Pour les besoins d’un article, Laura Ferret-Rincon a adressé plusieurs questions à Logicielle. Pour répondre, j’ai dû prendre la place de mon héroïne… en sollicitant l’aide de ma fille Sophie, qui a été autrefois le modèle de mon personnage. Elle en possède toujours certains traits, sur le plan du physique et du caractère !

Les lignes qui suivent sont donc un « digest » de nos réponses respectives, qui se complétaient sans jamais se contredire.

  1. Bonjour Logicielle ! Merci de participer à cette petite interview.

Je vais vous poser une dizaine de questions, n’hésitez pas à intervenir ou à donner des précisions. Alors, votre véritable nom est en réalité Laure-Gisèle, Logicielle est le pseudonyme donné par vos collègues en raison de votre amour de l’informatique. C’est assurément un drôle de surnom qui se retient facilement ! Est-ce qu’il vous plait ou bien le subissez-vous ?

Faire valoir vos compétences informatiques dans un milieu réputé masculin n’a pas été difficile parfois ? Ne vous êtes-vous pas heurtée aux mauvaises langues ?

Mais cela fait déjà trois questions d’un coup ! Attention, il ne vous en reste plus que sept !

Pour la question du surnom, je pense qu’il en est de même avec moi qu’avec tout le monde : au départ le surnom vient d’une gentille moquerie qu’on n’apprécie pas plus que cela mais avec le temps se crée une certaine intimité, pas si désagréable.

Evoluer et réussir à faire son trou dans un milieu réputé masculin est compliqué en effet, mais finalement très dynamisant ; on apprécie chaque petite victoire au jour le jour et l’avantage dans ce milieu de l’informatique (et contrairement à certains autres), c’est que quand une victoire est gagnée, elle est véritablement acquise et on peut s’atteler à la suivante. Quant aux mauvaises langues, elles sont partout : allez faire un tour dans le salon de coiffure à côté de chez vous et ouvrez vos oreilles, vous verrez que le monde réputé féminin n’a rien à envier à celui réputé masculin !

  1. Germain est un ami de longue date, c’est également un mentor pour vous. Que vous a-t-il apporté ? Pouvez-vous nous dire quelques mots le concernant ?

Germain est comme… un père pour moi ! C’est le seul homme que je connaisse qui n’a aucun a priori sur les personnes (homme, femme, peu importe !) aucun jugement premier et qui ne se fie qu’à l’intelligence des gens, à ce qu’ils recèlent au fond d’eux. Il m’a apporté la mesure en toute chose et le sang-froid dont je manquais quand j’ai démarré.

  1. Votre métier est tout de même très prenant ! Quels rituels ou petites choses faites-vous, une fois revenue à la maison pour souffler un peu et marquer une distance nécessaire entre travail et vie privée ?

Très bien, vous voulez tout savoir ? OK, vous allez être servie : je file aux toilettes et me prends une BD !

  1. Vous avez aidé à la résolution de plusieurs enquêtes avant de prendre les rênes à votre tour. Y en a-t-il une en particulier qui vous revient en mémoire et durant laquelle vous avez eu peur que l’assassin triomphe ?

Aucune en particulier, parce qu’il y a toujours ce moment de doute qui vous assiège un instant et qu’il faut réussir à dominer. Et qu’il est toujours suivi de cette certitude utopique que le monde est bien fait et que les méchants finissent toujours par payer.

  1. Je sais que vous n’aimez pas trop parler de vous, mais laissez-moi vous poser une question plus piquante, qui, je le sais, ravira nos lecteurs ! (mais si, mais si !)

Que pourriez-vous nous dire sur votre relation pour le moins surprenante avec votre collègue Max ? Vous adoriez le détester ?

Mais pourquoi mettez-vous cette dernière phrase au passé ? Je blague, bien sûr ! Max a des côtés terriblement agaçants, il titille vous voyez, comme le font souvent les enfants. Mais il a justement ce côté enfantin et tellement naturel et humain, souvent désarmant, qui me fait craquer… finalement. Si vous ajoutez à cela que c’est un homme dynamique, travailleur et obstiné, ils ne sont pas si nombreux de nos jours !

  1. Avant que l’on qualifie cette interview de presse à scandale, revenons au travail voulez-vous. J’ai personnellement entendu parler de vos exploits lors de l’affaire de L’ordinatueur, fascinante sur plusieurs points. N’avez-vous pas gardé une certaine défiance envers les nouvelles technologies depuis lors ? Surtout avec l’essor des jeux de réalité virtuelle.

Si, tout à fait, j’ai encore cette image de l’écran de l’ordinateur qui parfois me guette dans le noir. La technologie est une science incroyable, tant qu’elle est maitrisée ; mais nos sociétés modernes lui ont donné un trop grand pouvoir sur certaines gens trop faibles ou trop influençables qui se laissent bien souvent dépasser hélas.

  1. Vous aimez bien la nourriture, vous adorez la tarte Tatin par exemple. Pourtant, avec votre métier, il vous faut sans cesse garder la forme. Des astuces ?

Une seule astuce : le sport ! On peut manger de tout tant que l’on se bouge en conséquence.

  1. Vous vous êtes souvent rendu dans le Périgord pour affaires ou encore pour rendre visite à votre ami Germain. Vous aimez bien la région ?

Le Périgord est une région gaie et accueillante, comme le sont ses habitants, du moins ceux que j’ai pu rencontrer… Je l’aime beaucoup, elle sait associer les bienfaits de la nature et le travail de l’homme, pour preuve, goûtez un peu sa cuisine !

  1. J’en viens à la fameuse question que je me plais tant à poser. Quand et pourquoi avez-vous décidé d’exercer ce métier ? Selon vous, quels en sont les avantages et les désavantages ?

Vous trouverez une réponse à cette question dans le livre « … » Je pense qu’on ne se décide pas à faire ce métier, il est là, tout près, comme une évidence, et un jour on se lance. Les avantages en sont, comme certainement dans tous les autres métiers d’ailleurs, le plaisir que moi j’y trouve, le sentiment que chaque jour va être nouveau, étonnant, avec peut-être une réponse à une question, une solution définitive à une enquête en cours. Le revers de la médaille est ce sentiment de vide qui m’inonde lorsqu’une enquête est finie, un peu comme si je devenais une ombre…jusqu’à la prochaine !

  1. Dernière curiosité de ma part : quels sont vos projets pour l’avenir ?

Pour l’avenir ? Selon où en sont les lecteurs je ne sais pas vraiment… Un mariage, des enfants ? Un long et lointain voyage, certainement.

Retrouvez cette interview (et d’autres) en vous connectant sur www.lesdessousdelaplume.fr