.

Des migrants.

Pardonnez-moi de vous le rappeler.

Dimanche 06 janvier 2019

La fin du monde… ou la fin du mois ?

On connaît cette formule ( La fin du monde ou la fin du mois ? ) depuis la révolte des gilets jaunes et la promesse d’Emmanuel Macron qui s’engage… à traiter les deux. C’est très courageux. Mais c’est mission impossible.

Je sais que le discours qui suit est à contrecourant de l’actualité.

Mais tant pis.

Assurer la fin du mois, c’est le problème quotidien de millions de Français.

Assurer sa réélection dans deux ou trois ans, c’est le défi permanent des hommes d’état ( Macron, Trump, Poutine… et les autres ! )

Différer la fin du monde, c’est l’obsession des écologistes : Nicolas Hulot, Yann Arthus Bertrand, 15 364 scientifiques ( vous avez lu leur SOS sur Internet ? Tapez Appel des 15 000 ) et accessoirement du GIEC. Un organisme qui, depuis 1988, crie ALERTE ! sans que ses conseils ni les décisions prises ne soient suivies d’effet. Ne parlons pas de la COP 24…

Et cette alerte ne concerne pas 67 millions de Français mais 7,5 milliards d’humains.

Allons ! allez-vous rétorquer. La fin du monde, ce n’est pas pour demain.

Non. Mais pour après-demain. Dans cinq ou six générations - les scientifiques les plus compétents la prévoient.

Désormais, on connaît le bout du chemin. Mais voilà : on préfère ne pas y penser.


(la suite pour ceux qui viennent de l'édito de Janvier-Février !)

Revenir sur la hausse des taxes sur le carburant ?

Bon, c’est vrai : cette hausse était ridicule, provocatrice et improductive.

D’autant plus qu’une part dérisoire de ces taxes devait ( théoriquement ) être consacrée à la « transition écologique ». Mais bloquer le pays pour augmenter le pouvoir d’achat, ça me fait sourire ( jaune ).

Eh oui, chers amis gilets jaunes, chers citoyens du monde, le problème est ailleurs. Quitte à être provocateur jusqu’au bout, je rappellerai qu’il y a 40 ans, le carburant coûtait plus cher qu’aujourd’hui, avec des véhicules qui consommaient deux fois plus. Et l’on commençait à peine à prendre conscience du réchauffement climatique provoqué ( entre autres ) par la consommation du pétrole. Une énergie fossile qui, en réalité, n’a pas de prix.

Parce qu’il faudra des millions d’années pour la renouveler.

Pour la première fois ( enfin ! ), le 22/11/2018, Nicolas Hulot a évoqué la fin du monde. « Peut-être pas la mort de la planète Terre ( encore que… ») mais celle de l’humanité.

Une métaphore ?

Une vue de l’esprit ?

Hélas non : une fois franchi un point de non retour ( dans deux ans, comme le dit Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU ? Plus vraisemblablement avant le milieu du siècle, soit vers 2040 comme le calculent déjà certains climatologues ), l’emballement climatique sera irréversible.

Avec, dans moins de deux cents ans, une survie impossible sur notre planète.

Difficile d’y croire, n’est-ce pas ? Et surtout, trop gênant d’y penser.

Donc… on oublie ! Et on remet le problème à demain.

Sauf qu’on le remet à demain depuis… 1972, c'est-à-dire le premier Rapport du club de Rome.

Parce que gérer le quotidien ( et sauvegarder l’économie, merci, les banques ! ) est bien plus important que penser à l’avenir de nos descendants.

Le défi est pourtant majeur : si des mesures drastiques ne sont pas prises, c’est l’humanité qui va disparaître. Dans des conditions que les collapsologues jugent désastreuses : sécheresses, conflits, pandémies… un futur qui relègue les vieux Mad Max au rang de conte de fées.

On va me rétorquer : vous êtes sûr de ça ? Qu’est-ce qui nous le prouve ?

Oui : la plupart des gens préfèrent ne pas y croire. Ou plutôt prendre ce risque. Parce que c’est plus facile que de changer notre façon de vivre et de consommer.

La fin du mois, c’est le problème des pays industrialisés, riches et nantis.

Pour des milliards d’autres humains, c’est la survie au quotidien : maladies, guerre, manque d’eau potable …

Autrefois, on pouvait dire : « c’est leur problème ! »

Aujourd’hui, c’est plus délicat parce que c’est notre système économique qui les a mis dans cet état ! Nos sociétés industrielles vivent, on le sait, au-dessus de leurs moyens. Au détriment de pays dont les habitants survivent en travaillant pour des salaires de misère et en traitant les déchets de nos belles technologies (comme le font les enfants indiens ).

Pour fêter la coupe du monde de foot, on peut se rassembler à 500 000 sur les Champs Elysées. Pour faire baisser les taxes, on peut bloquer la circulation, les commerces, brûler les préfectures et obliger l’Etat à plier.

Mais combien sont prêts à manifester pour contraindre nos dirigeants à prendre les mesures propres à assurer… la survie de l’humanité ?

Là, il n’y a plus personne. Si : le 8 décembre, 5 000 manifestants dans la « manif pour le climat ».

On laisse faire.

Parce que, pour agir, on ne devrait pas parler de transition mais de dictature écologique. Avec l’arrêt impératif, immédiat, de production de CO2.

Donc l’interdiction absolue de produire ( et de consommer ) du pétrole. Donc celle d’utiliser les voitures, les camions, les avions, les tankers…

Je vous entends éclater de rire :

- Mais ce serait la mort de toute l’économie ! Une régression sans précédent ! Et le risque de produire des révolutions, des émeutes, des famines !

Exact.

Ce serait surtout le prix à payer pour que survivent la Terre et les êtres vivants qui la peuplent. Ne rien faire ( c'est-à-dire laisser faire ), c’est reculer le problème. Parce qu’une fois le point de non retour atteint, les mêmes problèmes ( conflits, famines…. ) se produiront.

Avec, et cette fois sans retour, la disparition de toutes les espèces.

Pessimiste, catastrophiste, cette prophétie ?

J’ai peur de ne pas me tromper.

Et je sais pourquoi Nicolas Hulot a pleuré.

CG

Lundi 10 décembre 2018

La dictature ? Et pourquoi pas ?

Attention : je n’ai pas dit que j’étais favorable à la présence d’un dictateur.

Et je n’ai pas encore précisé quel type de dictature me semblait souhaitable… non : indispensable !

Il s’agit, on l’aura deviné, d’une « dictature verte – ou écologique ».

Parce que la situation n’est plus urgente. Elle devient indispensable si l’on veut préserver la paix, la sécurité des futures générations et, à terme, l’existence de l’espèce humaine.

En réalité, notre planète subit, de façon insidieuse, une dictature que la population, implicitement, approuve : celle de l’économie. Un monde devenu incontrôlable qui nous fait exiger une croissance à tout prix ( à tout prix, oui : y compris celui du sort – pire : de la survie ! - des générations à venir ). Une économie qui dicte sa loi à toute la planète avec le soutien des « pays riches » ( en gros, ceux du G 7 ou G8 ) qui refusent de modifier quoi que ce soit au mode de vie de leurs concitoyens.

Or, les faits sont têtus : les espèces, l’eau, les terres cultivables ( et je fais court ) disparaissent à vue d’œil, pour le maintien d’un mode de vie basé sur le gâchis, la surconsommation et le mépris du vivant – sans parler du non-vivant ( pétrole, gaz, terres rares, etc. ) dont la disparition, cerise sur le gâteau, contribue à alimenter le CO2 et l’effet de serre.

Question : pourquoi, malgré de beaux discours et des promesses admirables, rien n’est réellement fait pour contrer les catastrophes annoncées ?

Eh bien parce que :

1/ les responsables politiques obéissent aux impératifs économiques ( consommation, PIB, salaires, niveau de vie, etc. )

2/ ils sont davantage préoccupés par leur réélection dans 4 ou 5 ans que par le sort de la planète dans 30 ou 50 ans.

3/ s’ils prenaient les mesures drastiques indispensables, des manifestations et des protestations feraient sortir la population dans les rues ( en bien plus grand nombre encore que pour la coupe du monde de foot, c’est dire ! ).

Ce serait plus qu’impopulaire : insupportable !

4/ Si la France se risquait, en solitaire, à prendre ( de façon autoritaire ) de telles mesures, sa croissance, en chute libre, serait observée en ricanant par les autres pays qui, eux, trop contents, se garderaient bien de l’imiter… comme cela deviendra de toute façon indispensable, un jour, de gré ou de force.

Mais il sera trop tard. Le réchauffement climatique, c’est un peu comme le cancer : si on attend les premiers gros dégâts pour agir, les chances de survie se raréfient.

Les effets du réchauffement que nous supportons aujourd’hui sont la conséquence des excès de CO2… des années 70. Il a fallut cinquante ans pour qu’on les constate.

Pour contrer le réchauffement climatique actuel ( en ne produisant plus du tout de CO2, ce qui est évidemment impensable, impossible ), il faudrait un ou deux siècles.

Il faudrait, car loin d’en produire moins comme nous nous l’étions solennellement promis, nous en produisons toujours plus.

Une « dictature verte », comme je l’évoquais dans mon titre provocateur, ne pourrait être que mondiale. Avec, à sa tête, les 15 000 scientifiques qui ont lancé leur fameux appel, et les responsables des pays les plus riches, les plus producteurs… comme la Chine et les Etats-Unis. Avec non pas l’augmentation du prix du pétrole, mais l’interdiction absolue d’en pomper désormais le moindre baril.

Euh… et les voitures ?

Et l’industrie ?

Oui : vous l’avez compris : des années seraient nécessaires pour mettre en œuvre une telle mesure. Avec le remplacement de la voiture individuelle ( pour prendre un seul exemple ) par un vrai réseau de transports collectifs… fonctionnant au moyen d’énergies renouvelables.

Les transports aériens ?

Le tourisme ?

Il faudra les soumettre à une législation féroce. Savez-vous combien de personnes sont en train de se déplacer dans les airs, en ce moment – et en permanence ?

Deux millions !

Et l’aérien, sur Terre, représente seulement 3% du transport !

La surpopulation ? Il faudra la gérer.

La viande ? Il faudra finir par s’en passer, pour mille raisons qu’il serait trop long de détailler.

Utopiques, ces mesures ?

Peut-être. Mais de gré ou de force, nous devrons finir par nous y plier.

À un moment, dans le futur, où, hélas, il sera déjà bien tard pour agir…

CG

P.S. Difficile et délicat, de vous livrer des liens susceptibles de vous convaincre.

Ayez au moins la curiosité de taper Appel des 15 000 sur votre moteur de recherche.

Ou encore planète étuve si vous avez encore des doutes sur l’avenir de notre Terre – et celui du vivant en général.

Et si vous voulez l’avis d’un scientifique ( qui n’est pas climatologue mais astrophysicien ! Il s’agit d’Aurélien Barrau ), connectez-vous sur :

https://www.youtube.com/watch?v=XO4q9oVrWWw

Lundi 22 octobre 2018

Mort d’une abeille

Réflexion après la diffusion d’un doc « 13H15 le dimanche » sur la 2, en août dernier.

On y voit notamment une abeille en train de mourir. Elle gigote et agonise, victime d’un dérèglement causé par un pesticide… ou même deux pesticides réputés inoffensifs, mais dont la rencontre provoque le même effet dévastateur, comme deux médicaments sans danger peuvent se révéler incompatibles. Son système endocrinien est perturbé, elle est incapable de se diriger –les abeilles se servent du soleil pour communiquer leurs trajets et retrouver leur ruche.

Cette abeille n’est pas la seule à mourir.

En trente ans, on le sait, 80% des insectes ont disparu sur notre planète.

Ce qui rend obsolète la fameuse blague : « A quoi reconnaît-on un motard heureux ? Réponse : les moucherons, sur les dents. »

Les vieux conducteurs l’ont remarqué : autrefois, en été, leur pare-brise était vite constellé par des mouches, guêpes, moustiques et autres insectes projetés sur le pare-brise.

Il n’y en a quasiment plus… merci, Monsanto !

75% des abeilles ont disparu. Ce petit gain de 5% est le fait des apiculteurs qui se battent pour renouveler leurs ruches. Les abeilles ont deux ennemis : les parasites et les pesticides.

Dans le monde, un seul pays n’a pas vu de diminution des abeilles des ruches : Cuba.

Pourquoi ?

Parce qu’après la chute de l’URSS, l’embargo américain n’avait plus d’adversaire.

Cuba n’a plus disposé de l’envoi des pesticides de ses alliés russes.

Les apiculteurs cubains ont été contraints de… faire du bio.

Et là, miracle : les abeilles se sont montrées capables de lutter elles-mêmes, par de rapides mutations, contre leurs parasites naturels ! Sans pesticides, elles ont continué à produire ( du miel ) et à se reproduire. Merci l’Amérique  ( et Mr Bush senior ) !

On me dira : les abeilles vont disparaître… et alors ?

On connaît la phrase ( faussement attribuée à Einstein ) évoquant la fin programmée de l’humanité s’il n’y avait plus d’abeilles : elles sont responsables (à 80% ) de la pollinisation. Sans elles, la biodiversité disparaît ( ainsi que la plupart de nos cultures ).

Or, la responsabilité des pesticides semble entière : ils sont coupables de la mort des abeilles.

Monsanto ?

On sait ce qu’il en est : sans pesticides, ça va coûter plus cher de désherber.

Donc il faut attendre un peu avant d’agir, pour des raisons économiques.

Même Nicolas Hulot l’admet, l’accepte, le soutient – bizarre !

Sauf que pour les mêmes raisons, l’humanité va finir par le payer beaucoup plus cher.

Monsanto, on le sait aussi, a été racheté par Bayer, qui hérite de cette patate chaude.

Monsanto ( donc Bayer ) a été condamné à verser 289 millions de dollars ( 250 millions d’euros ) à un jardinier américain dont la cause du cancer semble bien avoir été établie.

Et ce jugement pourrait faire jurisprudence.

Sauf que Bayer, rassurez-vous, n’est pas près de payer : il fait appel. Le procès peut durer des années, avec l’aide de rapports établissant que le glyphosate n’est pas du tout dangereux. Rapports douteux rédigés par des « spécialistes » tous liés à Monsanto.

Cherchez l’erreur.

L’abeille en train de mourir lève peut-être le doigt ( si j’ose dire ) pour affirmer : ben non, je suis même la victime de pesticides jugés sans danger, alors le glyphosate, pensez donc…

A-t-on estimé le coût ( là, pas en millions mais en dizaines de milliards ) des conséquences ( sanitaires : médicaments, traitements, etc. ) de l’usage de ces pesticides ?

Les 250 millions d’euros auxquels Monsanton vient ( enfin ! ) d’être ( théoriquement, hélas ) condamné sont une goutte d’eau dérisoire.

Le coût de ces conséquences, c’est la sécu qui l’a payée – et la paiera.

C'est-à-dire nous.

Et ce qui se passe pour les abeilles n’est que la surface de l’iceberg de notre belle économie de marché : on privatise les bénéfices ( Monsanto s’est magnifiquement enrichi pendant des dizaines d’années ! Avec un dernier chiffre d’affaire de 15 milliards de dollars, il vient d’être racheté par Bayer pour… 59 milliards d’euro, qui dit mieux ?) et on nationalise les pertes : c’est la société, les impôts ( nous ! ) qui devons réparer les dégâts… quand c’est encore possible.

Ah, pour les abeilles, je rassure mes lecteurs : des sociétés privées ont trouvé la solution : des abeilles robots fabriquées par millions ( je ne plaisante pas, renseignez-vous, Walmart, 485 milliards de chiffre d’affaire, a déposé un brevet ! ).

Les trusts ont toujours une réponse : non contents de s’enrichir en détruisant la biodiversité, ils trouvent encore le moyen de continuer à le faire en inventant des remèdes pour réparer les catastrophes qu’ils provoquent.

CG

Lundi 16 juillet 2018

L’humanité disparaîtra… beaucoup plus tôt qu’on ne le croit

I have a dream, affirmait Martin Luther King.

Mon rêve à moi, plus ambitieux, concernait ( oui, je parle au passé ) le futur de l’humanité.

Il rejoignait les utopies d’un John Wheeler et d’un Elon Musk.

John Wheeler ? Dans les années 90, ce spécialiste de la physique quantique affirmait en substance ( dans un article de la revue Pour la science ) que si l’humanité ne commettait pas d’erreur, elle avait, en germe, les moyens de perdurer pendant des millions d’années1.

Elon Musk ? Le projet le plus fou de ce milliardaire ( il fait atterrir une partie de ses fusées porteuses, il est l’auteur du projet superloop et aimerait coloniser Mars dès 2025 ), son objectif utopique consiste à essaimer l’univers de 1000 milliards d’humains en les faisant coloniser peu à peu les planètes d’autres systèmes.

Des folies ?

Pas tout à fait, si notre humanité s’en donnait à la fois le temps et les moyens.

Mais ce n’est pas le cas, car l’humanité s’offre un suicide programmé.

On évoque souvent la disparition des dinosaures, suite à la chute d’une météorite géante il y a 65 millions d’années. C’est une version réduite de la réalité puisque les causes de cette extinction massive des espèces vivantes sont encore mal connues.

Des extinctions de ce genre, la Terre en a vécu plusieurs.

Celle du Permien-Trias, par exemple ( il y a environ 250 millions d’années ) a vu disparaître 95% de la vie sous-marine et 70% de la vie terrestre.

Ses causes ?

Un réchauffement climatique dû à des libérations massives de gaz à effet de serre. Libérations nombreuses et complexes, notamment volcaniques ).

Un scénario identique pourrait bien nous attendre.

J’entends d’ici les protestations : qu’est-ce qu’on en sait ? Jusqu’ici, on évoque 2° de plus, ce n’est pas grand-chose. On va enrayer ça vite fait ( et/ou ) on trouvera bien des solutions !

La réalité est plus cruelle : enrayer ce réchauffement avant la fin du siècle est de toute façon impossible. Les climatologues le savent : même si l’on cessait dès demain de produire du CO2 ( et on est loin, très loin du compte ! ) ce réchauffement, déjà entamé depuis des décennies, se poursuivrait pendant plusieurs siècles.

En 2100, on sera plus proche des 5° de plus, que des 2° envisagés. En ce moment, le Groenland perd 200 milliards de tonnes de glace par an. Ce n’est pas demain que cette glace reviendra mais ( peut-être et au mieux ! ) dans plusieurs siècles. Voire plusieurs millénaires.

Les conséquences d’un réchauffement inéluctable sont nombreuses et hélas imprévisibles.

Ce qui est sûr, c’est que dans moins d’un siècle ( les enfants qui naissent en ce moment auront 80 ans ), la hausse du niveau des océans, la raréfaction de l’eau potable, les désertifications, la surpopulation ( nous serons 10 milliards en 2050 ; et en 2100, l’Afrique comptera 4,4 milliards d’habitants ) et les migrations massives entraîneront des conflits majeurs que nous redoutons d’imaginer – à quoi bon en parler ou les évoquer ? Ca paraît loin, improbable.

Et l’économie de marché a une priorité absolue : produire et nous faire consommer.

Le décroissance n’est donc pas pour demain.

Et les décennies à venir risquent de surprendre nos descendants, nous leur léguons un futur difficile. Alors autant faire semblant de l’ignorer pour mieux profiter du présent.

Si je partage les craintes d’Yves Paccalet2, je suis en totale opposition avec sa formule : comme la plupart des astrophysiciens, je pense que la Terre est une planète aux capacités rares, peut-être uniques – et l’homme un miracle de l’évolution.

Notre espèce avait les moyens de devenir un modèle d’intelligence – Nietzsche, Arthur C. Clarke et Stanley Kubrick ont ( entre autres ) illustré ce rêve.

Un rêve que notre mode planétaire de société condamne à un cauchemar annoncé.

Après tout, c’est normal : les défauts de notre espèce entraînent inéluctablement son extinction Euh…. non, je refuse de le croire.

L’humanité méritait mieux que ça.

Cette formule, c’est peut-être celle que répéteront tristement les rescapés improbables de notre chute, dans quelques siècles. Quelques siècles… je vois trop loin, vraiment ?

Il y a 500 ans, Léonard de Vinci ( et tant d’autres ! ) nous promettaient le meilleur.

Dans 500 ans, qu’en restera-t-il ?

Oui, je l’avoue : j’ai très peur.

CG

1en maîtrisant la génétique – un projet repris et adapté par les transhumanistes.

2 L’auteur de l’essai L’humanité disparaîtra… bon débarras.

Lundi 25 juin 2018

A propos du passé simple…

Le sujet est large et multiple.

Et le projet qui préconise l’enseignement du passé simple « réduit à la troisième personne du singulier et du pluriel » a provoqué en son temps une levée de bouclier.

Les faits sont là : le passé simple a disparu de la langue orale.

Comme a quasiment disparu de la langue écrite l’usage de l’imparfait du subjonctif.

S’en offusquer est inutile. Et sur le plan pratique, mieux vaut être efficace et tenter de faire maîtriser aux élèves ce qui est le plus accessible… et le plus courant.

En revanche, il devient indispensable d’aborder ces temps et ces modes parfois complexes si l’on veut lire ( comprendre et apprécier ) les textes classiques, Et là, on parvient à une scission dramatique : seule une partie des élèves y parviendra, pour des raisons diverses et souvent culturelles : milieu social, accès à la lecture dès l’enfance, aide à la maison, goût de l’effort…

Ici, l’enseignant se heurte à des difficultés qui, hélas, dépassent les instructions. Combien seront-ils à l’arrivée ( peut-être cinq cents sur trois mille ) ceux qui liront sans ricaner et sans effort :

Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort

Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port.

En littérature jeunesse, il est devenu courant de raboter la langue, les mots ou expressions difficiles, les phrases longues et les « modes et temps compliqués ». Je me bats contre cette tendance, essayant d’imposer ici ou là un terme ou un mot jugé «  vieux ou plus très usité ». Parce que cette course à la simplification entraîne les auteurs ( s’ils veulent être publiés et lus ) à réduire de plus en plus leur vocabulaire et leurs ambitions littéraires. Ce qui n’est pas vraiment l’objectif – à mes yeux. Face à mes réticences, les directeurs/directrices littéraires ont des arguments de poids : « si vous laissez ça, le jeune lecteur va bloquer. Il risque de fermer le livre ! » Donc de ne plus en acheter un de la même collection. Ne prenons pas de risque !

Le résultat, c’est la quasi-obligation pour l’auteur ( sujet à l’autocensure plus que lui-même ne le croit, car au fond, il veut être publié et lu ! ) de préconiser le présent et l’usage du je, pour que le ( jeune ) lecteur accède facilement à l’usage des verbes et s’identifie plus facilement au héros. A noter que le passé composé a ses adeptes, parce que c’est le temps du passé à l’oral !

Dommage. Car il faudra bien aborder les textes plus anciens et la littérature classique quand le moment sera venu – même si pour certains, on le sait, il ne viendra pas, il ne viendra jamais… mais battons-nous pour que ce soit possible !

Non pas par goût réactionnaire de la tradition mais pour faire partager au plus grand nombre les textes qui sont le terreau, les racines de notre littérature.

Et pour ça, tous les moyens sont bons.

Y compris la parodie.

Il y a quarante ans, je n’hésitais pas, pour expliquer et commenter Le Cid, à citer le poème de Georges Fourest, alias Microphane Trapoussin. Dans la bouche de Chimène, la fameuse litote : Va, je ne te hais point ! devenait ( à part soi ) :

Qu’il est joli garçon, l’assassin de papa !

Et comment ne pas conclure le douloureux dilemme de cette Minuts du vieux schnock ( « pas si simple, aujourd’hui, de faire passer le passé simple « ! ) sans citer in extenso la fameuse Complainte d’Alphonse Alllais, à la mode de Racine, avec son inoubliable finale à la mode de l’imparfait du subjonctif :

Oui, dès l’instant que je vous vis, 
Beauté féroce, vous me plûtes ; 
De l’amour qu’en vos yeux je pris, 
Sur-le-champ vous vous aperçûtes ; 
Mais de quel air froid vous reçûtes 
Tous les soins que pour vous je pris ! 
En vain je priai, je gémis : 
Dans votre dureté vous sûtes 
Mépriser tout ce que je fis. 
Même un jour je vous écrivis 
Un billet tendre que vous lûtes, 

Et je ne sais comment vous pûtes 
De sang-froid voir ce que j’y mis. 
Ah! fallait-il que je vous visse, 
Fallait-il que vous me plussiez, 
Qu’ingénument je vous le disse, 
Qu’avec orgueil vous vous tussiez ! 
Fallait-il que je vous aimasse, 
Que vous me désespérassiez, 
Et qu’en vain je m’opiniâtrasse, 
Et que je vous idolâtrasse 
Pour que vous m’assassinassiez !


Lundi 23 avril 2018

65 millions ...


C’est, en 2017, le nombre de migrants recensés dans le monde, toutes catégories confondues. Oui, je sais, il faudrait différencier les migrants politiques, économiques, climatiques… mais à mes yeux, ces nuances ont peu d’importance, même si, en principe, les réfugiés politiques ( donc menacés de mort ) pourraient avoir une priorité sur les réfugiés économiques ou climatiques : après tout, jugent certains à voix basse, pour ces derniers, c’est leur faute : ces gens n’avaient qu’à naître ailleurs !

En France, les voix s’élèvent contre le laxisme des autorités : avec 100 000 « demandeurs d’asile », mais où allons-nous ? C’est oublier que l’Allemagne, depuis 2015, en a accueilli… un million !

Nos voisins, allez-vous nuancer, avaient de bonnes raisons : ils manquent de main d’œuvre et leur natalité est en péril. D’ailleurs, face aux protestations, Angela Merkel a dû réduire la voilure. En Syrie, depuis l’an 2 000, trois millions d’habitants ont fui. Depuis 2015, l’Allemagne en a accueilli 21 000. Et la France, depuis 2013… 1 500. Qui dit mieux ?

Et là, ce ne sont pas des « migrants économiques ou climatiques ».

Où Grenier veut-il en venir ? vous demandez-vous.

À examiner le problème sur le plan planétaire…

Par exemple, en constatant que la loi du marché autorise :

  • des sociétés à s’implanter n’importe où dans le monde, pour y exploiter, par exemple, les habitants du Bangladesh ( surtout les femmes ), qui fabriquent pour deux euros par jour ( si, vérifiez ! Le salaire moyen mensuel y est de 32 euros/mois, le textile paie deux fois plus, magnifique ! ) des vêtements que les mêmes sociétés vous vendent avec de scandaleux bénéfices. Ne parlons pas des enfants de 7 ou 8 ans, en Inde, qui récoltent des tomates qu’on leur achètera… 1 centime d’euro le kilo - j’en passe.

  • que ces bénéfices réalisés par ces trusts internationaux soient placés dans des paradis fiscaux grâce à des astuces complexe tout à fait légales.

Donc : ces lois qui autorisent la libre circulation de l’argent et des marchandises… refusent la libre circulation des travailleurs qui produisent ces marchandises - donc ces richesses.

Au XIXe ou au XXe siècle, on pouvait encore oser objecter : chaque pays gère ses biens et sa population comme il l’entend. Ne nous mêlons pas des affaires du voisin – ce qui, en soi, est déjà risible puisque, dans notre glorieux passé, les pays les plus riches ont envahi des territoires qui ne leur appartenaient pas, de l’Afrique aux deux Amériques, en anéantissant ou ( au mieux ) en asservissant les populations locales.

Aujourd’hui, ce discours n’est plus supportable : si le marché chinois éternue, les Etats-Unis s’enrhument. La bourse est mondiale, comme l’est devenu le système économique de toute la planète. Une planète que les Etats-Unis ( et déjà les Chinois ) inondent de leurs produits, Coca Cola, Mac Do, Google et cinéma compris.

Comment alors s’étonner que les pays pauvres envisagent d’accéder au même système ? Et cherchent à rejoindre nos pays qui, sans produire ces richesses ( coton, huile de palme, terres rares, etc. ) en récoltent les fruits ?

Ah, il y a un problème : les ressources de notre monde sont limitées. Mais ce sont les pays industrialisés qui en bénéficient – plus pour très longtemps, à en croire les économistes.

Et les statistiques risquent d’effrayer : dans les années à venir le chiffre des migrants va sans doute exploser. Celui des migrants économiques ( non, non, restez chez vous, débrouillez-vous avec ce qui vous reste ) comme celui des réfugiés climatiques : oui, 60% de la population mondiale vit au bord des océans. Des océans dont le niveau va monter.

Quant aux zones menacées par la désertification et le manque d’eau potable, elles se multiplient à vitesse grand V.

Au fait, tout ça, à qui la faute ?

Au réchauffement climatique provoqué par les gaz à effet de serre, essentiellement produits par… eh bien justement : les pays industrialisés. Quant à l’Afrique, L’Inde, le Bangladesh et d’autres pays du Sud-Est asiatiques, ils sont les premiers à en pâtir.

Alors bien sûr, il y a des solutions provisoires : construire des digues, élever des murs, promulguer des lois et revendiquer l’indépendance de sa petite vallée, crier très fort : « interdit d’entrer, on est chez nous,! »

Sauf que chez nous, désormais, c’est la planète.

Et n’en déplaise au dieu croissance, le jour viendra où il faudra, de gré ou de force, se résigner à en partager les fruits – enfin, ce qu’il va en rester.

CG

Lundi 05 mars 2018

LA COUVERTURE D’UN LIVRE… ou


Lire la suite...

Vendredi 09 février 2018

Pierre Rabhi, Prix Nobel de la Paix

Non, ce n’est pas un scoop mais un vœu pieux, une proposition en guise de lettre ouverte au Comité Nobel norvégien.

On peut s’étonner : pourquoi décerner ce prix à un « semeur d’espoir » ( titre d’un ouvrage de Pierre Rahbi, publié en 2013 ), un agriculteur philosophe qui n’a rien d’un révolutionnaire et encore moins d’un homme politique ?

Eh bien peut-être justement pour ces raisons là.

On le sait, Pierre Rabhi n’est pas partisan d’une action collective ni de bouleversements contraignants. Il prône l’action – et surtout la responsabilité – individuelle, à l’image des membres du mouvement Colibris – un nom dont il faut, pour ceux qui ne le connaissent pas encore, expliquer la métaphore : face à un incendie monstrueux que tous les animaux observent sans réagir, un colibri transporte dans son bec une goutte d’eau dix fois plus petite que lui. Face à l’étonnement et aux ricanements de ceux qu’il croise et lui disent : Tu es ridicule ! il se contente de répondre : Je fais ma part.

Une belle leçon qui nous rappelle que face à la désorganisation du monde : réchauffement climatique, dictatures, attentats, migrations forcées ( mais aussi appauvrissement des sols, usage de pesticides, centrales nucléaires… liste à compléter selon vos goûts et opinions ), il s’agit avant tout d’agir, en tant qu’individu responsable. Pas seulement voter, mais œuvrer au quotidien pour changer nos comportements – ce qui n’empêche pas, par ailleurs, des actions collectives !

Quant on déclare à Pierre Rahbi que ce sont les multinationales qui gouvernent le monde, il nous rappelle que non, c’est nous : ces société géantes, de Monsanto à Google en passant par Amazon, Barklays, Axa, Goldman Sachs ( j’en passe, la liste est longue hélas ) n’existent et ne prospèrent que grâce à notre action, notre complicité, nos comportements, nos achats.

Si elles nous ont rendu prisonniers, si elles nous ont persuadés que notre mode de vie ( et de consommation ) actuel était la seule voie possible, c’est avec notre complicité.

Si nous refusons de confier notre argent à nos banques, d’acheter des voitures ou certains produits, c’est leur faillite assurée – oui, mais aussi celle des emplois, allez-vous rétorquer.

Aussi, ce boycott doit être ciblé – le problème n’est pas simple et la pente risque d’être dure à remonter. Voilà pourquoi nous préférons laisser faire, faire avec – et râler tout en profitant jusqu’au bout ( c’est où, le bout ? ) des avantages du système.

On peut se positionner contre la décroissance, contre les migrants, contre le réchauffement.

Mais comme l’affirmait Pierre Dac ( mon philosophe préféré ), quand on dit : Ferme la porte, il faut froid dehors, ce n’est pas parce qu’on a fermé la porte qu’il fait moins froid dehors.

La décroissance, les migrants, le réchauffement… on peut être contre mais la réalité est parfois plus têtue que les opinions. Un jour, l’humanité n’aura plus le choix : ce qu’elle aura longtemps refusé lui sera imposé. Et elle en portera la responsabilité – collective, cette fois.

Parfois, je m’interroge ( et je ne suis pas le seul ) sur celles et ceux à qui le Nobel de la Paix est décerné. Elie Wiesel ou Mère Teresa ? OK. Mais Henry Kissinger, euh… pas d’accord.

Et si je ne cite pas d’autres noms, c’est parce que la liste des Nobel de la Paix douteux serait hélas plus longue que celle des personnalités ou des associations qui m’en semblent dignes.

On me rétorquera que les sympathies et positions idéologiques des membres de la famille de Pierre Rabhi sont parfois discutables… que la décroissance, la lutte pour la biodiversité et la « simplicité volontaire »… bon. Alors croissons et complexifions.

Et continuons comme avant. En changeant de smartphone deux fois par an.

Luttons pour ce que nous prétendons être des avantages acquis et des droits.

Sans trop nous poser la question de savoir à qui ça profite.

A nous ? De moins en moins.

Et plus pour très longtemps.

CG

Lundi 11 décembre 2017

L’ÉCRITURE ET LA GLOIRE

Nombreux sont ceux que démange l’envie d’écrire. Plus nombreux qu’on le croit : en France, une personne sur onze ( d’après une étude de Philippe Lejeune, prof d’université à Paris XIII et spécialiste du journal intime. )

Reste à répondre à l’intrigante question : qu’est-ce qui motive ce besoin, souvent impérieux ?

Les réponses sont aussi floues que multiples : le désir de formuler un dessein, des souvenirs. De fixer ( ou de résoudre ) une angoisse ?

Le besoin de s’exprimer – ou d’exprimer – par des mots ce qui obsède votre esprit ?

La plupart des premiers écrits relèvent de l’intime ou de la poésie.

Mais quand la fiction et le roman s’en mêlent, c’est une autre affaire : a-t-on alors l’objectif d’être reconnu ? De pouvoir inscrire Ecrivain sur sa carte de visite ?

De rejoindre un club ( en apparence ) prestigieux ?

De devenir célèbre ? Riche ? Hum : je réponds souvent que si vous voulez devenir riche ou/et célèbre, il existe d’autres moyens que l’écriture : le sport, la finance, la politique, la chanson… j’en passe !

Une fois la question posée : « pourquoi écrivez-vous ? » ( qui se différencie de la question : « pourquoi vouliez-vous devenir écrivain ? » ), on s’aperçoit que les réponses ne sont pas si évidentes.

Pour faire court, je dirais qu’il existe à mes yeux deux sortes d’écrivains : ceux qui écrivent, poussés par un impérieux besoin ; et ceux qui poursuivent d’autres objectifs : le désir de laisser une trace, la reconnaissance et/ou la gloire !

Les premiers ne sont pas toujours publiés. Ils écrivent en proposant parfois leurs textes aux éditeurs ; en cas de refus, rien ne les empêche de continuer : ils ont quelque chose à formuler. Et l’absence de lecteurs, du succès, ou d’une quelconque reconnaissance ne les rebute pas.

Les seconds, eux, insistent : ils veulent avoir leur nom sur la couverture d’un livre.

Cette catégorisation ( certes grossière ) n’implique de ma part aucun jugement de valeur.

À 14 ans, Victor Hugo aurait affirmé : « Je veux être Chateaubriand ou rien ».

On sait ce qu’il en advint : on peut être avide de reconnaissance et se révéler un génie.

En revanche, je peux aligner le nom d’anciens amis à moi qui voulaient avoir leur nom sur la couverture d’un livre. Ils l’ont eu… et se sont arrêtés d’écrire. Ils avaient atteint leur objectif.

En réalité, les choses sont plus subtiles qu’il y paraît…

Des écrivains avides de reconnaissance ou de gloire finissent par devenir des auteurs sincères et authentiques. D’autres, plus sincères au départ, finissent par devenir de bons faiseurs. Avec, au centre de ces deux extrêmes, de nombreuses et diverses nuances.

En ce qui me concerne, je crois faire partie des premiers écrivains : très jeune, j’ai commencé à écrire. Mon journal intime. Des poèmes. Des histoires. Avec, comme motivation ( mais comment la deviner après coup ? Délicat… ) le besoin impérieux de formuler par écrit ce qui me passait par la tête – et que je ne pouvais pas livrer à l’oral. Dans les années cinquante, les enfants n’avaient pas beaucoup le droit à la parole. Je livre souvent la réponse de Jules Renard : « Écrire, c’est une façon de parler sans être interrompu. »

À vingt ans, poussé par les amis ( puis par mon épouse ) à qui je confiais mes textes ( preuve que le besoin d’être lu finit par s’imposer ), j’ai adressé un roman à un éditeur.

J’ai été aussitôt publié. Et récompensé par un prix.

C’est alors que les choses ont commencé à changer…

Eh oui : avoir des lecteurs implique de nouvelles responsabilités : plus question de brouillonner puisqu’on est en vue. On s’applique alors à soigner l’architecture, à peaufiner ses personnages, etc. S’ajoute bientôt à ces impératifs celui du succès - ou des ventes. Tiens, dire ceci semble plaire plus que cela…

Faut-il alors céder au goût du public ? Aux conseils de votre directeur littéraire ?

Là encore, pas si simple !

Pendant des années ( de 1970 à 1990 ! ), mes ( jeunes ) lecteurs me demandaient souvent si j’écrivais de la science-fiction parce que c’était un genre qui se vendait bien.

J’avais du mal à les persuader que la SF, bien au contraire, avait un public très restreint.

C’est d’ailleurs peut-être pour élargir mon lectorat ( j’avais alors décidé d’« essayer de vivre de ma plume » ) que je me suis risqué dans d’autres genres littéraires : le roman policier ( Coups de théâtre ) ou le roman traditionnel ( La Fille de 3ème B/ Le pianiste sans visage ).

Ce qui a contribué à changer mon écriture : le succès et la reconnaissance vous encouragent parfois à poursuivre dans tel ou tel domaine. Et l’on se console en se disant que de toute façon, on a envie et besoin d’écrire… alors pourquoi ne pas choisir une voie qui semble mieux correspondre au goût des lecteurs ?

De toute façon, un écrivain finit par comprendre que le genre littéraire est un prétexte, un décor : quand on a des passions, des doutes, des questions ou des convictions à formuler, tous les moyens ( littéraires ) sont bons : la poésie, le théâtre, l’essai, le roman…

C’est peut-être ce qui différencie fondamentalement le métier d’acteur de celui d’écrivain : un acteur veut être vu. Un écrivain n’a pas toujours besoin d’être lu.

Mais s’il l’est… c’est beaucoup plus satisfaisant – même s’il devient alors plus ou moins prisonnier de son public.

CG

Lundi 06 novembre 2017

D’OÙ VOUS VIENNENT TOUTES CES IDÉES ?

Cette question est récurrente chez les lecteurs – les jeunes comme les adultes !

A les écouter, il semblerait que l’imagination soit un don, magique, mystérieux. On naît avec, voilà tout !

J’ai du mal à les convaincre que l’imaginaire n’est pas inné. Il se cultive.

On peut le favoriser, le développer, le doper – et l’entretenir.

- Facile à dire ! me rétorqueront les sceptiques, puisque vous avez été doté de cette faculté.

Doté ? Sans revenir sur le vieux débat de l’inné et de l’acquis, je suis convaincu qu’il en est de l’esprit comme du corps : si on ne le fait pas fonctionner, il s’atrophie.

Et si on l’exerce, il se développe. Encore faut-il y mettre un peu du sien !

*

Mon imaginaire ?

Il a pour origine mes passions et mes activités d’enfance : le théâtre, la lecture… et la solitude aussi, peut-être – je n’ose pas dire l’ennui.

Tout cela a sans doute favorisé la rêverie, la réflexion… qui sont peut-être des conditions nécessaires ( je n’ai pas dit suffisantes ! ) à l’imaginaire.

Lire, c’est exercer ces facultés, les rôder à l’aide de situations nouvelles, de personnages inédits, de destins improbables.

On me dira sans doute :

- Aujourd’hui, les images, la BD, la télé, les écrans, les jeux vidéo, tout cela offre des possibilités bien plus larges que ce vieil outil démodé qu’est le livre, cette activité obsolète qu’est la lecture ?

Euh… je n’en suis pas si sûr.

*

J’ai coutume d’affirmer que lire, c’est écrire un peu.

Oui : le lecteur travaille, il doit traduire les mots en impressions, en actions, en réflexions, en émotions – j’en passe.

Lire peut d’ailleurs pousser le lecteur à franchir la frontière – c’est à dire à écrire.

Se laisser bercer ou porter par des images n’a pas le même effet.

Un lecteur, me semble-t-il, est plus actif qu’un spectateur - même si certaines images fortes ou ambiguës nécessitent parfois une réflexion intense. C’est d’ailleurs ce qui fait la fameuse « difficulté de la lecture ». Les « mauvais lecteurs » sont tout simplement des lecteurs qui manquent d’entraînement.

En même temps, et pour répondre à la question : mes idées ont pour source mes passions d’enfance, la curiosité, l’intérêt pour tous les arts, toutes les sciences, pour l’histoire, l’actualité… Mon intérêt pour ce que j’appelle ( pour simplifier ) la marche du monde est sans doute une source d’inspiration inépuisable, sans cesse renouvelée.

*

Attention : une idée, ce n’est pas un roman. C’est une graine qu’il s’agit de faire germer.

Puis une plante fragile dont il faut s’occuper.

À temps perdu ( mauvaise expression… disons plutôt : en prenant ma douche, en conduisant, en faisant du vélo, parfois en décrochant d’une conversation insipide, un film inintéressant, etc. ) je fais vivre mes personnages dans ma tête, je fais évoluer une situation en rôdant ce qui pourrait leur arriver, en essayant d’imaginer les conséquences de tel ou tel bouleversement… Et cela n’a rien de magique, cela prend du temps.

Le point de départ ?

C’est une dispute, une émotion, un mot, une expression, une information à la radio, la lecture d’un article dans une revue ( Science & Avenir est à l’origine de nombreux romans de SF ! ). C’est une conversation avec un ami scientifique, médecin, chercheur, physicien, informaticien… ou un capitaine de police ! Bref, je n’ai pas de secret ni de truc : je m’entraîne.

Un peu malgré moi, d’ailleurs.

Et à peu près tout le temps. En toute occasion.

*

Et je crois ne pas avoir attendu d’avoir des idées pour me mettre à écrire.

Celles et ceux qui ont participé à un atelier d’écriture le savent bien : il suffit d’un mot, d’une phrase de départ pour avoir envie de continuer… et pour que les idées, bientôt, viennent et s’enchaînent.

Le reste, c’est du travail : relecture, corrections, modifications, améliorations.

Eh oui : on s’imagine souvent que l’auteur écrit, écrit… mû pr une impulsion soudaine - et qu’il s’arrête, un mois ( ou un an ) plus tard en inscrivant le mot FIN.

C’est rare, c’est exceptionnel.

C’est sans doute vrai pour la poésie. Pour l’écriture d’un chapitre.

Mais pas pour un roman.

La plupart du temps, il faut reprendre, revenir en arrière, enlever, modifier – ce qui, d’ailleurs, fait parfois surgir de nouvelles idées.

Rien d’exceptionnel, vraiment. C’est un sport cérébral.

Et l’on peut y devenir accro.

Avoir envie de livrer un récit, de se lancer dans l’écriture, c’est d’abord une pulsion, un besoin de formuler quelque chose – moins une idée ou une conviction qu’une anecdote, une situation qui portera en elle une réflexion.

Cette question, dont les lecteurs attendent la réponse comme s’il s’agissait d’un secret farouchement gardé, cette question n’est pas celle qui préoccupe les auteurs.

Des idées ? Ils en ont.

Les vrais problèmes se situent ailleurs. Dans… :

  • le temps à trouver ( ou à dégager ) pour écrire.

  • l’envie ( devrais-je dire : le besoin impérieux ? ) de le faire, de se lancer. Parfois, le récit est prêt dans la tête… mais l’enthousiasme s’est éteint. Ce roman est mort-né, on n’a plus envie de le rédiger.

  • l’énergie indispensable pour le mener à bien. Un roman, c’est une course de fond. Un marathon. Parfois il faut s’entraîner avant de se lancer dans l’aventure. Reconnaître le parcours. Et savoir qu’il n’est pas utile d’être le premier. Ce qu’il faut, c’est arriver au bout.

Quant à savoir si la course a été bonne et si elle mérite des milliers de spectateurs…

c’est une autre histoire.

Et peut-être l’objet d’une autre minute du vieux schnock.

CG

Lundi 25 septembre 2017

« JE N’ÉCRIS PLUS POUR LA JEUNESSE ! »

Non, cette affirmation n’est pas de mon fait. Elle est le cri ( d’alarme ? ) de mon camarade et ( vieil ) ami Jean-Paul Nozière. Un cri qui est aussi le titre d’un récit en forme de long billet d’humeur, intitulé : « Alors comme ça, vous écrivez ? »

C’est là un bilan autobiographique édifiant, passionnant – et qui, toujours, sonne juste.

Dans ce qui pourrait ressembler à un pamphlet, et qui est en réalité une succession de souvenirs, de constats et d’anecdotes, Jean-Paul Nozière raconte ses nombreux déboires avec… les éditeurs – principalement - mais aussi avec les lecteurs, jeunes ou moins jeunes, avec les profs, les élèves, les organismes invitants, les salons, les offres et/ou demandes de déplacements, d’intervention, les prix littéraires… j’en passe ! )

Bref, Jean-Paul nous ouvre son cœur et nous livre ses doutes ( ceux et celles qui se sentiront visés se contenteront de dire : il crache dans la soupe ).

Faux : Jean-Paul révèle simplement à qui veut l’entendre des faits et des vérités que pas mal d’entre nous ( lecteurs, écrivains, éditeurs, enseignants et invitants ) préfèrent cacher… ou ignorer. Il annonce déjà la couleur à l’aide de deux citations, en exergue :

« Alors, teh, la première connerie qui vous passe par la tête, vous l’écrivez ? »

( Réflexion d’un habitant du Vaucluse s’adressant à Albert Camus, citée par Olivier Todd, dans « Albert Camus, une vie ». )

« A quoi peuvent servir tous mes mots à part soutenir mon propre ego? » Joyce Maynard ( Une adolescence américaine).

La première fait cruellement référence à l’opinion qu’ont certains de la fonction ( ou du caractère ) dilettante de l’écrivain en général… et de l’écrivain pour la jeunesse en particulier. Eh oui : mettre en mots ce qui vous passe par la tête, c’est vraiment un métier ? Et quand on s’adresse à la jeunesse, ça peut-être sérieux et avoir un intérêt, vraiment ?

La seconde va plus loin : c’est la grande interrogation de pas mal d’auteurs ( dont je suis ) qui s’interrogent sincèrement sur l’utilité de leur occupation : Écrire… mais à quoi bon ? Et si cela n’était qu’un reflet vaniteux de mon moi : le désir égoïste et vain de livrer ( délivrer ? ) ma pensée ?Qui cela peut-il intéresser ?

Mes lecteurs sont en droit de s’interroger :

1/ Pourquoi Grenier nous livre-t-il ici cet avis sur un ouvrage de Jean-Paul Nozière… ici et pas dans sa rubrique habituelle de « critique de la semaine » ?

Réponse : parce que ce récit n’est pas publié. Et qu’il ne le sera sans doute jamais. La seule façon d’y accéder… c’est de cliquer ici, en bas de page – ou encore de se connecter sur le site de Jean-Paul Nozière. Eh oui : Jean-Paul livre ce texte à titre entièrement gratuit, parce qu’il est persuadé qu’aucun éditeur ne prendra le risque de le publier – lequel livrerait, comme on dit, « des bâtons pour se faire battre » ?

2/ Pour que Grenier nous invite à le lire et y attache tant d’importance, faut-il croire qu’il partage l’avis, les doutes et les reproches que son ami Jean-Paul Nozière livre à ses lecteurs ?

Oui : je partage ses doutes – et les questions que pose JPN, elles m’ont toutes un jour effleuré. Simplement, les réponses que j’apporte sont parfois différentes. Parce que notre passé n’est pas le même – mais la situation présente est identique, et tous les auteurs ont à l’affronter.

Pour accéder au récit de Jean-Paul NOZIERE… cliquez ICI

Lundi 04 septembre 2017

Harvey et Bengladesh

A l’heure où j’écris ces lignes ( au matin du 2 septembre ), j’ai eu le culot d’estimer le temps que consacre la chaîne de télévision France 2 aux informations concernant Harvey et les inondations du Bangladesh, de l’Inde et du Népal.

Ces infos, pour Harvey, se comptent en heures.

Celles concernant les victimes du Bangladesh en secondes.

Depuis la fin du mois d’août, on ne compte plus les images, interviews et réactions des victimes rescapées d’Harvey : 44 morts et 19 disparus pour l’instant – un chiffre que je suis le premier à déplorer, des victimes qui ont ma vive et ma sincère compassion.

En revanche, grande fut ma surprise, le 30 août, d’entendre ( même pas de voir ) un entrefilet évoquant « la mousson exceptionnelle et catastrophique au Bangladesh : peut-être 1 000 morts ». A ce jour, 750.

Avec une réflexion effectuée à partir de ces deux chiffres : pourquoi consacre-t-on 100 fois plus de temps aux 44 victimes du Texas qu’aux 750 morts de ces trois pays de l’Asie ?

Le Bangladesh serait-il plus lointain que le Texas ? Moins peuplé ? Plus vindicatif ?

Ne cherchez pas : un Américain vaut tout simplement plus cher ( 2 500 fois plus, en proportion du temps consacré aux infos ) qu’un Indien, voilà tout.

Au XIXe ( et au début du XXe ) siècle, on pouvait répondre : ces pays sont très loin, et après tout, ces problèmes sont les leurs !

Au XXIe siècle, ces arguments ne tiennent plus : si les inondations causées par Harvey, et si les moussons du sud-est asiatique sont de plus en plus incontrôlables, le réchauffement climatique y est pour une bonne part. Et ce réchauffement, il n’a pas, mais pas du tout été causé par ces pays qui commencent à s’industrialiser.

C’est donc, pour eux, une double peine.

Et si l’on en parle peu, c’est peut-être pour nier notre responsabilité vis-à-vis de ces populations qui souffrent. Le Bangladesh compte 170 millions d’habitants.

Un tiers est déjà victime de ces inondations.

Et à la fin du siècle, ce pays sera probablement sous les eaux.

Devra-t-on alors élever… non pas des digues pour protéger ces humains condamnés, mais des murs pour éviter que ces vilains étrangers nous envahissent ?

Aujourd’hui, nous acceptons qu’ils travaillent pour un euro de l’heure ( parfois pour un euro par jour ! ) parce qu’à ce prix, nous avons des vêtements très bon marché, chouette ! Un prix qu’ils paient parfois très cher, eux : l’effondrement du Rana Plaza ( la « catastrophe de Dacca, en avril 2013 ), qui employait 5 000 salariés du textile, a causé 1 127 morts et 2 500 victimes.

Demain, refuserons-nous que ces populations frappent à notre porte, alors que ce sont nos propres pays ( avec la complicité et les bénéfices de l’économie de marché ) qui les auront poussés à ces extrémités ?

La mondialisation est un fait. Nous avons tendance à en accepter les avantages – mais n’avons-nous pas la fâcheuse habitude d’en nier les conséquences négatives, et nos propres responsabilités ?

Il serait temps qu’on remette les pendules à l’heure, qu’on prenne conscience que notre Terre est un bien collectif, géré par une économie dont les conséquences touchent tous les océans, toutes les populations et tous les pays.

Il serait temps que naisse - enfin ! - une seule et même conscience planétaire.

Lundi 13 mars 2017

LA DEMOCRATIE… ET SES LIMITES ?

En cette période d’élections ( Brexit, Donald Trump, primaires de la droite et de la gauche, présidentielles, législatives ) je continue de m’interroger sur…la pertinence de la démocratie.

Eh oui, ce mode d’élection permet de mettre au pouvoir – aux USA, à titre d’exemple… – d’anciennes vedettes de cinéma ( Ronald Reagan ) de la téléréalité ( Donald Trump )… ou des professionnels de la politique ( les Kennedy, les Bush, les Clinton – ah non, on y a échappé ) qui se succèdent comme nos anciens rois.

A noter que si un écart sexuel ( Bill Clinton & Monica Levinsky) peut vous causer les pires ennuis, des mensonges d’état caractérisés n’empêchent pas un certain George W. Bush d’être réélu et de continuer de parader sans être accusé de crime d’état : les « armes de destruction massive » inexistantes, ont pourtant été le prétexte d’une guerre qui a causé des milliers de victimes. De quoi ( presque ! ) regretter Saddam Hussein !

Très étrange, non ?

Pourquoi continuer à vouloir élire démocratiquement un chef d’état ?

Ne serait-il plus simple de porter au pouvoir le plus riche – ou ( ce qui revient au même ) celui qui dispose des plus gros moyens, légaux ou pas, pour effectuer sa campagne ?

Ou encore celui qui bénéficie du soutien indirect des médias ? Donald Trump l’a d’ailleurs admis : qu’importe qu’on en dise du mal, l’essentiel est qu’on parle de lui !

La démocratie, semble-t-il, c’est donner raison au plus grand nombre. Soit.

En ce cas, au lieu de demander aux électeurs de se déplacer pour mettre un bulletin de vote dans une urne, ne serait-il pas plus rapide, économique et judicieux de demander à chacun qu’il vote… au moyen de son téléphone portable ( qui, aujourd’hui, n’en possède pas un ? ).

Récemment, en écoutant la radio, je suis tombé sur RMC au moment où le présentateur procédait à un sondage concernant… le baccalauréat ! Puis la circulation alternée.

Faut-il le ( la ) conserver ? Vous êtes pour ou contre ? Votez !

Aujourd’hui, la vox populi l’emporte.

Imaginez plutôt : au lieu d’avoir des députés ( qu’il faut élire, payer – et qui souvent, c’est un comble, ne se déplacent même pas à l’Assemblée ! ) dont le niveau des débats ( et des insultes ) est assez consternant, pourquoi ne pas demander à la population de s’exprimer, par le biais du Smartphone, si l’on est pour ou contre :

* la suppression du bac

* la circulation alternée

* la peine de mort

* l’accueil aux immigrés

* le stationnement payant à Paris

* les impôts…

J’en passe – et je devine que vous vous interrogez : est-ce que Grenier plaisante, ou pas ?

A peine.

Parce que notre façon d’élire un ( unique ) responsable national devient aussi ridicule et people que les sondages des auditeurs de RMC.

Imaginons que nous ne puissions conserver, à la télé, qu’une seule émission.

Savez-vous celle qui arrive en tête des audiences ? D’après Internet… c’est The Voice !

Suivi de Plus belle la vie.

Mais la meilleure audience nationale en 2016 a été… L’amour est dans le pré !

Qui dit mieux ? Emmanuel Macron ( avec « Je crois dans l’intelligence des Français ! » en 2016 ) ou… De Gaulle ( avec « Les Français sont des veaux ! » en1940)

S’il faut se fier à la majorité, et s’il ne fallait garder qu’une seule chaîne, ce serait TF1 ( 18,6% d’audience ). En queue de peloton, Arte avec 1,9% et… LCP ( 0,3% d’audience, mais qui regarde LCP ? Euh… moi, entre autres ! )

Où je veux en venir ?

A ceci, comme je le suggère de façon provocatrice dans mon roman Virus LIV 3 :

Il ne devrait pas y avoir un représentant du peuple, mais plusieurs, seuls décisionnaires suite à un débat et à leur accord unanime.

Ces représentants ( une quarantaine ? ), irréprochables, ne seraient pas payés. Et ils retrouveraient leur emploi ordinaire après une période donnée.

De façon provocatrice, j’imagine dans mon récit que ce sont… des intellectuels, des écrivains et des philosophes – une hérésie qui entraîne une « dictature des Lettrés ». Mais la dictature des uns est l’utopie des autres – euh… oui, je revendique le copyright de cette formule !

Rêvons d’une société gouvernée de façon collective par :

* des sommités reconnues dans leur spécialité ( médecine, philosophie, économie, etc. ) comme Hubert Reeves, Axel Kahn, Nicolas Hulot, Pierre Rabhi, Claude Hagège, Michel Onfray, Joseph Stiglitz, Aung San Suu Kyi, le pape François, le Dalaï Lama… j’en passe.

* des citoyen(ne)s ordinaires, un commerçant, un agriculteur, un ouvrier, un chômeur, un chef d’entreprise, une mère ( ou un père ) au foyer, etc.

Comment seraient-ils choisis ?

Pour le premier groupe, par leurs pairs ( à noter que les responsables religieux le sont déjà ! ) Pour le second groupe… au hasard.

La stochastocratie est d’ailleurs un mode de gouvernement qui perdure : les jurés des cours d’assise sont choisis de cette façon. Une manière de mettre un citoyen ordinaire devant des responsabilités extraordinaires.

Un roman de Gérard Klein ( Le sceptre du hasard ) aborde ce point de vue de façon caricaturale. Je l’évoque souvent lors de mes conférences.

La question qu’on me pose alors est :

- Et… ça fonctionne, la « stochastocratie » ?

Ce à quoi je réponds :

- Pas très bien. Mais au fond, pas tellement plus mal qu’avec les autres modes de gouvernement !

Lundi 02 janvier 2017

Economie ou écologie ?

L’économie est devenue tendance et prioritaire – comme si c’était là, pour l’humanité, la priorité des priorités et l’indiscutable évidence : faire progresser la production ( et, euh… surtout la consommation ) et augmenter le pouvoir d’achat.

L’argent semble donc désormais le seul moteur du progrès et l’unique objectif de nos sociétés.

Etrange, aux yeux de celles et ceux, dont je suis, qui jugent que la priorité est la survie de notre espèce ( et par voie de conséquence, la gestion raisonnée de notre milieu ) et, en ce qui concerne l’humanité, le bonheur des milliards d’individus qui la constituent : un bonheur qui passe par l’épanouissement et des garanties sur le plan de la santé, de la paix, de l’éducation et de la culture.

Au XIXe siècle, le capitalisme était productif : il générait des emplois et des richesses – au détriment d’une population laborieuse qui travaillait d’arrache-pied, souffrait, vivait mal et mourait jeune. Au XXIe siècle, l’économie de marché a entraîné un usage vicié de l’argent virtuel qui provoque la spéculation : faire des bénéfices avec de l’argent placé qui rapporte !

On en a vécu les effets ( les « subprimes », prêts hypothécaires à risques ) sans rien changer au système. Et pour cause : quand une banque fait faillite, c’est l’état qui paie. Et dans la plupart des pays, l’état est intimement lié au système bancaire.

Eh oui, la banque est un organisme indispensable : impossible de ne pas passer par une banque pour se faire verser son salaire. Nous sommes prisonniers des banques qui, par ailleurs, nous font payer ( via cartes bancaires, placements, retraits, etc. ) ce qu’elles considèrent comme un service : encaisser notre argent et s’en servir.

En cas de faillite, les épargnants se verront rembourser un minimum légal, après quoi ils n’auront que leurs yeux pour pleurer. Et c’est l’état ( donc la population imposable ) qui paiera. Notre économie de marché privatise les bénéfices… et nationalise les pertes !

Et nous, les citoyens, loin de nous en offusquer ou de protester, nous continuons de juger ce système normal, évident. Nous le soutenons, nous en sommes à la fois victimes et complices – étonnant, non ?

Au XXIe siècle, si les citoyens de la planète ne peuvent pas vivre et travailler où ils veulent, l’argent, lui, circule librement ( à condition qu’on en ait beaucoup ) et les trusts ont le droit :

  • de faire travailler à l’autre bout du monde des enfants de 12 ans pour 1 euro par jour.

  • de vendre ces produits avec des bénéfices scandaleux.

  • de ne pas payer d’impôts ( ou très peu ) dans les pays où ces produits sont vendus grâce à des mécanismes financiers complexes mais souvent légaux, et grâce à la complicité de paradis fiscaux ( Suisse, Irlande, Singapour, îles Caïman, j’en passe ) qui vivent… de ces mécanismes financiers autorisés ( et créés ! ) par l’économie de marché.

Ce magnifique système continue de fonctionner au vu et au sus de tous : Manuel Barroso, président de la Commission européenne, aurait, en accord avec Goldman Sachs ( la banque la plus puissante du monde ) modifié et orienté sa politique… avant d’être recruté par cette même banque, un joli retour d’ascenseur pour services rendus.

A quoi a-t-il été condamné ?

A rien, malgré l’indignation générale et une pétition de 150 000 signatures – le comité d’éthique européen a jugé qu’il n’y avait pas faute…

Euh… et l’écologie ?

Dire qu’elle passe au second plan est un euphémisme : dans les discours politiques des récentes primaires, je ne me souviens pas, sur les dizaines d’heures de déclarations et de discours de novembre dernier, que le mot ait été prononcé ! Encore moins le problème du réchauffement climatique.

Ah, si : Donald Trump, lui en a parlé : le changement climatique serait à ses yeux « une connerie (… ) un canular, (…) un concept inventé par les Chinois pour empêcher l’industrie américaine d’être compétitive ( sic ).

Donald Trump a aussi choisi son futur secrétaire d’état : c’est Rex Tillerson, le PDG d’Exxon Mobil, le plus riche trust pétrolier : avec ses 400 milliards de chiffre d’affaire, c’est la deuxième richesse mondiale après Apple.

On traite Trump et Exxon de… « climatosceptiques ». Là encore, c’est un euphémisme : ils ne sont pas du tout sceptiques : ils vont jusqu’à nier le réchauffement climatique – ou admettent à la rigueur qu’il existe, mais sans que l’activité humaine soit en cause.

Conséquence : on ne change rien. Tout pour l’économie, rien pour l’écologie.

Sont-ils vraiment dupes ?

Je ne le crois pas – ce qui à mes yeux les rend encore plus coupables : «  enrichissons-nous d’abord, et après nous, le déluge ! » Sans doute pensent-ils, comme le suggère le titre du dernier ouvrage de l’économiste d’Antenne 2 François Lenglet ( qui ne passe pas pour un écologiste militant ) : Tant pis, nos enfants paieront.

En ce début d’année, je lance un pari : celui des constatations météo de l’année qui vient de s’écouler. Sans doute, comme la plupart des années précédentes, 2016 aura-t-elle été « l’année la plus chaude connue depuis que les relevés météo existent. »

L’économie s’en moque. Elle s’adaptera.

Et nous nous habituerons aux catastrophes, aux inondations, aux alertes…

Dans mon roman Cinq degrés de trop ( 2008 ), j’évoquais ( entre autres ) l’état de la pollution de la Chine en général et de Pékin en particulier en l’an 2100.

Eh bien je me trompais : cette situation est là, neuf ans après la sortie de mon bouquin !

CG

Lundi 19 décembre 2016

L’avenir du livre, c’est le livre de…

cuisine. Mais oui, vous avez bien lu. Entrez dans une librairie et examinez les rayons. Comparez celui des romans de ( vraie ) SF avec celui des livres de cuisine.

L’avez-vous remarqué ? La bouffe est très tendance. Ah, je l’admets : je suis grossier, mais moins que les journalistes des informations qui, depuis quelques mois, s’entêtent à nous glisser de la nourriture un peu partout, sous une forme ou sous une autre.

Il est question des vacances ? Allez, hop, on fait un saut chez les restaurateurs pour savoir ce que mangent les touristes. Un reportage sur la Provence ? Impossible de ne pas évoquer la fabrication locale de l’huile d’olive. Un arrêt à Marseille ? On passe par la case bouillabaisse. A l’approche de Pâques, on file chez les confiseurs pour étudier de près la fabrication des œufs et des poules en chocolat, avec démonstrations et dégustations comparatives à l’appui.

De gré ou de force, entre une coupe du monde et un nouvel attentat, on n’échappera pas à la recette du jour, à l’interview d’un chef étoilé, aux nouvelles tendances des sandwiches ou au documentaire détaillé sur la confection d’une vraie pizza italienne – désormais, c’est un passage obligé.

On me rétorquera : la gastronomie est une spécialité française. Oui, au même titre que la haute couture, les parfums et la littérature. Depuis l’an 2000, la France a décroché trois Prix Nobel – les écrivains américains en attendent un depuis 23 ans. Quand Le Clézio et Modiano l’ont décroché, ils ont eu droit à douze secondes au journal du soir. Normal : si on leur avait consacré trois minutes, probable que 10% des téléspectateurs auraient zappé, pas question de prendre des risques. Entre les livres et l’assiette, le choix est vite fait.

Il est vrai que le bio a fait une entrée en force, et que le consommateur sait désormais tout de l’étiquetage de ce qu’il achète, et du traçage du moindre morceau de viande contenu dans sa lasagne pur bœuf. Je ne parle pas du problème des nouvelles allergies et des actuelles tendances nutritionnelles qui font désormais demander prudemment à nos amis s’ils sont végétariens, végétaliens, véganes, sans sel, sans matières grasses, sans gluten, sans alcool – au point qu’établir un menu pour des invités devient un vrai parcours du combattant.

Récemment, faisant la queue à la caisse d’un supermarché, j’ai remarqué que la cliente qui me précédait posait sur le comptoir plusieurs ouvrages sur les desserts, les cocktails sans alcool et les légumes oubliés. Sans parler de ( fort coûteuses ) revues sur les menus de l’été et les nouvelles recettes des grands chefs. Après quoi elle a ensuite posé sur le tapis roulant un paquet de trois pizzas surgelées, une pile de plats ( sous vide ) préparés, y compris deux cents grammes de carottes râpées - il est vrai qu’éplucher et râper ses carottes constitue aujourd’hui une corvée réservée aux professionnels de l’alimentation.

Paradoxal ? Peut-être pas : il y a sans doute ceux qui mettent les informations culinaires quotidiennes en pratique et d’autres qui se contentent de rêver.

Aujourd’hui, l’expression de culture renvoie davantage à celle de nos céréaliers qu’à Claude Hagège* ou Pic de la Mirandole*. Et Les nourritures terrestres* n’évoquent plus «  le désir et l’éveil des sens », mais ce qu’on trouve dans son assiette.

Il est vrai qu’à l’heure actuelle, on dévore chaque année dans le monde moins de livres que de Big Mac…

CG

* Tant pis pour vous, connectez-vous sur Wikipedia !


Lundi 03 octobre 2016

DES LECTEURS… AUX ZAPPEURS !

Eh oui : en vingt ans, les lecteurs sont devenus des zappeurs.

Apprendre à lire n’a jamais été une partie de plaisir. Pourtant, je continue d’affirmer que face aux méthodes globales, syntaxiques, syllabiques ( j’en passe… ) il n’existe qu’une seule bonne méthode pour apprendre à lire : il suffit que le futur lecteur ait envie de lire.

Si c’est le cas, il apprendra vite, quelle que soit la méthode.

Sinon, ce sera très dur

Or, pour avoir envie de lire, il faut être persuadé que lire est un plaisir : être entouré de livres, de gens qui lisent… et semblent trouver du bonheur dans ce qu’ils ont sous les yeux !

Déjà, le problème se corse : les livres font de moins en moins partie du décor familial. Souvent scotchés eux-mêmes devant des écrans ( télé, ordinateur, tablette, smartphone ) les adultes ne donnent plus l’image de lecteurs épanouis et demandeurs. Si l’on ajoute que les lecteurs ( surtout à partir du collège ) vont être obligatoirement confrontés à des textes classiques dont le vocabulaire, le style et les univers sont aux antipodes de ce qu’ils connaissent et apprécient, on comprend que lire ne va pas être à leurs yeux une partie de plaisir.

Avec son infinité de possibilités et d’accès ( Internet ), avec ses dizaines de chaînes ( la télé ) et ses milliers d’interlocuteurs potentiels ( les réseaux sociaux, j’en passe là aussi ), les écrans offrent aux jeunes des plaisirs plus immédiats que l’entrée dans un texte.

Là encore, je continue d’affirmer que l’écran pousse au zapping : combien de temps son ( jeune ) utilisateur reste-t-il sur la même image, la même page ? Quelques secondes !

Si l’information recherchée ne lui convient pas, il passe ailleurs.

Si le film ou l’émission le lasse, il passe à une autre chaîne.

On me dira que si la première page ( ou les premiers mots ) d’un livre ne retiennent pas son attention, rien ne l’empêche d’en prendre un autre. A condition qu’il en ait plusieurs à sa portée. Et que l’un d’eux, enfin, lui soit accessible ou lui offre la promesse d’un suspense, d’un plaisir ou d’une satisfaction quasi immédiate.

Car le zappeur veut du bonheur. Très vite.

Et le livre n’en fournit qu’aux lecteurs attentifs, patients et persévérants.

*

Venons-en… là où je veux en venir : au fait que le livre, cet objet de plus en plus ringardisé et considéré comme un repoussoir par une quantité grandissante de jeunes, le livre donc, pour plaire, doit séduire très vite. Surtout si le lecteur est jeune, et a par conséquent des exigences que n’ont pas les vieux routiers de la littérature.

Les éditeurs l’ont bien compris, qui désormais demandent aux « écrivains jeunesse » de faire simple, de ne surtout pas employer de mots compliqués ou inconnus, de termes vieillis, d’expression peu usitées – au risque de voir le lecteur abandonner l’ouvrage.

Car la priorité d’un éditeur ( disons… d’un grand nombre d’entre eux ! ) n’est plus de publier de bons textes ou de la « bonne littérature », mais… de survivre. Donc de vendre. Donc de plaire, sinon au plus grand nombre, du moins à son lectorat supposé. Un lectorat qui semble se restreindre et ne s’élargira qu’en diminuant un peu plus ses exigences.

De gré ou de force, le futur lectorat devra s’apparenter à un public familier des écrans : un public qui attend surtout de la variété, de l’humour et des jeux.

Loin de moi l’idée de généraliser ! Car j’entends les protestataires s’écrier :

- Voyons, même à la télé, il y a la Cinq, Arte, la chaîne Histoire ou LCP !

C’est vrai.

Mais additionnez donc les publics des chaînes citées plus haut… et vous n’arriverez jamais au score de TF1. Ou à celui des amateurs fidèles de Plus belle la vie ou de l’amour est dans le pré.

Désormais, quand je propose un récit – notamment pour les plus jeunes – à un éditeur, on me bombarde en marge de réflexions du genre : non, trop compliqué, trop long, personnage à enlever, mot vieilli, expression obsolète, réflexion trop complexe, implicite trop subtil…

Autrefois, un auteur jeunesse pouvait se permettre deux mots ( supposés ) nouveaux sur une page. Aujourd’hui, plus question de prendre ce risque.

Il faut aller au plus simple. Au plus court.

Les lecteurs et les parents n’en ont pas toujours conscience ; ils ignorent que certains auteurs ( dont je suis ) se battent pour que leur texte conserve une qualité, une densité qui diminuent d’année en année, de récit en récit.

Si les éditeurs suivent l’exemple de la télé qui donne aux spectateurs ce qu’ils semblent préférer, la littérature risque de disparaître peu à peu au profit d’un produit insipide, répétitif et convenu. Restera le club ( ouvert à tous… mais restreint ) des lecteurs fidèles, gourmands et exigeants.

- page 1 de 5