Opéré de la cataracte, handicapé par les gouttes de Mydriaticum ( qui dilatent la pupille et rendent la lecture quasi impossible ), je me suis orienté vers l’audition de romans enregistrés. N’est-ce pas la façon de lire des non-voyants ?

Et puis écouter une histoire, lue par un professionnel, c’est une manière ( très classique en réalité ) d’aborder un récit. On oublie en effet que la littérature est née de l’oral : les 27 000 vers de L’Iliade et L’Odyssée, il y a deux millénaires et demi, étaient racontés ( et même chantés ! ) par des aèdes pour des auditeurs souvent non lettrés.

Faut-il résumer le propos de L’Abbesse de Castro ?

Dans une brève introduction, Stendhal nous affirme tenir cette vieille histoire ( tragique ) de deux manuscrits florentins de la fin du XVIe siècle : « les malheurs de la famille Campireali, presque une légende », nous dit-il.

Les faits, qui remonteraient à l’an 1554, relatent les amours contrariées de la jeune Hélène de Campireali. Sa beauté séduit tous les habitants de la petite ville d’Albano, surtout le jeune Jules Branciforte qui, hélas, est pauvre et mal vêtu. Aussi, le père d’Hélène est fort irrité de voir ce manant rôder près de sa riche demeure qui ( au premier étage, c’est important ) abrite la jeune fille. Il insulte le jeune homme en se moquant de ses méchants habits et il lui interdit de passer sous la fenêtre de sa fille.

Piqué au vif, Jules insiste. Il se risque même à offrir une nuit, à l’aide d’une perche, un bouquet ( puis des billets doux ) à celle qu’il aime.

Touchée, celle-ci répond à la passion du jeune homme.

Les deux tourtereaux finissent par se rencontrer – ils s’aiment !

Hélas, pour gagner Hélène, Jules doit devenir riche ou/et célèbre.

L’occasion lui en est offerte, quand il découvre ( et révèle à sa bien-aimée ) qu’il est brigand et fils de brigand. Au cours d’un combat, il tue par mégarde le frère d’Hélène qui, elle, est envoyée - et enfermée - au fameux couvent de Castro.

L’aime-t-elle encore ? Il fait tout pour la rencontrer... et se décide à l’enlever.

Ce n’est là que le premier quart de cette histoire qui finit mal.

Ce court roman ( trois heures de lecture, mais 128 pages ! ), publié en 1837 sera inclus en 1855 ( 12 ans après la mort de l’auteur ) dans ses fameuses Chroniques italiennes : il s’inspire, comme on le voit, à la fois des amours florentines de Dante, de l’histoire de Roméo et Juliette et du Cid ( la pièce de Guillen de Castro autant que celle de Corneille ).

Le lecture ( historique : 1956 ! ) à haute voix de Jean Piat est vive, littéraire et fluide.

Nul doute que ce comédien, à l’époque où il s’apprêtait à interpréter le Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, était l’interprète idéal de ce texte classique. La diction et l’élégance de Jean Piat s’accordent parfaitement à ce texte que Stendhal a sans doute rédigé en essayant d’imiter la truculence et l’historicité d’un « récit florentin de la Renaissance ».

Mais attention : malgré sa brièveté et sa narration linéaire, L’Abbesse de Castro reste un récit dont le style et le vocabulaire peuvent rebuter un lecteur contemporain... a fortiori s’il est jeune ! La rapidité de la lecture orale de Jean Piat peut donc, je le crains, être un handicap pour qui n’est pas familier de la langue du XIXème siècle.

Pour ma part, j’ai pris un grand plaisir à écouter cette histoire. Il se peut même que cette lecture à haute voix m’ait éclairé sur certains détails qui m’avaient échappé lors de ma lecture silencieuse – et qui, par ailleurs, date des années soixante !

Cette expérience rare ( j’écoute peu de livres audio ) me démontre les limites de cette technique particulière : parfois, pour mieux approfondir le texte, il est préférable de l’avoir sous les yeux plutôt que de l’entendre. Ainsi, on peut revenir en arrière, réfléchir avant de poursuivre.

Qu’importe : il existe un plaisir très particulier à écouter une histoire plutôt que la lire.

Mais L’Abbesse de Castro n’est pas un conte. Ni une pièce de théâtre.

Nul doute que sa fonction première est... la publication, et la lecture silencieuse et solitaire !