En 1750, Gusse, honnête et habile batelier sur la Loire, est assassiné par un inconnu pour une raison mystérieuse. Etienne, son fils de 17 ans, a assisté au meurtre. Il est résolu à reprendre le métier de son père – et surtout à retrouver l’assassin et découvrir les raisons pour lesquelles il a agi. Pour assurer le transport de marchandises sur la Loire depuis son village de Combleux jusqu’à Nantes, il embauche Paul, son meilleur ami, un ancien marin invalide ( Rit-Court ) et Bérengère, une jeune fille intrépide. Au cours de son périple - et de son enquête – Etienne finira par croiser la route de celui qu’il recherche, un malfrat à la solde d’un noble qui se livre à… un très vilain trafic. Aussi, quand Etienne sera contacté par la police pour mettre fin aux agissements de ceux qui ont assassiné son père, il acceptera de devenir… pirate !

Ce roman d’aventures maritimes ( en eau douce ! ) se double d’un récit historique remarquablement documenté - et vivement mené. En effet, le lecteur est entraîné dans un véritable polar ( un assassinat, une prise d’otage, et quelques jolies scènes d’abordage ! ) mâtiné d’une touche d’espionnage. Et ce, au sein d’un décor riche de mille et un détails réalistes ! Il est d’ailleurs devenu rare, dans la littérature jeunesse contemporaine, de découvrir autant de mots nouveaux et de termes spécialisés. Eh oui, les éditeurs sont de plus en plus soucieux de livrer ( notamment pour les lecteurs de 10 ans ) des textes faciles d’accès, au vocabulaire le plus simplifié possible.

Or, l’abondance de vocabulaire de ce Pirate de la Loire ne gène en rien la lecture.

Et on a la surprise, au fil des pages, de découvrir les objets, les coutumes, les outils, la nourriture – bref, le quotidien du petit peuple des bords de Loire au cœur de la France profonde du XVIIIe siècle. Il y a dans ce récit trépidant un peu de Stevenson ( l’île au trésor ), un peu de Jean-François Parot ( les enquêtes de Nicolas Le Foch ) et même… une touche d’Anne et Serge Golon, avec une Bérengère dont la hardiesse rappelle celle d’une certaine Angélique !

Réputé pour ses ouvrages de SF destinés au jeune public, Alain Grousset aborde ici un genre dans lequel il avait fait ses premières armes avec Les mangeurs de châtaignes – ou plus récemment avec Brenn le Gaulois. Une veine qu’il semble pouvoir creuser à loisir pour le plus grand bonheur des jeunes lecteurs – et des profs d’histoire-géo !

Lu dans son unique version poche, beau papier et typographie aérée.