Non, ce n’est pas un scoop mais un vœu pieux, une proposition en guise de lettre ouverte au Comité Nobel norvégien.

On peut s’étonner : pourquoi décerner ce prix à un « semeur d’espoir » ( titre d’un ouvrage de Pierre Rahbi, publié en 2013 ), un agriculteur philosophe qui n’a rien d’un révolutionnaire et encore moins d’un homme politique ?

Eh bien peut-être justement pour ces raisons là.

On le sait, Pierre Rabhi n’est pas partisan d’une action collective ni de bouleversements contraignants. Il prône l’action – et surtout la responsabilité – individuelle, à l’image des membres du mouvement Colibris – un nom dont il faut, pour ceux qui ne le connaissent pas encore, expliquer la métaphore : face à un incendie monstrueux que tous les animaux observent sans réagir, un colibri transporte dans son bec une goutte d’eau dix fois plus petite que lui. Face à l’étonnement et aux ricanements de ceux qu’il croise et lui disent : Tu es ridicule ! il se contente de répondre : Je fais ma part.

Une belle leçon qui nous rappelle que face à la désorganisation du monde : réchauffement climatique, dictatures, attentats, migrations forcées ( mais aussi appauvrissement des sols, usage de pesticides, centrales nucléaires… liste à compléter selon vos goûts et opinions ), il s’agit avant tout d’agir, en tant qu’individu responsable. Pas seulement voter, mais œuvrer au quotidien pour changer nos comportements – ce qui n’empêche pas, par ailleurs, des actions collectives !

Quant on déclare à Pierre Rahbi que ce sont les multinationales qui gouvernent le monde, il nous rappelle que non, c’est nous : ces société géantes, de Monsanto à Google en passant par Amazon, Barklays, Axa, Goldman Sachs ( j’en passe, la liste est longue hélas ) n’existent et ne prospèrent que grâce à notre action, notre complicité, nos comportements, nos achats.

Si elles nous ont rendu prisonniers, si elles nous ont persuadés que notre mode de vie ( et de consommation ) actuel était la seule voie possible, c’est avec notre complicité.

Si nous refusons de confier notre argent à nos banques, d’acheter des voitures ou certains produits, c’est leur faillite assurée – oui, mais aussi celle des emplois, allez-vous rétorquer.

Aussi, ce boycott doit être ciblé – le problème n’est pas simple et la pente risque d’être dure à remonter. Voilà pourquoi nous préférons laisser faire, faire avec – et râler tout en profitant jusqu’au bout ( c’est où, le bout ? ) des avantages du système.

On peut se positionner contre la décroissance, contre les migrants, contre le réchauffement.

Mais comme l’affirmait Pierre Dac ( mon philosophe préféré ), quand on dit : Ferme la porte, il faut froid dehors, ce n’est pas parce qu’on a fermé la porte qu’il fait moins froid dehors.

La décroissance, les migrants, le réchauffement… on peut être contre mais la réalité est parfois plus têtue que les opinions. Un jour, l’humanité n’aura plus le choix : ce qu’elle aura longtemps refusé lui sera imposé. Et elle en portera la responsabilité – collective, cette fois.

Parfois, je m’interroge ( et je ne suis pas le seul ) sur celles et ceux à qui le Nobel de la Paix est décerné. Elie Wiesel ou Mère Teresa ? OK. Mais Henry Kissinger, euh… pas d’accord.

Et si je ne cite pas d’autres noms, c’est parce que la liste des Nobel de la Paix douteux serait hélas plus longue que celle des personnalités ou des associations qui m’en semblent dignes.

On me rétorquera que les sympathies et positions idéologiques des membres de la famille de Pierre Rabhi sont parfois discutables… que la décroissance, la lutte pour la biodiversité et la « simplicité volontaire »… bon. Alors croissons et complexifions.

Et continuons comme avant. En changeant de smartphone deux fois par an.

Luttons pour ce que nous prétendons être des avantages acquis et des droits.

Sans trop nous poser la question de savoir à qui ça profite.

A nous ? De moins en moins.

Et plus pour très longtemps.

CG