Test

Sœur Ottavia Salina est une paléographe érudite qui travaille aux « archives secrètes du Vatican ». Elle est chargée de découvrir la signification des étranges scarifications religieuses que porte le cadavre d’un Ethiopien. Elle est secondée dans sa quête par le ( rude et suspect ) garde suisse Kaspar Glauser Röist ( dit « Le Roc » ) et le jeune et séduisant copte Farag Bosswell, avec lequel elle va très vite sympathiser.

Comme on lui cache de nombreux éléments concernant la victime, elle va enquêter seule et comprendre que l’Ethiopien avait dérobé des morceaux de la vraie Croix, et faisait partie d’une secte millénaire, les stavrophilakes, dont le poète Dante semble bien avoir été l’un des membres : dans sa Divine Comédie, il évoque en effet à plusieurs reprises les Caton, responsables religieux ( sortes de « papes » ) de cette congrégation secrète. Dans la deuxième partie de son œuvre, Le Purgatoire, figurerait même le mode d’emploi pour y pénétrer – chiche ?

Eh oui : la quête de plus en plus mystique de ces trois détectives va les entraîner plus loin qu’ils ne le pensaient, notamment dans les catacombes de l’église Sainte Lucie de Syracuse, dans la Cloaca Maxima ( les anciens égoûts de Rome ) et à Ravenne… bref, le trio se lance dans un véritable parcours initiatique au fil des sept pêchés capitaux !

Bien sûr, en abordant Le dernier Caton, on se dit que Matilde Asenti a lu et voulu marcher sur les traces du Da Vinci Code de Dan Brown. Ici, La Divine Comédie ( œuvre initiatique ! ) joue d’ailleurs le rôle de la Cène de Léonard de Vinci.

Cependant, à mes yeux, Matilde Asenti va beaucoup plus loin et hisse très nettement le niveau du thriller grâce à une documentation hors pair. Rarement, en effet, j’aurai lu un roman aussi fidèle et précis dans le domaine de la religion, de la géographie et de l’Histoire – notamment celle de la chrétienté.

Sans doute va-t-on me rétorquer : En ce cas, comment expliquer que l’ouvrage de Matilde Asenti ait eu aussi peu d’écho ? 

C’est simple : il est trop savant, trop documenté, sans cesse truffé de détails historiques et de leçons d’histoire à peine déguisées. Si bien ( et c’est l’un des défauts dont on peut accuser cet ouvrage ) que l’abondance de la documentation nuit sans doute au suspense de ce vrai « thriller religieux », du moins pour le grand public.

En effet, il faut attendre la page 200 ( et Le dernier Caton en compte 650 ! ) pour que le lecteur se retrouve plongé dans plusieurs épisodes horrifiques et trépidants dignes d’Indiana Jones !

De plus, le style de l’auteur ( ou/et sa traduction ) frôle parfois l’académisme.

Par ailleurs, les amateurs d’émotions sentimentales ou d’érotisme risquent d’être déçus : avoir comme héroïne une bonne sœur ne laisse guère présager de passages croustillants, encore que la jeune ( et presque quarantenaire ) Ottavia finisse par trouver Farag fort à son goût !

Ce roman reste-t-il tout de même à recommander ? Mais oui, et comment !

Que vous soyez croyant ou non, il vous apprendra mille et un détails sur l’origine du christianisme, l’Eglise, le Vatican – et j’en passe !

Ce récit aurait eu plus d’impact s’il avait eu pour titre Les gardiens de la Croix.

C’est en effet autour d’elle que tourne toute l’action – contemporaine, il faut le répéter !

Dans ma nouvelle L’Epée de la pucelle et mon roman Mort sur le Net, j’ai dû enquêter soigneusement sur l’épée que Jeanne d’Arc a trouvée et abandonnée, à la veille de sa capture par les Bourguignons. Mais Matilde Asenti a fait dix fois, cent fois mieux que moi en enquêtant sur ce qu’est ( ou sur ce que serait ) devenue la Croix depuis la crucifixion.

Ah : contrairement à ce que dit Wikipédia sur son auteur, l’action du Dernier Caton ne se déroule pas du tout au Moyen Age… mais dans l’univers très réaliste du début du XXIe siècle ( l’ouvrage est sorti en 2001 et a été traduit en 2006 )

D’ailleurs, on y côtoie Jean-Paul II à plusieurs reprises… et il y est même question du cardinal Ratzinger – l’auteur ignorait alors qu’il deviendrait Benoît XVI en 2005 !

CG

Lu dans sa version d’origine – mais Gallimard a réédité l’ouvrage en Folio, à moins de 8 euros.