En Thaïlande, mieux vaut se méfier des touristes, que l’on surnomme « Les farangs ».
     Le jeune Luk ( et son cochon baptisé Clint Eastwood ) en aura la confirmation à ses dépens. Tombé amoureux de Lizzie, une Américaine larguée par son copain Hunter, il espère séduire la belle étrangère avec la complicité du cochon, et à la suite d’une promenade à dos d’éléphant...
     Avec Café Lovely, l’auteur nous entraîne dans les quartiers pauvres, au sein d’une famille dont le père vient de mourir d’un accident du travail, écrasé par une caisse de jouets en bois destiné aux riches occidentaux – quel symbole ! Le narrateur évoque deux ou trois souvenirs d’enfance à l’époque où Anek, son frère aîné, l’initiait à la culture occidentale et à sa future vie d’adulte : un anniversaire raté dans un fast food, un shoot à la colle, une initiation sexuelle balbutiante dans une maison de passe ( le Café Lovely ) et un retour grisant sur une moto rafistolée...
     Dans La Loterie, le narrateur évoque le jour où, avec son ami Wichu, il doit passer l’épreuve de la conscription : visite médicale sommaire et tirage au sort. Les jeunes gens qui tirent une carte rouge sont bons pour deux ans de service, ceux qui tirent une carte noire sont exemptés. Mais grâce à la corruption, le tirage est truqué.
     Puisque la mère de Luk va devenir aveugle, elle entreprend avec son fils un voyage sur l’archipel d’Andaman, funèbre pèlerinage, un dernier « Tour au paradis ».
     Grâce à son père dentiste, la petite Priscilla la Cambodgienne possède toute la fortune de la famille... dans sa bouche, toutes ses dents sont couronnées d’or ! Hélas, les réfugiés cambodgiens ne sont pas les bienvenus dans cette Thaïlande en proie à la misère. Pourtant, Luk et son ami Dong finissent par se faire une amie de Priscilla... dont les dents ( de lait ) menacent de tomber.
     Le narrateur de Je ne veux pas mourir ici est un vieil Américain veuf et à demi-paralysé. Exilé de force à Bangkok avec son fils Jack et sa bru thaïlandaise, il est amer — et nostalgique d’un pays qu’il a dû abandonner pour survivre ici en étranger.
     Combat de coqs, novela de cent pages divisée en vingt chapitres, relate par le biais de la jeune Ladda, l’histoire de Wichian, son père, qui vit grâce à ses coqs de combat. Mais Wichain s’est fait un ennemi juré de Petit Jui – le fils du truand Grand Jui qui autrefois avait séduit sa sœur aînée. Humilié par son adversaire malhonnête, Wichian ne s’avoue pas vaincu et s’entête... au risque de ruiner sa famille ; mais Petit Jui – et surtout Ramon, son complice, s’intéressent d’un peu trop près à Ladda... un drame dans lequel les coqs les plus hargneux ne sont pas toujours les volatiles.

     Pour mieux connaître la Thaïlande ( autrefois le Siam ), on peut s’offrir un voyage à Bangkok... ou lire ce recueil de sept nouvelles édifiantes, tour à tour drôles, tristes et toujours cruelles. Ce recueil est une plongée en apnée dans un pays où règne encore la misère, avec la complicité du tourisme de masse et d’un régime corrompu.
     Né à Chicago, l’auteur est pourtant thaïlandais de culture et de cœur. Avec une langue claire et directe pleine de nostalgie et de tendresse, il nous offre, vu de l’intérieur, le tableau édifiant d’un pays dont les étrangers n’ont qu’une idée superficielle et souvent fausse.
     Une vraie découverte !
     Lu dans un joli livre de poche.