Le Blog de Christian Grenier, auteur jeunesse

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mercredi 02 novembre 2016

LA VIE EN SOURDINE, David Lodge, Rivages

Double à peine modifié de David Lodge, Desmond, prof d’université ( et de linguistique ) récemment retraité, rédige son journal intime et confie au lecteur les conséquences du problème qui, depuis des années, lui gâche l’existence : il devient sourd, un handicap qui, malgré le port ( acrobatique ) de discrètes prothèses auditives, est l’objet de mille et un tracas quotidiens…

A la suite d’u cocktail et d’un malentendu ( à tous les sens du terme ), il devient le tuteur illégal et clandestin d’Alex Loom, une étudiante trentenaire très collante au comportement ambigu qui rédige une thèse sur « les lettres des suicidés ». Eh oui : Desmond doit cacher bien malgré lui cette relation professionnelle à Winifred ( dite Fred ), sa seconde épouse divorcée ( lui-même est veuf ) que la surdité de son mari encombre, irrite et compromet de plus en plus l’avenir de son entreprise : Décor ( aménagement et ameublement d’appartements luxueux ), dont elle partage la responsabilité avec sa vieille amie et complice Jakki.

Autre handicap de Desmond : son père ( sourd, lui aussi ! ), un vieillard avare et têtu qui se néglige et refuse de quitter sa maison et ses ( mauvaises ) habitudes.

Comment Desmond va-t-il…

1/ se débarrasser de cette « groupie doctorante, importune et peu scrupuleuse » ( page 333 )

2/ apaiser son épouse et faire avec elle la paix ( professionnelle et sexuelle )

3/ convaincre son père, atteint peu à peu de démence sénile, d’entrer dans une maison de retraite ?

A lire ce résumé, on pourrait croire que La vie en sourdine est un récit banal et plutôt tragique. Il n’en est rien !

C’est un roman trépidant et drôle – peut-être parce que je partage avec David Lodge un léger début de surdité et qu’il m’arrive de vivre les inconvénients et quiproquos qui font tout le sel de cette lecture. Mai aussi parce que, comme l’indique son titre ( en anglais : Deaf sentence ), ce handicap en apparence mineur est le leit motiv, le fil conducteur des 400 pages de ce récit !

Bien sûr, Desmond prend souvent un mot pour un autre ( félicitations aux traducteurs ), mais c’est surtout l’enchaînement des conséquences ( cocasses, inattendues ) de son handicap qui font l’intérêt de cet ouvrage, sans parler des savoureux portraits de tous les protagonistes, conjoints et enfants du narrateur.

J’admets : j’ai depuis longtemps un faible pour David Lodge, son syle ( phrases à rallonge, dialogues de sourds ) et sa façon tour à tour drôle et dramatique de juger les aléas de l’existence… un humour typiquement anglais.

Le récit s’achève sur un bref séjour de Desmond en Pologne où il s’oblige à aller visiter ( au galop ) le camp d’Auschwitz-Birkenau, la porte de la mort, étonnant prélude à ce qui attend le narrateur… et son père : une « sentence de mort » ( death sentence ). Parce que la surdité, aux yeux ( pardon : aux oreilles ) du narrateur, c’est le crépuscule de la communication, le deuil de l’écoute d’autrui, une forme d’enfermement progressif, inexorable, comme l’avait déjà exprimé Beethoven dans son fameux « testament d’Heiligenstadt ».

Bref, si l’on exclut une conclusion grave, émouvante ( voire grandiose, presque philosophique ), La vie en sourdine offre une lecture jouissive et réjouissante qui fait écho aux meilleurs ouvrages de Julian Barnes et de Jérôme K. Jérôme.

Lu dans sa version d’origine, un fort élégant et sobre grand format, d’une lecture bien agréable.

CG

Lundi 24 octobre 2016

GUINGOIN, UN CHEF DU MAQUIS, Yann Fastier, L’Atelier du Poisson Soluble

Georges Guingouin ( 1913-2005 ), instituteur dans le Limousin, s’engage dans la Résistance dès 1940. Maquisard et clandestin, il rassemble très tôt autour de lui un groupe de jeunes résistants et imprime des tracts invitant à la désobéissance civique au régime de Vichy.

A la Libération, il devient le maire de Limoges.

Si Georges Guingouin est le personnage central de cet album, l’auteur, Yann Fastier ( Limougeot d’adoption ), s’est attaché à relater par le menu les faits des années 39/45, tout particulièrement dans le Limousin, qui a subi les assauts de la barbarie nazie.

Le principe de l’ouvrage ? Faire s’exprimer, à la première personne, une quinzaine de protagonistes réels ou imaginaires : résistants, collaborateurs, gens du peule, commerçants… et même des responsables allemands !

Ainsi, la lecture de Guingouin, un chef du maquis bénéficie de multiples points de vie relatés de façon personnelle, vivante – avec le ton ( et les mots ) très particuliers des personnages de cette époque.

Vulgarisateur, pédagogique, ludique et historique sont les adjectifs qui définissent ce bel album à mettre dans toutes les mains ( particulièrement celles des collégiens ) On y trouve, clairement relatés, les faits principaux de la guerre de 39/45 : photos, dates et événements. C’est là une façon nouvelle, vivante et réaliste de comprendre les causes du conflit mondial, tout en entrant dans le quotidien de celles et ceux qui l’ont subi et vécu, qu’il s’agisse de l’attaque de Pearl Harbor ou du massacre d’Oradour-sur-Glane.

C’est aussi un hommage appuyé et mérité à Georges Guingouin, personnalité forte et encore peu connue de la Résistance.

Lu dans son unique version, un très bel album cartonné, illustré de dessins et de photos, imprimé sur un beau papier épais – un objet comme le Poisson Soluble sait les faire !

Lundi 17 octobre 2016

L’ESPACE PREND LA FORME DE MON REGARD, Hubert Reeves, Le Seuil

A 60 ans, en Sicile, au cœur de la nature et non loin de la mer, l’auteur réfléchit à la fragilité de l’Homme face à la nature, au cosmos et au Temps. Il nous fait partager sa fascination, le « vertige de cette formidable aventure de cette vie sur la Terre. »

Inspiré d’un vers de Paul Eluard, ce titre souligne l’anthropomorphisme de notre regard :

Et si l’univers n’existait que parce que nous le contemplons ?

Question philosophique plus pertinente qu’il n’y paraît, à laquelle s’ajoute, chez Reeves, une autre interrogation angoissante et liée à la première : y a-t-il, dans l’Univers, d’autres intelligences capables d’appréhender le cosmos de la même façon que nous ?

Notre univers visible et perceptible est-il vu et perçu ailleurs et par d’autres ?

Reeves se permet de citer une allégorie poétique ( de Gaston Bachelard ) qui pose la même ( ? ) question - autrement :

« J’ai vu une herbe folle.

Quand j’ai su son nom,

Je l’ai trouvée plus belle.

Elle est devenue plus belle d’être vue et plus belle encore d’être nommée. Depuis que Monet a peint les nénuphars d’Ile-de-France, ils sont devenus plus beaux, plus grands. »

Ainsi, la science s’interroge en se mêlant de linguistique – parce que cette affirmation traduit l’objectif de toute œuvre artistique : nommer, traduire, exprimer ( par les mots, la musique, le peinture… ) ce qui nous entoure, que ce soit de l’ordre du réel ou de la pensée…

Ceux qui ( comme moi ) ont lu les essais d’Hubert Reeves sur l’astronomie et l’univers ne seront pas étonnés que notre astrophysicien québécois préféré associe astronomie et philosophie.

Ses réflexions aiguës, profondes, émaillées de descriptions poétiques ( et de quelques photos en noir et blanc ) sont un tremplin pour la pensée scientifique… et l’imaginaire en général.

Hubert Reeves, on le sait, est un humaniste. Son essai a le pouvoir étrange d’apaiser, de rendre lucide, humble et ( paradoxalement ) euphorique.

En confidence, Reeves se souvient avoir menti à sa mère, en se penchant sur elle, sur son lit de mort, pour lui affirmer : « tu vas bientôt aller mieux ». Il le regrette ; pourquoi ne lui a-t-il pas déclaré : Tu vas mourir, et c’est le moment d’en parler. Pas d’accord ? La question mérite réflexion…

Science ou philosophie ?

A l’image des grands savants grecs, cette frontière est vite franchie.

Modestement, cette invitation ( savante et poétique ) à la sagesse et à la sérénité nous invite à « capturer un instant d’harmonie », à nous émerveiller d’être là – et à pouvoir prendre conscience que l’Homme est le fruit miraculeux d’une évolution lente et complexe, dont nous ne sommes, hélas, qu’un hasard provisoire.

CG

Lundi 10 octobre 2016

MMA RAMOTZWE DETECTIVE, Alexander Mac Call Smith, 10/18

A Gaborone, capitale du Botswana, Precious Ramotzwe ( dit Mma Ramotzwe ) décide de créer « l’agence N° 1 des Dames détectives » avec l’argent du bétail de son père récemment décédé. Débuts lents et modestes – même si Mma Ramotwe s’offre un local et une secrétaire !

Sa première cliente, Happy Bapetsi, lui demande de confondre l’homme qu’elle a recueilli qui prétend être son père ( perdu de vue depuis très longtemps ) mais dont la conduite semble louche. Une enquête qui va permettre à l’auteur de l’ouvrage de relater par le menu…

  • la vie du père de l’héroïne, Obed Ramotzwe, qui travailla jusqu’à 60 ans dans les mines de diamants de ce pays devenu récemment indépendant.

  • le mariage ( cauchemardesque ) de Mma Ramotzwe avec Note Mokoti, un trompettiste alcoolique et violent dont elle était tombée amoureuse et qui mourut en la laissant veuve.

Avec l’affectueuse complicité de son ami le garagiste J.L.B. Matekoni, Mma Ramotwe va démêler une sombre affaire de sorcellerie, retrouver la trace d’un fils disparu, suivre discrètement la fille du riche M. Patel, qu’il soupçonne ( elle a 16 ans) de fréquenter des garçons ; une femme lui demandera aussi de prouver que son mari la trompe – ce qu’elle parviendra à faire… à ses dépens et euh… à son corps défendant !

Cette première série d’enquêtes offre une joyeuse rupture avec les romans policiers traditionnels. D’abord parce qu’on est en Afrique. Ensuite parce que Mma Ramotzwe, 35 ans, un certain embonpoint et beaucoup de sagesse, de perspicacité et de gentillesse, est un personnage à la fois fort, original… et plus complexe qu’il n’y paraît. Enfin grâce au ton particulier de l’auteur, tendre complice de tous les personnages qu’il fait défiler – y compris d’ailleurs certains coupables, qui bénéficient de l’indulgence de notre enquêtrice.

On l’aura compris : ce premier opus est une série d’enquêtes, parfois interrompues, souvent liées les unes aux autres, qui se déroulent dans un pays attachant, où les paysages, les traditions, les mœurs et le langage offrent un dépaysement total et bienvenu.

Certaines chutes sont cocasses – tour à tour inattendues et très émouvantes.

Et la conclusion, pleine de bons sentiments ( on sait qu’à mon avis, contrairement à un méchant dicton, les bons sentiments font parfois de l’excellente littérature ! ) est un vibrant hymne d’amour à l’Afrique – et à ses habitants.

Voilà un récit ( et une enquêtrice ) qu’il faut absolument découvrir. Je suis tombé sous leur charme, grâce à Anne-Marie Latapie, prof-documentaliste de choc qui eu la gentillesse et l’excellente idée de m’offrir ce livre !

Lundi 03 octobre 2016

DES LECTEURS… AUX ZAPPEURS !

Eh oui : en vingt ans, les lecteurs sont devenus des zappeurs.

Apprendre à lire n’a jamais été une partie de plaisir. Pourtant, je continue d’affirmer que face aux méthodes globales, syntaxiques, syllabiques ( j’en passe… ) il n’existe qu’une seule bonne méthode pour apprendre à lire : il suffit que le futur lecteur ait envie de lire.

Si c’est le cas, il apprendra vite, quelle que soit la méthode.

Sinon, ce sera très dur

Or, pour avoir envie de lire, il faut être persuadé que lire est un plaisir : être entouré de livres, de gens qui lisent… et semblent trouver du bonheur dans ce qu’ils ont sous les yeux !

Déjà, le problème se corse : les livres font de moins en moins partie du décor familial. Souvent scotchés eux-mêmes devant des écrans ( télé, ordinateur, tablette, smartphone ) les adultes ne donnent plus l’image de lecteurs épanouis et demandeurs. Si l’on ajoute que les lecteurs ( surtout à partir du collège ) vont être obligatoirement confrontés à des textes classiques dont le vocabulaire, le style et les univers sont aux antipodes de ce qu’ils connaissent et apprécient, on comprend que lire ne va pas être à leurs yeux une partie de plaisir.

Avec son infinité de possibilités et d’accès ( Internet ), avec ses dizaines de chaînes ( la télé ) et ses milliers d’interlocuteurs potentiels ( les réseaux sociaux, j’en passe là aussi ), les écrans offrent aux jeunes des plaisirs plus immédiats que l’entrée dans un texte.

Là encore, je continue d’affirmer que l’écran pousse au zapping : combien de temps son ( jeune ) utilisateur reste-t-il sur la même image, la même page ? Quelques secondes !

Si l’information recherchée ne lui convient pas, il passe ailleurs.

Si le film ou l’émission le lasse, il passe à une autre chaîne.

On me dira que si la première page ( ou les premiers mots ) d’un livre ne retiennent pas son attention, rien ne l’empêche d’en prendre un autre. A condition qu’il en ait plusieurs à sa portée. Et que l’un d’eux, enfin, lui soit accessible ou lui offre la promesse d’un suspense, d’un plaisir ou d’une satisfaction quasi immédiate.

Car le zappeur veut du bonheur. Très vite.

Et le livre n’en fournit qu’aux lecteurs attentifs, patients et persévérants.

*

Venons-en… là où je veux en venir : au fait que le livre, cet objet de plus en plus ringardisé et considéré comme un repoussoir par une quantité grandissante de jeunes, le livre donc, pour plaire, doit séduire très vite. Surtout si le lecteur est jeune, et a par conséquent des exigences que n’ont pas les vieux routiers de la littérature.

Les éditeurs l’ont bien compris, qui désormais demandent aux « écrivains jeunesse » de faire simple, de ne surtout pas employer de mots compliqués ou inconnus, de termes vieillis, d’expression peu usitées – au risque de voir le lecteur abandonner l’ouvrage.

Car la priorité d’un éditeur ( disons… d’un grand nombre d’entre eux ! ) n’est plus de publier de bons textes ou de la « bonne littérature », mais… de survivre. Donc de vendre. Donc de plaire, sinon au plus grand nombre, du moins à son lectorat supposé. Un lectorat qui semble se restreindre et ne s’élargira qu’en diminuant un peu plus ses exigences.

De gré ou de force, le futur lectorat devra s’apparenter à un public familier des écrans : un public qui attend surtout de la variété, de l’humour et des jeux.

Loin de moi l’idée de généraliser ! Car j’entends les protestataires s’écrier :

- Voyons, même à la télé, il y a la Cinq, Arte, la chaîne Histoire ou LCP !

C’est vrai.

Mais additionnez donc les publics des chaînes citées plus haut… et vous n’arriverez jamais au score de TF1. Ou à celui des amateurs fidèles de Plus belle la vie ou de l’amour est dans le pré.

Désormais, quand je propose un récit – notamment pour les plus jeunes – à un éditeur, on me bombarde en marge de réflexions du genre : non, trop compliqué, trop long, personnage à enlever, mot vieilli, expression obsolète, réflexion trop complexe, implicite trop subtil…

Autrefois, un auteur jeunesse pouvait se permettre deux mots ( supposés ) nouveaux sur une page. Aujourd’hui, plus question de prendre ce risque.

Il faut aller au plus simple. Au plus court.

Les lecteurs et les parents n’en ont pas toujours conscience ; ils ignorent que certains auteurs ( dont je suis ) se battent pour que leur texte conserve une qualité, une densité qui diminuent d’année en année, de récit en récit.

Si les éditeurs suivent l’exemple de la télé qui donne aux spectateurs ce qu’ils semblent préférer, la littérature risque de disparaître peu à peu au profit d’un produit insipide, répétitif et convenu. Restera le club ( ouvert à tous… mais restreint ) des lecteurs fidèles, gourmands et exigeants.

Lundi 26 septembre 2016

REM LE REBELLE - Jean-Yves Loude - Tertium

Rèm, qui vient de perdre son père, doit prendre sa place : celle du conducteur de la draisine qui assure la liaison entre La Réserve, où il vit avec des compagnons d’infortune, et le mystérieux « Centre » – certes inaccessible, mais qui livre aux habitants de la Réserve les provisions qui leur permettent de subsister. En échange de quoi, Rèm leur livrera le bois qui, semble-t-il, leur est nécessaire. A cette responsabilité nouvelle ( jusqu’ici, il conduisait surtout avec sa draisine les élèves de l’école ) qui le hisse au niveau adulte, s’ajoute l’annonce de son mariage avec la belle et athlétique Raga – un choix qui n’est pas le sien…

Eh oui : dans la Réserve, les lois sont strictes et les tâches préétablies, comme le prouve le surnom de certains responsables comme le Mouchard, l’Epervier et les Membres du Conseil qui gèrent le quotidien. En effet, une fois par mois, il faut accueillir ( selon des règles strictes et discrètes ) les mystérieux Bûcherons, dont on ne voit jamais le visage…

Qui sont-ils, et pourquoi aucun contact n’est-il possible avec eux ?

Pourquoi ( et depuis combien de temps ? ) Rèm et ses compagnons sont-ils ainsi confinés dans ce lieu fermé, aux règles immuables ?

La cause en est-elle cette fameuse et mystérieuse « Catastrophe Primordiale » ?

Grâce à Raga la téméraire et à plusieurs incidents fortuits, Rèm finira par avoir la réponse à ces questions qui ne cessent de s’accumuler au fil du récit...

Il faut attendre les révélations finales pour comprendre ( mais les lecteurs les plus perspicaces l’auront deviné) que ce récit, dont l’action se déroule dans le futur, relève à la fois de la science-fiction… et de l’écologie ! A l’époque où fleurissent les fameuses « dystopies » ( le plus souvent anglo-saxonnes ), il serait bon que les adolescents lisent ce récit publié à l’origine chez Gallimard Jeunesse ( c’est le dernier de la défunte et excellente collection Page Blanche, destinée aux jeunes adultes ) et fort heureusement réédité – son titre d’origine était La réserve des visages nus. Son auteur, Jean-Yves Loude, est avant tout un ethnologue ; et sa connaissance des peuples et de leurs coutumes rend ce récit crédible et réaliste. Son épilogue fait d’ailleurs la jonction avec des événements de la fin du XXe siècle… et le sort de certaines populations condamnées à court terme par une catastrophe… Ici, le langage utilisé par les indigènes est celui des Kalashs ( à la frontière du Pakistan ) que Jean-Yves Loude connaît bien puisqu’il a partagé leur sort, appris leur langue et étudié leur culture pendant de nombreux mois.

CG

Lu dans son unique version actuelle, un joli mais modeste grand format. Belle couverture colorée et papier blanc épais.

Lundi 19 septembre 2016

ELDORADO - Laurent Gaudé - Actes Sud

A Catane, le commandant Salvatore Piracci se fait aborder par une jeune femme à laquelle il a autrefois sauvé la vie : officiant sur un navire chargé de repérer les migrants, il l’a recueillie alors que leur radeau allait sombrer – puis…livrée aux autorités, c’est là son métier.

L’inconnue lui demande un ( nouveau ) service : lui confier une arme avec laquelle elle tuera le responsable des passeurs, un certain Hussein Marouk. Ce malfrat l’a ruinée avant de l’abandonner en pleine mer avec des dizaines d’autres migrants, la plupart on péri.

Elle y a perdu son enfant ; désormais, sa vie n’a plus de sens.

Parallèlement au récit de ce destin ( relaté au passé et à la 3ème personne ), on suit la longue odyssée du jeune Soleiman qui, avec son frère Jamal, a décidé de quitter son pays pour gagner l’Europe. Un long périple solitaire ( Jamal, malade du Sida, le laissera à la frontière ) au cours duquel le jeune homme se fera lui aussi dévaliser avant d’être aidé par Boukabar le boiteux – une quête qui les mènera à Ceuta, face à une double haie de barbelés que tenteront de franchir, avec eux, cinq cent migrants soucieux de gagner le sol espagnol…

Entre-temps, bouleversé par la rencontre de cette migrante, Piracci agresse un passeur et se fait arrêter ; refusant de livrer son identité, il achète un bateau et part, devenu une sorte de migrant volontaire ; il a perdu le goût de la vie, «  tari comme une vieille outre sèche (…) son corps pouvait encore durer, il n’était ni vieux ni malade. Mais l’esprit était sec »

Le récit s’achève avec la ( brève ) rencontre entre Soleiman et lui, au moment où le premier gagne enfin la liberté alors que Piracci perd la vie…

Publié en 2006, ce récit n’a pas ( hélas ) pris une ride. Saluant l’œuvre de l’auteur du Soleil des Scorta ( Prix Goncourt 2004 à ne pas rater ! ), L’Express évoquait « voyage initiatique, sacrifice, vengeance, rédemption »… Tous ces thèmes sont en effet traités ici avec une grande pudeur et une économie de moyens qui rend ce court roman ( 220 pages ) accessible à un jeune public. C’est d’ailleurs ma petite-fille Camille ( 16 ans, en Seconde ) qui, bouleversée, me l’a recommandé. Avant Eric Emmanuel Schmidt ( Ulysse from Bagdad ) et l’auteur jeunesse Jean-Christophe Tixier ( Le passage ), Laurent Gaudé nous offre ici un double destin ( mais un point de vue multiple, jamais manichéen), une réflexion sur les migrants et aussi une grande leçon d’humanité.

CG

Lundi 12 septembre 2016

L’ODYSSEE - Homère ( traduction de Philippe Jaccottet ) - La Découverte

Faut-il résumer ici le destin et les aventures d’Ulysse ?

Non : l’objectif de cette fiche est de présenter cette traduction inédite du poète Philippe Jaccottet, entré récemment ( en 2014 ) dans la Pleiade.

L’Iliade et L’Odyssée, le lecteur a l’impression de les connaître : chacun de nous en a ( de gré ou de force ) lu des extraits en classe de 6ème.

Mais quels extraits ?

Et dans quelle traduction ?

Rappelons les faits : datées approximativement du VIIIe siècle avant J-C, les deux fois 24 chants ( 17 000 vers pour L’Iliade, 15 000 vers pour L’Odyssée ) auraient été imaginés par Homère, un hypothétique poète aveugle sur lequel on ne sait à peu près rien.

En revanche, on estime que ces poèmes ont été, vers 650 avant J-C transcrits, puis chantés par des aèdes au cours de longues soirées. Chantées ? Oui : les troubadours de l’époque devaient s’accompagner d’une lyre ou d’une cithare. Par la suite, il semblerait que ces textes aient été seulement scandés, en rythme – le rap ne date donc pas d’hier.

Ces faits ont leur importance : ils montrent que la poésie est sans doute née avec la chanson. Et aussi que les rimes offraient aux aèdes un moyen mnémotechnique pour mémoriser ces textes dont la longueur pourrait effrayer le lecteur – ou plutôt le narrateur et l’auditeur de l’époque.

Sur le fond, on s’est longtemps interrogé sur les origines de ces deux récits...

La guerre de Troie a-t-elle eu lieu ? Achille ( et Ulysse ) ont-ils un modèle historique ?

Les voyages d’Ulysse, certes imaginaires, suivent-ils un parcours réel – comme semblent le prouver les cartes qui tentent de reconstituer son périple ?

Je laisse le problème de côté, car celui qui retient mon attention ici, c’est la forme.

Avec, toutefois, une dernière remarque sur le fond : aujourd’hui, on grappille ici ou là des extraits des poèmes homériques pour en restituer les faits en laissant habituellement de côté le problème des dieux. Grave erreur – mais elle est récurrente dans la littérature ancienne dont on veut ( dont on croit vouloir ) garder l’essentiel : l’action.

En 1985, invité par Gallimard à rédiger préface et jeux pour le Folio-Junior Edition Spéciale de Robinson Crusoé, j’ai été stupéfait de constater que le texte, dans la collection 1000 soleils, avait été amputé… de la moitié ! Les coupures ( faites par Michel Tournier à la demande de Gallimard ) avaient pour but de rendre le texte plus attrayant. On lui a donc ôté les descriptions jugées trop longues et la plupart des considérations morales de l’auteur.

Il ne restait que le squelette du récit, ce qui en changeait les objectifs et le fond.

Le cinéma fait pire encore - même si je regarde avec intérêt le film Troie.

Pour en revenir au sujet de cette fiche de lecture, dans L’Iliade et L’Odyssée, les hommes sont des marionnettes dont les dieux tirent les fils – mais où sont-ils dans les « adaptations » ( même littéraires ) contemporaines ?

Enfin ( et surtout ), la plupart des traductions sont en prose – et fidèles au texte à l’adjectif près. C’est ( affirme le poète Jaccottet ) une erreur. Parce que l’original était en vers. Avec un rythme particulier, des assonances ( hélas, impossibles à restituer ) et des couleurs d’autant plus particulières que le texte n’était pas lu mais chanté, voire scandé à la façon d’un opéra « sprech Gesang » ou d’un rite religieux. Osons la comparaison : le destin de Jésus a fait l’objet d’oratorios ou de passions suivis par le public du XVIIIe siècle… de la même façon que le public grec écoutait L’Iliade et L’Odyssée il y a plus de 2000 ans !

Bref, le projet de Philippe Jaccottet tente d’approcher la vérité historique.

Si les vers de sa traduction ne respectent pas les rimes, ils obéissent à un hexamètre ( de 14 pieds le plus souvent ) avec six temps forts.

Jaccottet est persuadé ( et je le crois ) que les adjectifs qualifiant les héros d’Homère ( Achille au pied léger, Ulysse le rusé, l’endurant, l’inventif ) varient moins en fonction de la situation des personnages… que du nombre de pieds ou des assonances utiles à boucler le vers – une remarque d’autant plus pertinente qu’elle émane d’un poète.

Homère ( ou les aèdes ) a-t-il été davantage préoccupé par le rythme du récit que par le sens de l’adjectif ? Sans doute ! Cette remarque me fait d’ailleurs penser à l’accompagnement, dans les passions de J. S. Bach, du terme « qui trahit Jésus » systématiquement accolé à Judas : « Judas, der ihn verriet ». Un procédé répétitif et… pédagogique, destiné à rappeler aux fidèles la trahison de ce disciple, « mettez-vous bien ça dans la tête ».

Pour illustrer le problème de la traduction, je signale que je possède deux Iliade :

1/ au Livre de Poche ( Les Belles Lettres 1962 pour la traduction de Paul Mazon, 1963 pour la préface de Jean Giono ). Avec le début suivant :

« Chante, Déesse, la colère d’Achille, le fils de Pelée ; détestable colère, qui aux Achéens valut des souffrances sans nombre et jeta en pâture à Hadès tant d’âmes fières de héros, tandis que de ces héros mêmes elle faisait la proie des chiens et de tous les oiseaux du ciel – pour l’achèvement du destin de Zeus. Pars du jour où une querelle tout d’abord divisa le fils d’Atrée, protecteur de son peuple, et le divin Achille. »

2/ aux Editions de Crémille, 1970, 2 volumes reliés et illustrés, dos cuir et signet, traduction d’Albert Demazière qui a latinisé les noms des dieux grecs.

Avec le début suivant :

« Déesse, chante la colère d’Achille, fils de Pelée, cette colère funeste qui causa tant de malheurs aux Grecs, envoya prématurément chez Pluton les âmes fortes de tant de héros, et les livra eux-mêmes en proie aux chiens et aux vautours ( ainsi s’accomplissait la volonté de Jupiter ) depuis le jour où une querelle divisa le fils d’Atrée, chef des hommes, et le divin Achille. »

De même, je possède deux Odyssée – ou plutôt, comme pour L’Iliade, mon épouse a la sienne, la seconde étant à moi.

Avec le début suivant ( et je me permets d’ajouter le chiffre 12 quand, d’instinct, le traducteur éprouve le besoin de… faire un alexandrin – ou la moitié d’un ! ):

1/ au livre de poche ( Armand Colin 1960 pour la traduction de Victor Bérard, 1960 pour la préface et les notes de Jean Bérard, chez Galimard/LGF ). Avec l’Invocation suivante :

« C’est l’homme aux mille tours, Muse, qu’il faut me dire ( 12 ). Celui qui tant erra (6) quand, de Troade, il eut pillé la ville sainte, (12 ) Celui qui visita les cités de tant d’hommes (12 ) et connut leur esprit (6 ). Celui qui, sur les mers, passa par tant d’angoisses ( 12 ), en luttant pour survivre et ramener ses gens (12 ). Hélas, même à ce prix tout son désir ne put ( 12 ) sauver son équipage ( 6 ): ils ne durent la mort qu’à leur propre sottise (12), ces fous qui, du Soleil, avaient mangé les bœufs (12 ) ; c’est lui, le Fils d’En Haut, qui raya de leur vie ( 12 ) la journée du retour (6).

Viens, ô fille de Zeus ( 6 ), nous dire à nous aussi quelqu’un de ses exploits (12 ). »

2/ Rive-Gauche Production, 1980, un volume relié façon cuir, doré sur tranche, traduction de Mario Meunier.

Avec l’Invocation suivante :

« Quel fut cet homme, Muse,(6) raconte-le moi,

cet homme aux mille astuces, qui si longtemps erra,(12)

après avoir renversé de Troade

la sainte citadelle (6) ? De bien des hommes il visita les villes

et s’enquit de leurs moeurs ( 6) ;

il souffrit sur la mer, dans le fond de son cœur,( 12 )

d’innombrables tourments, tandis qu’il s’efforçait (12)

d’assurer sa vie et le retour de ses compagnons.

Mais à ce prix même

il ne put les sauver, quelque envie qu’il en eût,(12)

car ils périrent par leur propre folie. Les insensés !

Ils avaient dévoré les bœufs du Soleil fils d’Hypérion,

et le Soleil leur ravit en revanche la journée du retour.

De ces exploits, déesse fille de Zeus, à nous aussi,

débutant à ton gré, redis-nous quelques uns ! (12 ) »

Je laisse au lecteur le soin de juger ( et d’aller vérifier dans sa bibliothèque l’auteur de la traduction et la façon dont il se dépêtre du texte original ! )

On comprendra alors tout l’intérêt que j’ai pris à acquérir l’ouvrage de Jaccottet, qui nous propose la traduction suivante  de l’incantation qui ouvre le Chant 1 ( avec, je le rappelle, des hexamètres de 6/8 ) :

« O Muse, conte-moi l’aventure de l’inventif :

celui qui pilla Troie, qui pendant des années erra

voyant beaucoup de villes, découvrant beaucoup d’usages,

souffrant beaucoup d’angoisses dans son âme sur la mer

pour défendre sa vie et le retour de ses marins

sans en pouvoir pourtant sauver un seul quoi qu’il en eût :

par leur propre fureur ils furent perdus en effet,

ces enfants qui touchèrent aux troupeaux du dieu d’En Haut,

le Soleil qui leur prit le bonheur du retour…

A nous aussi, fille de Zeus, conte-nous un peu ses exploits ! »

Enfin, à celles et ceux qui l’ignoreraient, il faut apprendre que pendant deux mille ans ( en gros jusqu’à Montaigne, et même après ! ), ces deux récits furent l’unique livre de lecture et d’aventures avec lequel les enfants des classes aisées apprenaient à lire, à écrire – en passant, s’il vous plait, par l’apprentissage du grec ! Un ouvrage qui, selon la culture et les opinions des parents, fut peu à peu supplanté par la Bible ( pour les protestants, grâce à sa traduction dès 1455 ) et surtout, pour les catholiques, par le best seller hors catégorie que fut L’Imitation de Notre Seigneur Jésus-Christ ( notamment sa traduction par Pierre Corneille – il reste le livre le plus imprimé au monde après la Bible ! ), ouvrage édifiant destiné au jeune public et qui devait à l’origine être lu comme des psaumes.

Avec Jules Ferry et l’école laïque, les enfants des écoles françaises eurent un autre manuel ; Le tour de France par deux enfants, avec lequel vos arrières grands-parents ont appris à lire, tout en s’imprégnant d’une morale nationaliste bien ancrée dans son époque : 1877-1945 !

Aujourd’hui, nos classiques ont changé.

Mais L’Iliade et L’Odyssée résistent. Le plus étrange est que tout le monde en connaît l’auteur présumé, Homère, alors que pas une personne sur mille ne se souvient de l’auteur de L’Imitation de Notre Seigneur Jésus-Christ ( sans doute Thomas a Kempis, texte écrit en latin vers 1400 ) ou celui du Tour de France par deux enfants ( G. Bruno, pseudonyme d’Augustine Fouillée ), avec 7 millions d’exemplaires vendus entre 1877 et 1914.

Depuis, en nettement moins de temps, Mme J.K. Rowling a fait beaucoup mieux !

CG

Lundi 05 septembre 2016

Le livre jeunesse progresse… et pourtant, la lecture baisse !

Les chiffres sont optimistes – mais trompeurs.

Après une brève stagnation après 2010, les ventes des livres jeunesse ont progressé de 1,4% en 2015, avec 80 millions d’exemplaires vendus ( 35% pour les romans, 21% les albums).

Le livre jeunesse représente 18% de l’édition française – et le chiffre d’affaires de la littérature jeunesse augmente ( + 5,4% en 2014 avec 11 100 nouveautés ! )

Donc tout va bien ?

Il faut nuancer : les sagas anglo-saxonnes écrasent le reste de la production romanesque avec, en tête : L’Epreuve ( Pocket Jeunesse ), Divergente ( Nathan ), Héros de l’Olympe ( Albin Michel ) et John Green ( Nos étoiles contraires, etc. ).

Comme le notent Dominique Korach, Soazig Le Bail, Isabelle Nières-Chevrel, Jean Perrot et Colombine Depaire dans leurs récents essais, « La moitié des romans destinés aux plus de 10 ans sont traduits de l’anglais (… et ) 8 des 10 meilleures ventes de fiction en 2015 sont liées… au cinéma ( si bien que ) la politique d’auteurs tend à céder le pas à une logique de coups marketing (…) De plus en plus de livres sont écrits par des pools d’auteurs, à la manière des scénarios. »

Traduisons : les meilleures ventes sont adaptées au cinéma… ce qui les dope un peu plus encore ! Et le livre étant devenu une marchandise comme les autres, il faut plaire pour provoquer l’achat. Donc livrer ce que les ( jeunes ) lecteurs semblent attendre. D’où la tendance, issue des U.S.A., à faire de la série jeunesse comme on fait du scénario : en convoquant plusieurs auteurs invités à viser le cœur de cible et à raboter tout ce qui dépasse pour ratisser large. Notons au passage ( mais c’est là une réflexion personnelle ) que les auteurs jeunesse français sont de plus en plus tentés par l’autocensure : livrer à l’éditeur ce qu’il attend ( ou plutôt ce que les commerciaux et représentants croient savoir que « ça va plaire » ), c'est-à-dire des textes faciles, rapides, avec de l’humour, un peu de fantastique et des sentiments, et pas de mots compliqués... je caricature ? Vraiment ?

Trompeurs, ces chiffres le sont notamment à cause de la part ( énorme ) faite à certaines séries pour enfants souvent relayées par l’image ( T’Choupi, Kirikou ou Dora l’exploratrice avec ses 49 références… ) Mais série ne rime pas toujours avec médiocrité, heureusement !

Toutefois, force est de constater que la diversité, l’originalité et les textes forts ou exigeants disparaissent peu à peu, éliminés pour cause de ventes trop faibles.

*

La vérité, c’est que la lutte entre le livre et les écrans est d’autant plus inégale que les médias ne valorisent que ce qui est déjà tendance.

Or, le papier et l’écrit n’ont plus la cote.

Certes, à l’école, les livres continuent de circuler : il faut bien ( de gré ou de force ! ) apprendre à lire ; et les parents responsables relaient les enseignants pour y veiller.

Mais au collège, lire ( surtout des classiques, comme le recommandent les instructions ) devient vite une corvée ; bibliothécaires et prof-documentalistes déplorent la désertification du lectorat après la 6ème. Quant aux ado-lecteurs qui résistent, ils lisent en priorité… Divergente, Nos étoiles contraires – ou « ce qu’il faut avoir lu pour ne pas passer pour un plouc ». Un comportement qui, notons-le, touche aussi le public adulte !

Si les chiffres de vente se maintiennent, c’est donc avec les nuances qui précèdent.

Depuis une quinzaine d’années, après le pic des années 80 et une fois achevé « l’effet Harry Potter », la lecture baisse ( surtout à partir de 12 ans ) au profit de l’usage des écrans : en France, 5 h quotidiennes en moyenne dont 2 réservées au smartphone !

Oui, je sais : on lit aussi sur écran ( mais quoi ? Et comment ? )

*

Les parents prennent rarement le risque d’offrir un livre à leur ado de 13 ans ; et si celui-ci a de l’argent de poche, il achètera rarement un livre ! Ajoutons ( même s’il n’est pas correct de le révéler ) qu’aujourd’hui, un livre acheté n’est pas toujours un livre lu ( il y a cinquante ans, un livre acheté était lu deux ou trois fois ! ), y compris quand cet achat est effectué pour une bibliothèque ou un CDI.

L’avenir ( commercial – mais y en a-t-il un autre ? ) du livre jeunesse semble passer… par l’image et les jeux – L’Ecole des loisirs l’a compris en lançant sa collection d’ « albums filmés » ( ! ) – et privilégier le public captif, celui de l’école primaire ( les 6-11 ans )

Quant au livre numérique, si ses ventes progressent ( en France, beaucoup plus lentement que prévu ! ), son pourcentage dans le secteur jeunesse reste dérisoire : 1,4% en 2014 !

Pessimiste, ce constat d’un vieux schnock ?

Peut-être.

Mais comme l’affirmait Robert Lamoureux : le canard est toujours vivant !

Eh oui : le livre et la lecture résistent – avec notamment l’appui des libraires indépendants, des bibliothécaires, des profs-documentalistes, des parents… et des enseignants qui, en dépit des instructions, continuent de faire vivre et lire des ouvrages jeunesse de qualité, qui réconcilient les jeunes avec la lecture, ce plaisir qui peut se transformer en passion.

CG

Lundi 27 juin 2016

No et moi, Delphine de Vigan, Le Live de Poche, édition illustrée

Lou ( dite Pépite ), lycéenne de 13 ans surdouée, timide et introvertie, s’apprête à faire devant sa classe de Seconde ( et devant M. Marin, son prof de Lettres sévère et sarcastique ) un exposé sur les SDF. Eh oui : elle a récemment fait la connaissance de Nolwenn ( dite No ), 18 ans, une jeune fille paumée qu’elle tente d’apprivoiser et d’interviewer. Pas si simple, car à la maison, la mère de Lou est dépressive depuis qu’elle a perdu son bébé, Thaïs, l’an dernier, par mort subite du nourrisson

La vie de Lou, à Paris, au 5ème étage de son immeuble, est solitaire, banale et très convenue, avec un père qui nie la réalité. En classe, Lou est brillante – et très attirée par le beau Lucas, provocateur et bourreau des cœurs de la classe.

Entre eux deux naît peu à peu une complicité étrange. Puis, après l’exposé ( brillant ) de Lou, No disparaît. Déçue et désemparée, Lou part à sa recherche, dans les centres d’accueil, bien décidée à la récupérer… et à imposer sa présence à la maison à ses parents…

Retrouvée, recueillie et mise en confiance, No finira par raconter son histoire : sa mère violée, son enfance anonyme et dévastée…

Peu à peu, dans ce récit intimiste que Lou relate à la première personne, le sort et le mutisme de l’héroïne s’éclairent – comme s’éclairent ceux de No, que sa mère n’a jamais prise dans ses bras, n’a jamais appelée par son prénom…

L’auteur de Réparer les vivants prend son lecteur à la gorge grâce à un monologue quasi ininterrompu – et son récit se lit d’une traite, comme une seule et même longue phrase débitée sur le ton de la confidence et avec un style qui « colle » étonnamment à son personnage de jeune fille surdouée précoce.

Aussi impuissante que sa narratrice, Delphine de Vigan se contente de nous livrer des émotions et des faits bruts, d’où se dégage une humanité profonde C’est là une ( belle ) histoire double ( car No est le double de Lou, ce qu’au fond elle aurait pu devenir ? ) d’où le lecteur conclut que rien n’est jamais gagné – ni peut-être perdu ni désespéré.

Un livre à mettre entre ( presque ) toutes les mains, qui fait vibrer et réfléchir.

Lu dans sa version de poche luxueuse, avec une belle couverture colorée à rabats, des illustrations ( peu utiles ) et un superbe papier blanc épais.

Lundi 20 juin 2016

Les pierres qui pleurent, Danielle Martinigol, Actu SF

Sur le chantier du château de Guédelon ( qui se construit réellement dans l’Yonne avec les techniques du Moyen Age ), Timothée ( dit Tim ), son jumeau Pierre-Eloi ( dit Pierrel ), leur amie Najoie, la jeune Tessa et son frère ( acrobate ) Wally découvrent dans la poterne un étrange « chat casqué » doué de la parole, et surtout un escalier qui débouche directement sur… le XIIIe siècle !

Effectuant plusieurs allers-retours d’une époque à l’autre, ils font la connaissance de la jeune et pauvre Paqueline dont le père, un tailleur de pierre occupé à bâtir Notre Dame de Paris, est accusé d’impiété et de sorcellerie pour avoir sculpté… une salamandre, animal diabolique ( il faudra attendre le règne de François 1er pour qu’il soit réhabilité ! ).

Par chance, le même animal est en train d’être sculpté à Guédelon par les tailleurs de pierre du XXIe siècle. D’autre part, Louis IX ( qu’on n’appelle pas encore Saint Louis ) va bientôt faire escale au château voisin de Saint Fargeau où Paqueline a été embauchée pour préparer la royale visite…

Nos jeunes héros pourront-ils rencontrer le roi – et surtout intervenir auprès de lui pour sauver le père de leur amie moyenâgeuse ?

Ce roman d’aventures temporelles réalise un triple exploit :

  • il met en scène, dans un décor réel, de jeunes héros contemporains entraînés dans un vrai petit « time opera » :

  • il nous fait partager le travail des « bâtisseurs », artisans contemporains bénévoles occupés de fait à reconstituer dans son jus, et avec les moyens d’époque, un château du XIIIe siècle.

  • il nous permet de côtoyer des personnages historiques en les faisant s’exprimer dans leur langue d’origine, un vieux Français mâtiné de latin, dans lequel religion et superstitions sont fréquemment mêlés.

Ultime clin d’œil de l’auteur : la rencontre des héros avec le futur poète Rutebeuf !

Ce récit, qui se lit d’une traite, est certes un roman d’aventures et de SF ( abordable dès 9 ou 10 ans ) mais aussi un ouvrage fort documenté sur l’outillage, l’architecture et le mode de vie de cette période riche et méconnue du Moyen-Age.

CG

Lu dans son unique version ( de poche ), un ouvrage de 150 pages où domine, sur la couverture, la couleur orange… celle de la terre de cette région de Bourgogne !

Lundi 13 juin 2016

Personne n'y échappera, Romain Sardou, Xo éditions

Dans le New Hampshire sont découverts, soigneusement empilés au pied d’un chantier d’autoroute, 24 cadavres d’hommes et de femmes inconnus récemment abattus d’une balle dans le cœur. Aucune autre violence, aucun signe de résistance de leur part.

Suicide collectif ? Exécution des membres d’une secte ?

Impressionné et intrigué, le colonel Stu Sheridan aimerait bien enquêter… mais voilà : le FBI s’empare aussitôt de l’affaire et livre des consignes de discrétion absolue.

Peu après, l’adjoint de Sheridan, le lieutenant Garcia, découvre non loin de là des locaux désaffectés dans lesquels les victimes ont sans aucun doute été séquestrées – et même torturées – une façon de poursuivre discrètement l’enquête en laissant le FBI de côté puisque seule la police sait que ces deux découvertes sont liées...

Parallèlement ( et à deux pas des lieux de ce drame ), le jeune universitaire Frank Franklin, auteur d’un brillant essai sur l’écriture romanesque ( mais écrivain raté – il rêve d’écrire un roman mais ne sait par quel bout le commencer ), se rend au Durrisdeer College pour y assurer des cours de « creative writing » à un groupe de futurs grands élèves très demandeurs, à peine moins âgés que lui, des jeunes gens très farceurs...

Mais voilà : le Durrisdeer College est isolé dans un domaine immense, hostile, presque gothique – et l’accueil assez étrange, sans doute justifié par la personnalité excentrique du riche fondateur décédé de cette vieille institution : Ian E. Iacobs.

Heureusement, la jeune et jolie Mary Emerson, la fille du Directeur, devient rapidement ( et discrètement ) la maîtresse de Frank.

De son côté, Stu Sheridan découvre ( enfin ! ) un indice, un lien qui semble relier les 24 ( en réalité 25 ) victimes : toutes ont lu, possédé ou emprunté l’un des nombreux ouvrages d’un mystérieux ( et très provocateur ) auteur contemporain : Ben O. Boz.

En effet, dans chacun de ses ouvrages est décrit par le menu un meurtre qui rappelle ( et préfigure ! ) ceux dont l’actualité se fait l’écho. Faute de pouvoir dénicher Ben O. Boz, Stu Sheridan décide de faire appel à un spécialiste du roman, un jeune universitaire ( Franck Franklin, évidemment ) qui explique précisément comment et pourquoi un écrivain utilise la réalité pour nourrir ses fictions ( à moins… que ce ne soit l’inverse ).

La principale qualité de ce polar ( qui se révèle un vrai policier, même si le principal suspect est vite identifié ) est qu’il se lit facilement – c’est ce qu’on surnomme un page turner. Nul doute que le jeune ( 32 ans ) Romain Sardou maîtrise son sujet et sait entraîner son lecteur. Il souffle tour à tour le chaud et le froid – comme le font avec Franck Franklin les élèves rassemblés en un club rigide, inquiétant et macabre.

A chaque meurtre, l’assassin tue ses victimes d’une façon horrible et originale afin de rédiger son récit de la façon la plus réaliste possible – l’écriture est donc une façon ( littéraire ) de signer officiellement ses crimes. Un procédé dont l’humour n’est pas exclu puisque le manuscrit sur lequel travaille Ben O. Boz s’appelle très officiellement… le Cercle des suicidés !

Deux petits bémols : ce roman ( français ) baigne dans une ambiance et des paysages typiquement américains, que l’auteur connaît bien : noms, rues, chansons, références… pas une page sans qu’il en soit fait mention, d’une façon si précise que le lecteur peut se demander si Romain Sardou n’a pas un peu de Ben O. Boz en lui… A cet égard, on comprend assez mal comment deux personnages « en viennent vite à se tutoyer » puisque de toute évidence, ils communiquent en anglais ! Le dernier ( petit ) reproche concerne la fin du récit, qui semble quelque peu forcée et conduite artificiellement afin que le retournement final cadre jusqu’au bout avec le plan diabolique du meneur de jeu.

Lu dans sa version grand format, très classique, sobre – un vrai livre à la typographie large et aérée.

Lundi 06 juin 2016

La Révolte de Sarah, Jennifer Dalrymple, Bayard ( D-Lire)

1887, Amérique du nord...

Le père de Sarah, Jason Plumbee, descendant de migrants anglais, quitte son Maine d’adoption pour devenir trappeur. Sauvé par des Chakopee ( un clan sioux ), il se fait un ami de Sam-Œil-qui-écoute et épouse l’une de ses soeurs, Trois Oiseaux.

Sarah naît en 1890 – et une scène la marque à jamais : comme une louve affamée s’en prenait aux poules et que son père s’apprêtait à la tuer, sa mère s’y est opposée. Elle a même tué une vieille poule pour la donner à la louve, en remerciement de sa visite !

Une scène initiatique essentielle...

Alors que Sarah a 9 ans, elle perd ses parents lors d’un naufrage du bateau à aubes qui les emmène à Minneapolis. Orpheline, elle n’est pas recueillie, comme elle l’espérait, par son oncle Sam d’origine indienne, mais par sa tante Mary-Jane, « celle qui n’embrasse pas ».

En effet, cette dame comme il faut exige que Sarah soit bien élevée, propre, polie – et se plie aux exigences de la civilisation – à l’image de la jolie poupée de porcelaine dont elle lui a fait cadeau ; mais Sarah lui préfère en secret la vieille poupée de chiffon que lui a confectionnée sa mère... Dépitée et effrayée par l’impossibilité de dresser Sarah, elle se résigne à confier la petite fille... à Sam-œil-qui-écoute, où elle va enfin s’épanouir dans la nature.

Or, le deuil des parents de Sarah n’a pas été fait : ils ont été enterrés dans la fosse commune. Un oubli que Sam veut réparer, au cours d’une cérémonie funéraire traditionnelle à laquelle, de façon inopinée et émouvante, la tante Mary-Jane finira par venir y prendre part.

Comment et pourquoi tant de lignes sont nécessaires pour résumer une histoire aussi courte ?

C’est simple : elle est d’une densité étonnante et d’une force peu commune. Des auteurs moins scrupuleux en auraient fait un roman de plusieurs centaines de pages !

Ce beau, ce superbe récit universel a été publié en janvier 2011, dans la revue D-Lire ( N° 145 ). Bayard a ainsi eu la chance de publier ce vrai bijou, certes accessible dès le Cours Moyen, mais qui est de taille à bouleverser bien des ados... et les adultes !

Rarement le talent ( connu et reconnu ) de Jennifer Dalrymple s’est déployé avec tant d’efficacité. L’ouverture, avec l’incident de la louve affamée, cache une métaphore qui poursuivra Sarah tout au long de son enfance, déchirée entre la nécessité de se plier à une civilisation aux lois souvent absurdes, et les traditions de ses origines indiennes, auxquelles finira par se plier la Tante Mary-Jane.

Je sais aussi pourquoi ce récit me touche : il est caractéristique de son auteur, dont l’ascendance est plurielle, comme elle s’en explique dans la courte biographie qui suit son histoire. La révolte de Sarah pourrait être celle d’une de ses ancêtres...

Aussi stupéfiant que cela paraisse, ce texte hors du commun n’a pas été réédité.

Quel éditeur aura la chance d’en avoir la bonne idée, afin que les lecteurs qui l’ont raté puissent enfin y avoir accès ?

CG

Lundi 30 mai 2016

SF jeunesse (2) : Quel lectorat ? quel « format » littéraire ? Quels questionnements la SF propose-t-elle ?

Pressentie par la NRP ( Nouvelle revue Pédagogique ) pour présenter la « littérature de SF pour la jeunesse », l’universitaire Natacha Vas-Dereys a fait appel à quatre auteurs ( Joëlle Wintrebert, Pierre Bordage, Danielle Martinigol et moi ) pour leur poser cinq questions. Voici mes réponses aux trois dernières

Ce choix ( cf « écrire de la SF pour la jeunesse » ) vous a -t-il apporté des satisfactions spécifiques ? Quels sont vos rapports avec ce type de lecteurs ?

Oui ! Les contacts ( salons, courrier, mails, rencontres en milieu scolaire ) sont fréquents et le plus souvent cordiaux, sincères, gratifiants.

Le dialogue avec les jeunes lecteurs offre sans aucun doute des satisfactions que ne procure pas un contact ( plus rare et plus formel ) a vec le public adulte. Certes, les échanges sont souvent éphémères, mais ils se multiplient.

Dommage, toutefois, que la question ne porte pas sur les difficultés qu’on les auteurs… avec les éditeurs jeunesse. Leurs exigences, les ajustements que certains demandent pour que le récit soit conforme à l’attente supposée des lecteurs… tout cela mériterait un long développement !

Pourquoi, d’après-vous, la SF se prête-t-elle bien au format de la littérature jeunesse ? Peut-on d’ailleurs évoquer un « format » littéraire à son propos ?

Oui, le « genre SF » touche le jeune public – cette conviction, j’essayais déjà de la faire partager dans mon premier essai, Jeunesse et science-fiction, en 1971 ! Le jeu avec le « Si majuscule » de la SF est ludique, intrigant, c’est un vrai tremplin pour l’imaginaire et un défi pour l’esprit de déduction.

Car une fois l’hypothèse de départ posée, la SF propose « logique et rigueur dans l’enchaînement des faits ».

Ses univers doivent être sinon vraisemblables, du moins cohérents - ce qui n’est pas le cas des deux autres genres de la littérature de l’imaginaire : le merveilleux et le fantastique.

La SF se projette souvent dans l’avenir ; et les jeunes, de gré ou de force, sont concernés !; elle propose aussi :

  • une réflexion sur la science, les nouvelles technologies et

  • une interrogation permanente sur le rôle ( et les responsabilités ) de l’homme face aux machines qu’il crée, aux lois qu’il change, aux êtres qu’il rencontre, aux univers qu’il visite.

L’exploration des autres lieux, des autres temps, des autres êtres, des autres sociétés est l’un des nouveaux ( et fascinants ) terrains d’aventure pour les jeunes lecteurs.

Même si le principe de la SF ( hypothèse en décalage avec la réalité… mais récit réaliste ! ) est séduisant, cela ne fait pas d’elle un genre littéraire privilégié. Aucun genre n’est meilleur qu’un autre : le conte, la poésie, le théâtre… ces genres semblent nobles, ils ont la cote. Mais il y a des contes médiocres, de la mauvaise poésie et du théâtre bas de gamme...

La SF n’y échappe pas : on y trouve des récits banals, peu originaux – mais aussi des perles, des textes magnifiques, des modèles du genre. L’écarter a priori est une erreur commune à beaucoup de lecteurs – souvent adultes et lettrés !

Qu’apporte la singularité de la SF aux jeunes lecteurs ? Une dimension morale ? Philosophique ? Une manière de réfléchir aux choix que les plus jeunes devront faire pour le futur en termes d’écologie par exemple ?

Mais oui ! La réponse est dans la question.

Encore faut-il que l’ouvrage traite ces sujets de façon honnête, précise… et passionnante. Gérard Klein affirme que l’important, dans un roman de SF, c’est son hypothèse philosophique.

Hélas ! Davantage que les pistes offertes par les utopies, la SF privilégie presque toujours les impasses : les dystopies évoquent les voies qu’il faut éviter, les catastrophes qui attendent l’humanité si elle persiste dans des choix désastreux...

Mais l’important, ce ne sont pas les réponses que la SF pourrait apporter mais les questions qu’elle livre en pâture aux lecteurs.

Souvent, je conclus mes conférences sur la SF par le poème de Peter Handke qui sert de leit motiv au film de Wim Wenders Les ailes du désir :

Als das Kind Kind war, war es die Zeit der folgenden Fragen :

Warum bin ich ich, und warum nicht Du ?

Warum bin ich hier und warum nicht dort ?

Quand l’enfant était un enfant, c’est l’époque où il se posait les questions suivantes :

Pourquoi suis-je moi ; et pourquoi pas toi ?

Pourquoi suis-je ici, et pourquoi pas là-bas ?

Wann begann die Zeit und wo endet der Raum ?

Ist das Leben unter der Sonne nicht bloß ein Traum?

Quand le Temps a-t-il commence et où finit l’Espace ?

Et si la vie ici sous le soleil n’était qu’un rêve ?

Ist was ich sehe und höre und rieche

nicht bloß der Schein einer Welt vor der Welt ?

Et si tout ce que je vois, j’entends, tout ce que je respire

N’était que le reflet d’un monde me cachant le monde réel ?

Ces grandes questions, l’humanité se les pose depuis la nuit des temps ; la dernière n’est rien d’autre que le fameux mythe de la caverne…

Ces questions concernent notre identité, notre destin, le Temps, l’Espace – et la perception de la réalité. Autant de thèmes qui obsèdent les scientifiques, les philosophes… et les enfants.

Des questions fondamentales que les adultes, souvent, ne se posent plus.

On trouvera les réponses de mes trois autres camarades dans le N° de mars de la NRP !

Lundi 23 mai 2016

SF jeunesse (1) : quel public ? quel type d’écriture ?

Pressentie par la NRP ( Nouvelle revue Pédagogique ) pour présenter la « littérature de SF pour la jeunesse », l’universitaire Natacha Vas-Dereys a fait appel à quatre auteurs pour leur poser cinq questions.

Voici mes réponses aux deux premières


Pourquoi, en tant qu’écrivain de science-fiction (entre autres), avez-vous choisi d’écrire pour un jeune public ?

C’est un hasard, pas un choix.

J’ai écrit dès mon plus jeune âge, et dans les domaines les plus divers.

A vingt-deux ans, jeune prof, je n’imaginais pas être publié. Je venais de découvrir le nouveau roman et le genre policier ; à temps perdu, j’écrivais un récit sans ponctuation, inspiré des ouvrages de Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute et Michel Butor. J’ai aussi bouclé ( sur un cahier, je n’avais pas encore de machine à écrire ) un roman policier que mes amis ont décidé d’adapter en film. Le tournage fut rapide, avec vingt-deux volontaires, tous amateurs. Je n’avais aucun rôle : j’étais le scénariste et le metteur en scène.

C’est l’année suivante, à la suite du chagrin de mon épouse qui venait d’achever, en pleurs, La nuit des temps, que j’ai décidé d’écrire spécialement pour elle « un roman de SF qui se terminerait bien ».

Elle venait justement de m’offrir une machine à écrire. Ce galop d’essai m’a permis d’apprendre à taper. 700 pages plus tard, j’avais rédigé un gros récit d’aventures – certes de la SF, de la spéléologie-science-fiction - même pas du space opera puisque J’abandonnais mes héros quand ils quittaient la Terre. ..

Soyons honnête si j’ai choisi, cette année-là ( en 1968 ) d’écrire de la SF, Barjavel et les mission Apollo y étaient pour beaucoup. Depuis l’adolescence et le lancement du premier Spoutnik ( le 4/10/57 ), j’étais passionné par l’astronomie et je suivais les progrès de la conquête spatiale.

Ecrit au fil de la plume, ce récit avait un seul destinataire : ma femme. Elle m’a encouragé envoyer mon manuscrit – sans même que je l’aie relu ! - à un éditeur ( Hachette ) qui l’a refusé tout en me conseillant de l’adresser à Tatiana Rageot. Cette éditrice de 70 ans l’a publié après que je l’ai raccourci, remanié – et amélioré ! Voilà comment, à ma grande surprise, je suis devenu ( à l’époque ) un « écrivain de SF pour les garçons de 14/15 ans ».

Tatiana Rageot m’a demandé d’autres romans pour sa collection ( Jeunesse Poche Anticipation ). Le troisième, destiné au même public, a décroché en 1973 le prix de l’ORTF. D’autres éditeurs ( GP Rouge & Or, Magnard, La farandole, Robert Laffont ) m’ont alors demandé des récits… de SF pour jeunes adultes.

J’ajoute qu’à l’époque, j’étais prof de Lettres dans un collège, avec face à moi, 18 heures par semaine, un public de l’âge de mes lecteurs.

Ecrire à leur intention me paraissait évident, facile et naturel ; mon succès inattendu a fait le reste. Rejoindre Jules Verne, Robert Louis Stevenson, Jack London, Saint Exupéry et George Sand ( dont les récits avaient bercé mon enfance et mon adolescence ) ne me semblait pas du tout indigne !

Très vite et à mon grand étonnement, j’ai compris ( et vécu ) l’ostracisme dont la « littérature jeunesse » était l’objet. Au lieu de m’en écarter, j’ai choisi de faire face. Et d’essayer de lui livrer le meilleur.

Existe-t-il une manière d’écrire différemment pour les jeunes et pour les adultes ?

J’ai consacré à ce problème quelques centaines de pages dans mon essai « Je suis un auteur jeunesse ».

Je poserais la question autrement. Ou j’y répondrais en biaisant : à mes yeux, il existe des récits tout à fait accessibles aux jeunes ; et d‘autres qui les rebutent ou dans lesquels ils sont incapables d’entrer. Eh oui : la question posée sous-entend qu’un auteur peut, à volonté, changer sa manière d’écrire. La plupart du temps, un écrivain n’est pas maître de sa façon de faire. Une façon qui peut être simple, directe, efficace – ou au contraire élaborée, savante, nécessitant d’emblée la maîtrise d’un vocabulaire étendu.

Rares sont ceux qui sont capables de toucher deux publics différents et d’avoir deux casquettes, même si ( dans le domaine qui nous intéresse ) Pierre Bordage, Fabrice Colin ou Jean-Pierre Andrevon ( j’en passe ! ) s’y sont essayés avec succès. Quand je gérais Folio-Junior SF, je puisais fréquemment chez Bradbury, Gérard Klein, Robert Silverberg ( et même Philip K. Dick ou Richard Matheson ! ), et je publiais des nouvelles ou des romans qui, au départ, n’étaient pas destinés au jeune public. Destiné à l’origine aux adultes, Niourk ( de Stefan Wul ) n’a connu un vrai et durable succès qu’en Folio-Junior SF.

Disons, pour simplifier, que le jeune public est plus sensible au suspense ; il faut ( sans généraliser, mais la place manque pour nuancer ! ) que le récit avance, qu’il y ait une dynamique, un élan. Les exigences d’un récit destiné à un lectorat exigeant ( je ne dirais pas « adulte » ! ) sont différentes.

Cependant, les meilleurs récits pour la jeunesse doivent pouvoir être lus avec intérêt et bonheur par les adultes. Michel Tournier, mais c’est peut-être une coquetterie, a longtemps affirmé que son Vendredi ou la vie sauvage était meilleur que ( il le jugeait être…  la quintessence de ) son original, Vendredi ou les limbes du Pacifique.

Autre aspect de la question : non plus « la manière d’écrire » mais le thème du récit. La plupart des « ouvrages jeunesse » parlent du monde contemporain et des passions des jeunes : le cinéma, la musique, l’informatique, les nouvelles technologies … Pour que le ( jeune ) lecteur trouve un écho, il faut qu’il puisse se reconnaître dans ( ou être attiré par ) un décor contemporain, des personnages auxquels il peut s’identifier. L’ouvrage ( dans le domaine jeunesse comme ailleurs ! ) doit souvent être conforme à ce que Jauss appelait l’horizon d’attente du lecteur.

La suite… la semaine prochaine !

Jeudi 19 mai 2016

Un avion sans elle, Michel Bussi, Pocket

Dans la nuit du 23/12/1980, un Airbus se fracasse contre le Mont Terrible, dans le Jura.

Seul survivant : un bébé de trois mois, une petite fille qui pourrait être… soit Emilie Vitral, aux parents dieppois d’origine modeste, soit la petite-fille de la riche et célèbre Mathilde de Carville. Après un non lieu provisoire qui permet de baptiser provisoirement le bébé Lylie, un jugement estime qu’elle est la petite-fille des Vitral.

Mathilde de Carville embauche alors un détective privé, Crédule Grand-Duc. Elle le paiera pendant 18 ans, quel que soit le moment et la teneur de la vérité.

Entre-temps, le frère ( possible ! ) de Lylie, Marc, en tombe amoureux – une passion partagée. Mais si Lylie était sa sœur ?

Quant à la trouble Malvina de Carville, la sœur ( possible ! ) de Lylie, elle est prête à tout - et au pire – pour prouver que Lylie est sa cadette.

Le récit commence le jour des 18 ans de Lylie, jour où :

  • Crédule Grand-Duc met un point final à son journal ( qu’il confiera à Lylie )

  • cesse de tomber le salaire que verse Mathilde à l’enquêteur

  • Crédule découvre la vérité en relisant la première page de l’Est républicain vieux de 18 ans.

Une ( double, voire triple ) vérité que le lecteur, lui, ne découvrira qu’à la page 465.

Avec un prolongement ( pas si ) inattendu.

Petit préambule : le livre, c’est mon médecin, Doc Ti Waq ( que les lecteurs des Enquêtes de Logicielle connaissent bien puisque c’est le médecin légiste de ma série… ) qui me l’a prêté. En m’affirmant : « Quoi ? Tu écris et tu lis des polars et tu n’a jamais lu Michel Bussi ? Son Avion sans elle a décroché je ne sais combien de prix et ses ventes approchent le million d’exemplaires ! Il faut absolument… » etc.

On connaît mes réticences envers les best-sellers. Et parfois, souvent, j’ai tort : Millénium a fait un tabac mérité. Il m’a bien fallu le lire quand mon médecin a ajouté : «  de toute façon, tout le monde en parle… tes lecteurs voudront connaître ton avis ! »

Soit. Eh bien la voici : ce livre a une grand qualité, il se lit facilement.

On a même parfois envie de passer des pages. Pour aller plus vite ; et peut-être aussi parce qu’on a ( j’ai eu ) l’impression que l’auteur… se perdait dans les détails et gagnait du temps.

Michel Bussi tenait là un sujet en or, il en avait conscience. Il a eu aussi l’habileté de mêler deux narrations : la sienne, en tant qu’auteur, à la troisième personne, en faisant vivre l’enquêteur, Marc ( en priorité ), Lilye, Malvina – d’autres protagonistes – et celle de Crédule Grand Duc, dont Marc lit par épisodes le journal intime au fil de sa quête de la vérité et de la fuite de Lylie. L’histoire est donc alternée : ce que Marc vit au présent et les 18 ans d’enquêtes du journal de Crédule.

Eh oui, dès la page 40, Lilye fuit. Elle aussi connaît la vérité, elle a lu jusqu’au bout ce journal intime qu’elle laisse à Marc… avec un paquet qu’il ne devra ouvrir que dans une heure.

L’auteur lance donc dès les premières pages un triple, quadruple, multiple suspens :

1/ Lylie est-elle une Vitral ou une De Carville ?

2/ Elle fuit Marc, quelle aime – parce qu’elle est sa sœur ou pour une autre raison ?

3/ Laquelle ( si, si, il y en a une autre ! )

4/ Que contient ce paquet ?

5/ Crédule Grand-Duc, qui voulait se suicider, a finalement été assassiné… par qui ?

C’est beaucoup.

Trop ? Non, pas forcément, mais on a une fois de plus l’impression que l’auteur tarde à parvenir à un indice majeur : une gourmette en or que portait le bébé De Carville, gourmette qu’on n’a retrouvée ni sur le bébé, ni dans l’avion… mais qui aurait pu être volée par un inconnu arrivé sur les lieux du drame le premier…

De quoi occuper le lecteur pendant cent pages de plus.

On l’aura compris : cette lecture ne m’a pas vraiment convaincu ; elle m’aura même souvent agacé, à cause de ficelles qui me paraissent un peu grosses.

Mais je suis peut-être de mauvaise foi ?

Après tout, j’attendais tant de ce polar exceptionnel que son style m’a déçu et que cette histoire me semblait ne pas en finir. Pourquoi ?

Tout simplement, je crois, parce que l’auteur nous fait comprendre que Crédule a tout compris, que lui, l’auteur, possède toutes les clés - mais pas nous, et qu’il prend un malin plaisir à multiplier les pistes et à diluer les informations.

Cela dit, je serais ravi d’avoir des avis contradictoires, justifiant la qualité de ce roman qui a tant de succès !

Lu dans sa version poche, petit livre dense et souple qu’on a très bien en main.

CG

Lundi 16 mai 2016

Martin Eden, Jack London, 10/18

A la suite d’une bagarre qui aurait pu mal tourner, le jeune Martin Eden sauve la vie d’Arthur, un bourgeois qui l’invite chez ses parents et leur présente son sauveur.

Marin solide et musclé mais brut de décoffrage et inexpérimenté, Martin est impressionné par cette société qui, à ses yeux, représente le savoir et la réussite. Et il tombe éperdument amoureux de Ruth, la sœur d’Arthur, de trois ans son aînée.

En manque d’amour et d’éducation, Martin ne manque pas une occasion de fréquenter Ruth et sa famille ; touchée par la sincérité, les attentions et le désir d’élévation du jeune homme, la jeune fille, qui fait son éducation, finit par tomber sous son charme.

Cependant, même si Arthur devient vite cultivé et fréquentable, il sait que la lutte sera longue pour qu’il puisse épouser cette certifiée de Lettres. Il se lance dans la philosophie, la politique – et la poésie.

Car Martin écrit. C’est là sa vocation. Il en a la conviction, et c’est irrévocable.

Mais Ruth en doute. Elle préférerait que Martin trouve un emploi stable ; ou même qu’il accepte l’offre d’embauche de son père, un emploi de bureau, dans son entreprise.

Martin s’entête : pour écrire, il s’isole et vit dans des conditions misérables, mettant souvent son vélo et son costume au clou, ce qui l’empêche d’aller voir Ruth en tenue de mendiant… Il écrit des nouvelles, des articles, tous refusés par les journaux.

Quand, enfin, les premiers textes sont acceptés, ils ne lui sont presque jamais payés.

Ruth, qui l’aime, le supplie d’abandonner l’écriture. Il refuse.

A la suite d’une discussion politique houleuse dans laquelle il en vient à insulter les invités  ( prétentieux et incultes ) du père de Ruth, la rupture devient inévitable…

Et c’est le moment où le miracle s’accomplit : le succès vient. Et même la gloire ; mais à l’image du titre d’un de ses derniers écrits, c’est Trop Tard : Martin est amer. Il se demande sans cesse, alors qu’il n’a pas changé et que ses récits à succès sont ceux que les éditeurs refusaient, pourquoi, devenu la coqueluche du public, il est sans cesse invité à dîner par ceux… qui le laissaient autrefois mourir de faim !

Même Ruth revient, éperdue ( réellement ? ) d’amour et de regret ; désormais, c’est lui qui la rejette.

Vidé de tout désir, il se résout à fuir.

En mer.

Si Martin Eden passe pour être le chef d’œuvre de Jack London, c’est surtout parce que l’ouvrage a toujours été considéré comme son autobiographie déguisée.

De fait, quand on connaît les détails de la vie de Jack London ( lisez sa biographie, voir ma note de lecture de janvier ! ), on devine que Martin est son double : les événements que vit son héros sont ceux qu’il a bel et bien endurés : marin voyageur, enthousiaste, maladroit, volontiers buveur et fumeur, prompt à se battre - mais soucieux de se hisser dans la société par l’éducation et la lecture, Jack, comme Martin, est tombé amoureux d’une jeune fille de bonne famille ; pour survivre et écrire douze ( parfois dix-neuf ! ) heures par jour, il est devenu blanchisseur et a fréquenté les bas-fonds qu’un Dickens a souvent décrit dans son œuvre.

Ce récit ( puisqu’on le considère à peine comme un roman ) est écrit avec fièvre. Nul doute que Jack London s’y livre tout entier avec ses conceptions littéraires, ses sujets favoris, ses colères envers les éditeurs, le mauvais goût des lecteurs et la médiocrité de ce que publient les journaux. Mais surtout, c’est une leçon de vie… et de littérature.

Que de fois, annotant ce livre ( que j’ai lu il y a… quarante ans ), je me suis surpris à murmurer : Lui aussi, il pense cela. Lui aussi, il a ces doutes, ces certitudes, ces convictions… Au cours de mes rencontres, quand on me demande qui sont mes écrivains favoris, je cite souvent Jack London ; parce que je le considère comme le frère d’armes de la plupart des écrivains sincères – et s’il a fini par obtenir le succès, c’est avec une obstination et un courage admirables.

Pourtant, Jack London s’est toujours défendu d’avoir écrit une autobiographie : « Martin Eden est individualiste et je suis socialiste ! » affirmait-il. Ce qui n’est qu’à moitié vrai.

Car si Jack London a longtemps milité, il a toujours été convaincu ( grâce aux évolutionnistes, ses maîtres à penser ) que les meilleurs finissaient par gagner, et que la race ne pouvait que s’en améliorer – une théorie qui, à l’époque, était partagée par des sociologues engagés !

Il disait aussi : « Martin Eden se suicide. Et moi, je suis toujours là. »

Dans la préface de la version que j‘ai lue, Francis Lacassin revient sur le suicide prétendu de Jack London – un fait qui figure dans toutes les biographies de l’écrivain.

Toutefois, les circonstances de la mort ( par overdose de calmants ) de Jack London ne prouvent pas qu’il se soit vraiment suicidé. Epuisé, en fin de vie ( alors qu’il n’avait pas quarante ans ), il a sans doute forcé la dose en voulant non pas abréger, mais calmer ses souffrances.

Le 17 février 1908, après avoir achevé son manuscrit, Jack London écrivit à son ami Cloudestey Johns qu’il avait achevé « une attaque contre la bourgeoisie et les idées bourgeoises. » Une formule qu’un certain Flaubert n’aurait pas reniée un demi-siècle plus tôt !

Pour cet ouvrage qui n’a pas pris une ride et se lit d’une traite, le regretté Francis Lacassin trouve peut-être la bonne formule en le baptisant d’« autoportrait (…) tracé à son insu. »

Si vous ne lisez pas la biographie de Jack London ( de Françoise Lesieur ), alors lisez Martin Eden !

Et si vous pouvez lire les deux ouvrages, vous aurez, littérairement parlant, la parfaite image du modèle… et de son double.

Lu dans une vieille version que je ne recommande à personne : un gros livre de poche publié en 1973, sur du mauvais papier, avec une police de caractères minuscules.

Il existe aujourd’hui des dizaines de version de Martin Eden… et l’ouvrage mérite une édition de luxe, n’hésitez pas !

Lundi 02 mai 2016

Facebook ? Non, merci !

De nombreux amis et correspondants s’étonnent : « Comment ? Tu n’es pas ( encore ) sur Facebook ? » Au point que les responsables d’un récent salon du livre auquel je me suis engagé à participer m’ont envoyé un mailing ( sans doute relayé à tous les auteurs du Salon ) me priant de « relayer ces informations sur votre compte Facebook. »

Puisque le premier venu sur Internet peut rejoindre Facebook, il paraît évident qu’un écrivain y a une place prioritaire.

Désolé, je ne fais pas partie du club ; et c’est évidemment un choix.

Pourquoi ?

Je pourrais répondre : parce que…

  • grâce à l’amabilité de Patrick Moreau et de nooSFere, je dispose d’un site Internet et d'un blog, et que cela me semble largement suffisant pour y diffuser des infos concernant mon actualité… ou mes billets d’humeur.

  • ceux qui désirent mieux me connaître ( mes ouvrages et ce que des lecteurs ou critiques en pensent ) disposent de ce site et de ce blog, de Wikipedia, de mes livres - et de milliers d’articles me concernant quand on tape mon nom et mon prénom sur n’importe quel moteur de recherche.

  • ceux qui veulent me joindre peuvent le faire par le biais de mon site, en cliquant, au bas de la page d’accueil, sur la petite enveloppe ECRIVEZ A L’AUTEUR ( et que ceux qui n’ont pas de réponse se s’étonnent pas : ils ont tout simplement oublié de noter leur adresse mail sans laquelle il m’est impossible de leur répondre )

  • outre ces correspondants invisibles qui ont fait l’effort de me trouver, j’ai de vrais amis, en chair et en os, avec lesquels j’échange – y compris et surtout de visu, parce que je vais chez eux, ils viennent chez moi. Et on se voit ( autrement que par le biais de Skype )

En réalité, mon principal motif est… idéologique : on connaît mes positions sur Google et son flicage permanent – mais à moins de vivre en ermite, sans adresse mail, sans Internet, sans carte bancaire, etc. ( les limites peuvent aller jusqu’au nomadisme intégral et à la vie en autarcie complète ), être en liaison Internet semble hélas aujourd’hui une pratique quasi obligatoire, faute de quoi on se coupe des éditeurs, des salons, des enseignants, des bibliothécaires… j’en passe – Internet a ses avantages…

Et ses limites.

Comme l’a fait remarquer Jean-Baptiste Roch dans un récent numéro de Télérama, la CNIL reproche ( à juste titre ) à Facebook de « collecter sur les internautes sans leur consentement des données liées à leur orientation sexuelle, à leurs croyances religieuses ou à leurs opinions politiques ( données qui ) sont ensuite envoyées au Etats-Unis pour être amassées, triées, étudiées – sans qu’on en sache plus sur leur utilisation. La CNIL pointe encore l’installation systématique sur l’ordinateur de chaque utilisateur, de treize cookies, sortes de fichiers espions qui enregistrent d’autres informations sur la navigation de l’internaute. Et qui permettent notamment un ciblage publicitaire. »

Ajoutons que la CNIL a menacé Facebook d’une amende s’il ne se conformait pas à ses instructions. Une amende qui pourrait se monter à… 150 000 euros ( j’entends d’ici Marck Zuckerberg éclater de rire à l’annonce de ce chiffre ) Une loi plus dissuasive serait paraît-il… « en préparation ».

En attendant, ( et indépendamment de Google qui joue dans la même cour ) Facebook continue de glaner et trier les informations… que tous ses membres lui livrent gracieusement !

A l’heure où certains redoutent la prolongation d’un état d’urgence qui permet à l’Etat de ratisser nettement plus large que l’écoute de suspects terroristes, je refuse de me plier à cet espionnage mondial librement consenti.

Peut-être parce que je me dis qu’aux Etats-Unis, justement, pourrait bien être élu un certain Donald Trump ( ou même… un Ted Cruz – vous connaissez ? ).

Et qu’en France, qui sait ?…

CG

Lundi 25 avril 2016

La Guerrre des Mondes, H.G. WELLS

1898… banlieue de Londres.

Alors que le narrateur, un journaliste anglais, apprend à faire du vélo, d’épais cylindres métalliques, tels des météorites, tombent les uns après les autres dans la lande. Ces objets, dont les astronomes affirment qu’ils ont été lancés depuis la planète Mars peu de temps auparavant, attirent de nombreux badauds. Une fois refroidis, ils se dévissent ! Seraient-ils habités ? On envoie une délégation pour accueillir d’éventuels Martiens à qui « on essaiera de ne pas faire de mal ».

Or, les Terriens sont loin du compte : leur délégation est balayée par un puissant Rayon Ardent. Après quoi les Martiens, sortes de grosses têtes munies d’un bec au-dessus de tentacules, surgissent hors des cylindres et assemblent d’étranges tripodes : des machines destructrices qui ne vont pas tarder à se déplacer et à semer la terreur et la désolation…

Le narrateur fait fuir sa femme à Londres ( la ville sera vite envahie ) et, comme il veut la rejoindre, il rencontre de nombreux fuyards. Notamment un artilleur – puis un pasteur, au moment où un cylindre tombe à proximité d’un pavillon où les deux hommes se sont réfugiés in extremis. Désormais bloqués, prisonniers des décombres, ils ne peuvent s’échapper et observent les probables futurs maîtres de la Terre…. de quoi devenir fou – ce qui va justement arriver au pasteur…

Au moment où les Terriens comprennent qu’ils ont perdu la guerre, aussi impuissants et vulnérables que des insectes, les Martiens vont tomber comme des mouches, victimes… des microbes de notre planète, contre lesquels ls n’ont visiblement aucun remède !

Comme quoi il est fort imprudent pour des étrangers d’envahir un monde auquel les indigènes se sont adaptés

Ce grand classique, l’un des grands textes fondateurs de la SF moderne, est sans doute le chef d’œuvre de Wells.

Lors de sa parution, il fut ( bien sûr ) classé dans la « littérature fantastique ». Et pour cause : le néologisme américain de science fiction ne serait créé ( par Hugo Gernsback ) qu’en 1929. De plus, l’action de ce roman, très réaliste, se situe dans le présent. Pourtant, c’est de la pure SF.

Un roman majeur, vraiment ? Sans aucun doute.

D’abord parce que rarement un écrivain de SF aura aussi bien maîtrisé son hypothèse de départ : relaté ( d’une façon réaliste et magistrale ) à la première personne par un narrateur qui ne livre jamais son nom ( donc… « moi-même », nous laisse entendre Wells ), ce récit tient en haleine de bout en bout – alors que dès l’incipit, Wells nous laisse entendre que l’aventure s’est bien terminée. Un réalisme qu’a su utiliser son quasi homonyme, le jeune Orson Welles, 40 ans plus tard, en lisant en direct à la radio des extraits de l’ouvrage, créant ainsi un début de panique à New York suivi de tentatives de suicide !

Ensuite parce que la vraisemblance est sans cesse au rendez-vous, à une époque où, après la découverte par l’astronome italien Schiaparelli des fameux « canaux sur Mars », il semblait évident à tout le monde – et aux scientifiques les premiers ! – que Mars, planète plus ancienne que la Terre, était habitée ! De là à imaginer que les Martiens étaient à la fois plus évolués que les hommes, et désireux de conquérir un monde plus habitable que le leur ( Mars ayant au cours des millénaires perdu son atmosphère et son eau… ), il n’y avait qu’un pas. Que Wells a franchi.

Ami de l’évolutionniste Darwin et surtout élève de Thomas Huxley ( eh oui : le grand-père du futur auteur de Brave New World en 1932 ), Wells a voulu à la fois livrer une image de l’évolution possible d’une espèce, et une leçon de modestie face à l’expansionnisme d’un Royaume Uni en pleine période de colonisation. Car La Guerre des Mondes est avant tout un avertissement : notre espèce est fragile, et les humains devraient être plus attentifs à d’autres espèces qu’ils considèrent comme inférieures à la leur. Enfin, sans le savoir, Wells – dans ce récit comme dans bien d’autres - pose non seulement les fondements de la SF mais aussi ceux de l’écologie.

Bien sûr, on peut sourire en lisant certaines descriptions. Les Martiens envahissent la Terre avec des moyens qui sont ceux de la fin du XIXe siècle : des canons et des obus, comme l’avait déjà imaginé Jules Verne trente ans auparavant, dans De la Terre à la Lune. Quant aux tripodes, leurs créateurs devront les réparer d’une façon à la fois manuelle et très… classique. On en est encore à l’ère de la machine à vapeur ; et même si Wells se taguera plus tard d’un rôle de futurologue ( voire de prophète ), il ne prédit pas ici la fusée à étages et encore moins le moteur ultra-luminique.

La Guerre des Mondes mériterait plusieurs pages de commentaires. Je lui en consacre six dans la préface que j’ai livrée, en son temps ( 1988 ), dans sa réédition en Folio-Junior

Aujourd’hui, ce roman est disponible dans de multiples éditions.

Je le possède à de nombreux exemplaires, depuis sa première traduction en français, au Mercure de France ( un collector ! ) à ses versions contemporaines, pour adultes ou pour la jeunesse ( chez Gallimard, le texte intégral est identique, à la virgule près ).

Un conseil : si vous voulez connaître La Guerre des Mondes, évitez le cinéma, notamment la dernière version ( je sais… il y a Tom Cruise… ) qui est une adaptations du récit dans notre monde contemporain. Et lisez le roman de Wells ! Par exemple en vous procurant Les chefs d’œuvre de H.G. Wells chez Omnibus, un ( gros ) ouvrage qui regroupe sept romans et onze nouvelles de cet auteur un peu oublié. Vous y découvrirez, en prime, une passionnante présentation du regretté Francis Lacassin !

Lundi 18 avril 2016

Le vieux sur la falaise, Nathalie Le Gendre, Oskar

Antoine, dont les parents viennent d’acheter un camp de camping dans une ville de Bretagne, est ( enfin ! ) en vacances avec sa petite sœur Malou.

Seulement voilà : Malou est sourde, indépendante et quelque peu surprotégée par ses parents ; Antoine vit mal le fait qu’ils soient pleins d’attention pour leur fille cadette handicapée. Bougon, il refuse d’apprendre à signer, ce qui ne facilite guère la communication…

Heureusement, Antoine s’est fait un ami de son âge, Désiré.

Un jour, Malou se lève tôt, quitte la maison et… disparaît.

Antoine et Désiré partent à sa recherche. Aurait-elle, comme la veille, été surprise par la marée – et récupérée par… « le vieux qui vit sur la falaise » ?

Le vieux, c’est Yvan Kermarrec, un homme solitaire et devenu muet qu’on soupçonne d’avoir été, il y a 20 ans, le responsable de la mort, en mer, de sa femme et de sa fille de huit ans…

En réalité, Malou a commis l’imprudence d’aller chez le vieux afin de lui donner un dessin pour le remercier de lui avoir sauvé la vie la veille. Comme il était absent, elle s’est glissée pour l’attendre et lui faire la surprise dans le coffre de son bateau de pêche, où elle s’est endormie. Sauf qu’Yvan est revenu et est parti pêcher en mer en ignorant la présence d’une passagère clandestine !

En pleine mer, quand il voit Malou sortir du coffre, il est d’autant plus mécontent et contrarié qu’il sait qu’on le jugera responsable de cette disparition – voire d’un rapt ! Et puis cette jeune sourde ressemble tant à sa fille, qu’il a perdue, et qui était elle aussi sourde…

Peu à peu, le vieux muet ( qui sait signer, lui ! ) et la jeune sourde s’apprivoisent…

C’est là une histoire simple et belle, que les collégiens les plus réticents à la lecture dévoreront d’une seule traite. Il y a beaucoup de pudeur dans les portraits : celui d’un frère aîné jaloux – et qui se jugera coupable de la disparition de sa sœur ; celui d’une fille que son handicap coupe du monde – et enfin, celui d’un homme brisé par un accident, muré dans le silence, la solitude, et rejeté par une population qui le soupçonne du pire.

Nathalie Le Gendre évite tout manichéisme. Elle nous livre un récit plein de tendresse, qui finit bien ( mais sans forcer le trait ni heurter la vraisemblance ). Et elle nous brosse le portrait d’un ado qui prend conscience, grâce à cet incident, du handicap d’une sœur qu’il a jusqu’ici rejetée pour des raisons dont il ne porte pas la responsabilité.

Lu dans son unique version, un moyen format noir ( c’est un polar ! ) dont l’illustration de couverture est particulièrement originale et réussie.

CG

- page 2 de 15 -