Thomas Nesbit est un journaliste et un écrivain triste, amer et solitaire.

Après avoir enterré son père, il vient d’acheter sur un coup de tête une maison isolée, ce qui précipite son divorce avec une épouse peu et mal aimée.

Retiré loin de l’agitation du monde, il rédige alors la longue histoire du seul véritable grand amour qui a marqué sa vie… Celui qu’il a partagé avec Petra, une ancienne Allemande de l’est récemment passée à l’ouest. Il l’a rencontrée en 1984, à Berlin, où il venait d’être embauché afin de rédiger des articles pour Radio Liberty, radio qui livre des informations de propagande pour le bloc de l’Est. Petra, jeune femme solitaire et secrète, est vite devenue sa traductrice… et sa maîtresse. Leur attirance a été immédiate et évidente. Mais peu à peu, Petra a fini par livrer à Thomas quelques secrets sur un passé trouble et sans doute lourdement chargé. Jusqu’à ce qu’un coup de théâtre éclate, et modifie à jamais l’existence de ce couple si bien assorti.

Difficile d’en dire plus, d’autant que ce fameux « instant-là » qui justifie le titre intervient dans le dernier tiers de cette gigantesque confession de 700 pages.

Même s’ils ne jouent pas dans la même cour, Douglas Kennedy et Haruki Murakami ont un point commun : ils entraînent le lecteur dans un récit qui, parfois, semble ne posséder aucun suspens, aucun ressort véritable – mais il est impossible de décrocher de leurs textes.

On a pourtant connu ( avec L’homme qui voulait vivre sa vie ) un Douglas Kennedy plus proche du « page turner » que du roman psychologique, comme c’est le cas ici.

En effet, pendant plusieurs centaines de pages, les confidences du narrateur n’offrent guère de rebondissements : la narration au jour le jour de ses relations avec son logeur ( un peintre homosexuel caractériel, insupportable, drogué et amoureux d’un homme marié ! ) puis de son idylle sans nuage avec la belle et mystérieuse Petra, tout cela n’offre en apparence qu’un intérêt secondaire. Mais le lecteur se doute que le drame est sur le point de se nouer. Et il n’est pas déçu, il a eu bien raison de patienter. Parce que la dernière partie du récit offre soudain les morceaux manquants d’un puzzle qu’il a lentement édifié à l’aide des confidences de Thomas, puzzle auquel il manque des pièces qui éclairent soudain le désespoir du narrateur.

Même s’il n’en a pas l’air, Cet instant-là est un vrai roman d’espionnage et le tableau édifiant d’une Allemagne de l’est où le rôle de la Stasi est permanent et redoutable, la peinture d’un Berlin-Est dans lequel le plus sympathique voisin peut être un délateur. Parfois, on frôle la caricature. Mais le récit est si réaliste qu’il est impossible de ne pas s’y attacher, surtout si, comme moi, on est germaniste. J’ai connu et visité Berlin Est six mois avant la chute du mur. Et mon jugement est sans doute partial, tant l’écho que ce roman a provoqué en moi est vif et douloureux.

Ah oui… n’espérez pas un happy end pour ce récit.

Les dernières pages ( le journal intime de Petra, autrement dit… « un autre point de vue » ) vous laisseront sans doute un goût amer, à l’image de la conclusion de l’auteur, Thomas – un faux double de Douglas : peut-être a-t-il raté sa vie à cause d’un mouvement d’humeur, un geste qu’il regrettera toujours, un virage qu’il a négocié trop vite et qui l’a entraîné sur une voie sans issue. Un thème que j’ai moi-même traité ( avec moins de talent et plus d’optimisme ? ) dans les quatre volumes d’Avec un peu d’amour et beaucoup de chocolat.

Lu dans sa version poche, un bel objet souple et épais, à la couverture violette et verte. Format et papier à haute résistance, typographie permettant une lecture fluide et aisée…