Test

Aurore est en troisième. C’est une élève médiocre, laide ( elle en est sûre), pessimiste et mal dans sa peau.

D’ailleurs, elle titre son premier journal intime ( il y en aura deux autres ) JAMAIS CONTENTE.

Sa sœur aînée ( Jessica ) a 18 ans ; elle sort en boîte, se fait faire un piecing sur la langue et fréquente Vladouch, un étranger marié avec deux enfants !

Elle a aussi une sœur cadette, Sophie, désespérément brillante en classe, un papa ( portier d’hôtel ) assez indifférent et une mère qui ne s’intéresse à elle que pour la critiquer.

Elle a aussi une mamie indulgente et bouddhiste, et un papi sourd et hypersomniaque.

Elle a enfin :

  • une camarade musulmane ( Samira ), dotée de cinq frères beaux comme des dieux.

  • une amie fidèle, Lola ( aux parents divorcés, quelle chance ! ), qui cumule deux avantages : elle habite l’immeuble d’en face et a un beau-frère très séduisant qui se prénomme Marceau, un prénom de boulevard des Maréchaux.

Mais Aurore n’a ni portable, ni copain.

Enfin, pas encore...

Elle est très attirée par Marceau ( mais Lola l’a avertie : Marceau, c’est tabou ! ).

Puis par Julien, rencontré sur la plage… avant qu’elle n’entame tristement sa « deuxième Troisième » !

Pour la dérider, ses grands-parents lui proposent de venir s’installer chez eux.

Mauvaise pioche : Aurore note, le 16 octobre :

Ma vie chez mes ancêtres est un tel marécage de nullité que j’étais furieusement contente d’aller déjeuner dans mon ancien foyer.

Un peu d’animation en perspective. Et au moins, ma mère ne chantonne pas.

Bref, elle a envie de passer une petite annonce du genre :

Jeune fille seule comme un rat, affligée d’un physique monstrueux et d’une famille ennuyeuse, certainement athée, probablement lesbienne, détestant la Terre entière, cherche jeune homme pour l’aimer à la folie… 

Lola livre à son amie une idée de génie : Aurore doit faire une fugue !

S’il fallait résumer Le journal d’Aurore selon les propres termes de son auteur, ce serait un ouvrage sans aucun intérêt, au quotidien truffé de détails nuls et sans importance.

Seulement voilà : ce journal est écrit par Marie Desplechin, avec un humour ravageur et une autodérision propre à soulever de page en page l’attention et les sourires ( voire les rires ) du lecteur. Au point que ce dernier est en droit de se demander si ce journal imaginaire et celui de l’auteur ne font pas qu’un ! Parce que le style d’Aurore ( heureusement ) n’est pas vraiment celui d’une ado de Troisième mais d’un auteur de talent.

Marie se cache derrière Aurore comme Emile Ajar ( alias Romain Gary ) se cachait derrière Momo, un narrateur trop jeune pour affirmer que Madame Rosa était une femme qui aurait mérité un ascenseur.

Oui : les réflexions d’Aurore sont d’un pessimisme et d’une maturité propres à toucher moins les ados que les adultes. D’ailleurs, l’ouvrage ( de 560 pages bien tassées ), s’il semble destiné à la jeunesse, n’a même pas été classé en collection Médium. Mais quand on a 15 ans… le Journal d’Aurore ne peut que faire écho !

On peut m’objecter que ce livre est daté ( 2011… autant dire la Préhistoire ). Que de nos jours, on ne reçoit plus de note de dépassement pour des appels sur un téléphone fixe ( vous avez encore un téléphone fixe, vous ? Moi, oui ! ) et que par ailleurs, une fille en 3ème sans smartphone, ça n’existe plus !

Mais le style de Marie Desplechin, lui, n’est pas passé de mode. Et ses fiches de lectures des ouvrages « obligatoires en Seconde » : La Princesse de Clèves, Tristan et Iseut et Roméo et Juliette sont… à mourir de rire !

Un ( faux ) journal intime au style ravageur et indémodable, un modèle d’humour et d’autodérision. Qui ( je rassure le lecteur ) finit bien. Un « journal intime achevé » ? Mais oui. Parce qu’entre l’écriture et la vie, Aurore a finalement choisi. Ce qui l’a décidée, c’est sans doute ( page 532 ) ce « grand frissoj qui m’a traversé le dos de haut en bas. C’était peut-être de l’amour. Ou alors un début de grippe. Difficile à dire »

À recommander à tous les lecteurs ( et… surtout les lectrices ! ) de tous les âges. Et plus particulièrement à celles, sûrement très nombreuses, qui ne se sentent pas très bien dans leur peau ! Le journal d’Aurore les rassurera : il y a de l’espoir !

Lu dans la version intégrale ( il existe trois volumes indépendants ).

Un grand et gros format à la couverture bleue.

Papier et typographie particulièrement agréables.

CG