1869.

Léonore ( dite Léo ), 18 ans, est ouvrière à la ( célèbre ) chocolaterie Menier, à Noisiel, dans la Marne. Sa condition est simple mais elle a des amies ( surtout Louise ), deux frères ( Jean et Jacques ) et une sœur, Suzanne, qu’elle adore.

Un jour, elle est désignée avec neuf autres camarades à se rendre trois jours à Paris, pour y être reçues, avec d’autres travailleurs ( et leur patron ! ) par l’empereur Napoléon 3 ( en bien mauvaise santé ). Ses parents lui révèlent alors qu’elle n’est en réalité... qu’une « sœur de lait » de Suzanne. Eh oui : à l’âge de trois mois, elle a été confiée par un certain M. Désilles, de Paris, à ses futurs parents adoptifs. En effet, après quelques mois, le père de la petite Léonore n’a plus envoyé ni argent, ni nouvelles... et le couple a décidé de garder l’enfant et de l’élever.

Stupéfaite d’être sans doute une « fille d’aristocrate », Léonore va profiter de ce séjour à Paris pour tenter d’approcher la famille Désilles.

Elle y parviendra, guidée par Emilien, un jeune vendeur de journaux révolutionnaire.

En réalité, elle se fait embaucher comme servante... chez le vieux couple qui vit dans le même immeuble que ce fameux M. Désilles, sa ( très jolie ) femme et leur fille, Hortense – donc... sa sœur !?

Et elle va bientôt découvrir un étrange secret de famille !

Est-ce parce que ce récit est rédigé, de façon vive et directe, au présent et à la première personne ? Je l’ignore, mais les faits sont là : le lecteur est happé par ce récit dès les premières pages. L’héroïne est attachante ; elle confie ses états d’âme avec une sincérité touchante. Sans aucun manichéisme, l’auteur parvient sans en avoir l’air à glisser mille et une informations sur la condition ouvrière, les mœurs des bourgeois, l’état de Paris ( en pleine rénovation : les travaux de Haussmann, la construction de l’opéra Garnier ) et l’exaspération du peuple de Paris à la veille de la Commune. Un coup de chapeau pour cette gageure qui consiste à faire passer une réelle et passionnante leçon d’histoire au moyen du destin d’une jeune ouvrière qui, peu à peu, va comprendre les raisons de son abandon... et de son exil.

Le lecteur doit quitter l’héroïne alors que celle-ci, très loin de Noisiel et de Paris ( mais tout près de Victor Hugo), découvre enfin le secret de ses origines. Dans un prochain volume, à paraître en août, nous retrouverons Léo – mais aussi, sans aucun doute...

  • le jeune Emilien qui a gagné du galon, et dont le rôle politique sera certainement évoqué dans les mois à venir !

  • Jules, l’ouvrier amoureux de Léonore

  • Hortense, la fille des Désilles, devenue presque une amie

  • Le chat qu’Hortense a confié à Léo – et qui figure en bonne place sur la couverture !

Lu dans son unique version, un joli moyen format, beau papier, belle typographie – et une couverture attrayante avec une vue sur les toits de Paris !