Lula, 17 ans, fille d’un prof de musique, joue du piano et rêve de devenir musicienne, plus précisément batteuse ; mais ses parents s’y opposent. Surtout sa mère...

Lula a un frère aîné, Phil, qui, à la suite d’un conflit familial, s’est enfui à Paris. Il a fondé un groupe de rock, Noise, avec des copains. Or, pour la première fois de sa vie, Lula part seule à Paris. Elle sera hébergée chez sa copine Julie, dont le père, chef d’orchestre, habite un loft luxueux. Lula peut enfin revoir son frère, et elle va avec Julie assister à l’un de ses concerts au Batobar, une péniche branchée amarrée à la Seine.

Là, elle retrouve Mathias, un jeune violoncelliste sans le sou et aux abois dont elle a admiré le talent, la veille, alors qu’il jouait dans la rue… Mathias, qui compose et écrit ses chansons, rêve évidemment d’enregistrer une démo en studio. Mais c’est hors de prix !

Or, le père de Nemo, Marc, est le producteur du groupe Noise, et il possède un studio d’enregistrement. Pour Mathias, c’est la chance de sa vie, surtout quand Marc s’aperçoit que Lula et le violoncelliste font un duo très talentueux – et très amoureux ! Seul obstacle : la mère de Lula qui refuse obstinément que sa fille fasse de la musique. Un conflit naît, dont les proportions grandissent, et dont le profond motif échappe à Lula, jusqu’à ce que son frère lui révèle la vérité… une vérité qui n’empêchera pas l’héroïne de fuguer pour aller au bout de son amour et de ses rêves.


Nathalie Le Gendre est surtout connue pour ses ( excellents ) ouvrages de SF. Or, elle révèle ici des talents de romancière tout court, avec un récit ancré dans le réel et le quotidien. Relatée tantôt à la première ( Lula ), tantôt à la troisième ( Mathias ) personne, cette histoire d’amour et de musique emporte le lecteur dans un flot tumultueux et irrépressible ! Non seulement Nathalie Le Gendre connaît la ( ou plutôt les ) musique(s), mais elle en parle avec une efficacité et des termes qui séduiront les ados, et pas seulement les filles ! Ce récit, qui brosse des portraits originaux et attachants, suit pas à pas les pensées, les réactions et surtout la révolte d’une jeune fille en butte à un interdit maternel qu’elle ne comprend pas, et à un père tour à tour faible et/ou complice d’une épouse butée.

Aussi têtue que sa mère, Lula prend tous les risques et brave tous les interdits pour aller au bout de ses passions – et l’on redoute le pire… jusqu’à l’épilogue !

Souvent, les éditeurs me reprochent de ne pas avoir le langage de mes lecteurs. Nul doute que l’auteure d’Ecoute battre mon cœur, elle, possède ce talent – les collégiens qui aiment la musique ne pourront que vibrer à la lecture de ce récit contemporain plein d’émotion et de feu, dont le titre aurait pu être… Tout pour la musique !

Ah, un conseil : si vous vous risquez à commencer l’ouvrage, sachez qu’il vous sera difficile de ne pas le dévorer d’une seule traite.

Lu dans un joli format moyen, couverture bleu sombre souple. Typographie et papier parfaits, un livre qu’on dévore !