Octave travaille dans la publicité. Chez Madone, qui désire lancer un nouveau yaourt à 0% : Maigrelette. Et Octave fait partie de l’équipe de rédaction chargée de trouver des idées. Des slogans. Seulement voilà : Octave en a marre. Il porte un jugement lucide et très négatif sur ce monde obsédé par la tendance, le fric, le « rapport sur investissement », les discours vides et prétentieux, la réunionite convenue, le langage branché - et les tenues qui vont avec.

Bref, le monde de la pub le fait vomir et il crache dans la soupe. A tous les sens du terme.

En sachant que sa dénonciation signera son arrêt de mort : il sera licencié.

Ca tombe bien, c’est justement ce qu’il cherche : s’il démissionne, il n’aura pas d’indemnités. Et quitte à être licencié, autant vider son sac.

Si la vie professionnelle d’Octave le dégoûte ( il fréquente les prostituées, se drogue ), sa vie sentimentale, pourtant pas très longue ( il a 33 ans ), n’est guère plus brillante. Il aime Sophie qu’il a quittée ( elle voulait un enfant… mais quelle idée ! ) et il lance une jeune Beur séduisante, Tamara, qui fera un tabac avec les 30 secondes de clip que l’équipe se prépare à tourner en Afrique. Une belle promesse de débauches, achevée par un suicide… qui, contrairement à ce qu’il attend, va propulser Octave dans l’équipe de direction de l’entreprise. Un comble !

Bien sûr, vous avez lu 99 francs en son temps, en l’an 2 000, juste avant la naissance de l’euro ( Beigbeder le savait, il traduit déjà les francs en euros ! ). Et vous avez peut-être vu le film, dans lequel l’acteur principal ressemble comme deux gouttes d’eau à l’auteur du livre.

Aucun doute : ce récit est ( en grande partie ) autobiographique. La preuve : Beigbeder a bel et bien été licencié par son entreprise peu après la sortie de son livre !

Outrancier, choquant, pornographique, l’ouvrage a choqué les lecteurs – et en a séduit une grande partie.

A la relecture, on s’aperçoit non seulement que l’auteur dénonçait déjà un état de fait réel, mais que nombre de ses affirmations ( provocatrices ? ) étaient… prémonitoires.

Ce récit reste un coup de poing, un feu d’artifice, une série époustouflante ( d’autres diront lassante ) de formules choc – normal, après tout, c’est son métier d’en trouver.

Même si le pire ( scatologique ) y côtoie le meilleur ( philosophique, écologique et politique ), la leçon qu’il ( nous ) livre mérite d’être entendue.

L’ouvrage n’a pas pris une ride.

Ah… vous jugez l’auteur antipathique, grossier ?

Oui, vous avez d’ailleurs la même opinion de Michel Houellebecq ( que Beigbeder cite – mais il cite aussi Marx. Et Goebbels, le premier vrai comnunicant ! dont les formules choc ont fait… un malheur : Deutschland über alles, Arbeit macht frei… ).

Mais « ces auteurs détestables » ( ? ), sont le miroir des travers de notre société.

Un monde que nous condamnons alors que nous ne cessons de le plébisciter, l’encourager, le nourrir.

Que de phrases font mouche !

Un petit aperçu ?

Dans ma profession, personne ne souhaite votre bonheur, parce que les gens heureux ne consomment pas (…) Je dépense, donc je suis ( p. 17 ). Pour la première fois dans l’histoire de la planète, les humains de tous les pays avaient le même but : gagner suffisamment d’argent pour pouvoir ressembler à une publicité. Le reste étant secondaire, ils ne seraient pas là pour en subir les conséquences ( p. 31 ) Si vous désirez la sympathie des masses, vous devez leur dire les choses les plus stupides et les plus crues ( Adolf Hitler ) ( p. 37 ) ou : Plus un mensonge est gros, plus il passe ( Joseph Goebbels p. 37 ) suivi du dicton ( secret ? ) de Procter ( et Gamble ? ) : Ne prenez pas les gens pour des cons, mais n’oubliez jamais qu’ils le sont » ( toujours p. 37 )

Cela veut dire que la démocratie conduit à l’autodestruction ( p. 38 )

Allez, une dernière citation, page 39 ( oui, ça continue comme ça ) quand Octave accuse la pub d’organiser le triomphe de la connerie calculée et méprisante sur la simple et naïve recherche du progrès humain. Idéalement, en démocratie, on devrait avoir envie d’utiliser le formidable pouvoir de la communication pour faire bouger les mentalités au lieu de les écrabouiller. Cela n’arrive jamais (…) Les annonceurs ne veulent pas faire fonctionner votre cerveau, ils veulent vous transformer en moutons, je ne plaisante pas, vous verrez qu’un jour ils vous tatoueront un code-barre sur le poignet.

Euh… j’ajoute : Et vous le réclamerez.

On parie ?

Puisqu’un livre doit contenir une histoire, l’auteur nous offre, en guise de dernière partie, une fiction sans doute moins convaincante. Difficile de mener à bien une telle entreprise de démolition sans s’essouffler ! Et cette sensation ( mortifère ) d’étouffement sert même de conclusion, à coups de constats chiffrés édifiants : Coca-Cola vend un million de cannettes par heure dans le monde… Barbie vend deux poupées par seconde sur Terre… 50% des habitants de la planète n’ont pas l’électricité, 250 millions d’enfants dans le monde travaillent pour quelques centimes de l’heure… le budget mondial des dépenses militaires dépasse 4 000 milliards de dollars…

La démonstration est accablante : la pub gouverne le monde, « elle décide aujourd’hui ce que vous allez vouloir demain », elle « donne envie à des gens qui n’en ont pas les moyens d’acheter des choses dont ils n’ont pas besoin. »

A méditer. Et à relire.

CG