Enfant, Henry Pierce a été traumatisé par le décès de sa sœur aînée Isabelle, un décès dont il se juge en partie responsable.

Aujourd’hui, à 40 ans, il est l’heureux fondateur d’une société, Amadéo Technologies, qui met au point les bases d’un futur ordinateur moléculaire, une technologie révolutionnaire destinée à remplacer nos machines actuelles.

Mais trois autres sociétés travaillent sur le même programme. Sauf que le sien, avec le récent projet ( ultra secret ) Protée, dont il doit déposer les brevets dans quelques jours, est en pointe. Et qu’Henry doit rencontrer lundi prochain sa future « baleine », c'est-à-dire le banquier qu’il veut convaincre de devenir son associé, et qui lui avancera les vingt milliards dont il a besoin pour progresser dans ses recherches.

Mais voilà : Henry est confronté à deux problèmes :

1/ sa collaboratrice ( devenue son amie intime ) Nicole James vient de se séparer de lui – à l’amiable, certes – et il a déménagé pour lui laisser l’appartement dans lequel ils vivaient ensemble depuis trois ans.

2/ dans l’appartement où il vient d’emménager ( avec un nouveau numéro de téléphone fixe ), des appels incessants le perturbent, qui réclament… une certaine Lilly.

Très vite, Henry comprend que Lilly est une call girl, qui travaille pour un site porno officiel et réputé. Il aimerait changer de numéro – mais il s’interroge : pourquoi cette Lilly a-t-elle conservé le sien ? Qui est-elle ? Euh… il se peut aussi que la beauté de cette prostituée ( car le site laisse un libre accès à sa photo ! ) ne laisse pas Henry indifférent.

Ses recherches l’entraînent à constater que Lilly a disparu. De façon suspecte.

Est-elle morte ? Où ? Comment ? Pourquoi ?

Il se lance dans une enquête solitaire qui va lui attirer… les pires ennuis.

Dès le départ, le récit alterne les problèmes professionnels ( et privés ) d’Henry avec sa quête : s’il veut retrouver Lilly et éventuellement la retirer d’un réseau de prostitution… c’est parce que sa sœur Isabelle en a été elle aussi autrefois la victime.

Aussi, le lecteur s’interroge : quel rapport peut-il exister entre cette mystérieuse Lilly, dont le sort obsède le héros, et son souci de déposer un brevet au plus vite et d’obtenir les fonds pour ses recherches ?

Bien sûr, il y en a un ! Ces deux fils sont reliés par un vilain nœud que le narrateur ( le récit est au style indirect libre ) mettra longtemps à découvrir et à démêler, après un tabassage en règle qui le défigurera et dont il mettra longtemps à se remettre.

Ce roman, qui ne met pas en scène l’inspecteur Hieronimus Bosch ( le héros récurrent de Michael Connelly ), est un modèle du genre.

D’abord, c’est un vrai roman policier : ce n’est que dans les toutes dernières pages que le problème est résolu et le coupable découvert ; or, les suspects ne manquent pas, entre les amis d’Henry, son ancienne maîtresse, ses collègues, sa secrétaire – et les personnages louches du réseau de prostitution qu’il finit par fréquenter pour les besoins de ses recherches !

Ensuite, c’est un récit très contemporain : j’ai moi-même, il y a dix ans, mis en scène ( dans Simulator ) le prototype de ces fameux « ordinateurs moléculaires » qui sont toujours à l’étude et tardent à envahir le marché. Michael Connelly évoque indirectement la question ; et si trop d’intérêts ( ceux de l’informatique traditionnelle ! ) étaient en jeu ?

C’est d’ailleurs là l’une des clés du récit !

Enfin, c’est un bouquin passionnant ! Et mon pâle résumé ne peut mettre en relief le suspens de cet ouvrage, bourré de vraies fausses pistes… ou de fausses vraies pistes. Eh oui, chaque détail, même le plus anecdotique, a ici son importance, depuis le « Lumière ! » ( un ordre vocal qui permet d’allumer ou d’éteindre le local de son propriétaire, grâce à un banal logiciel de reconnaissance vocale ) au fait qu’une place de parking n’est pas, ce jour-là, occupée par le véhicule qui devrait y être…

A mes yeux, Darling Lilly est aussi bien ficelé et aussi passionnant que les deux autres bijoux de Michaël Connelly : Le Poète et Créance de sang.

C’est là un polar magistral, exemplaire - un thriller technologique de haut vol !

Lu dans sa version d’origine, un superbe grand format dont la couverture représente… ce que le héros voit depuis la terrasse de son appartement : une grande roue illuminée à Santa Monica, une banlieue huppée de Los Angeles.